Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 23:22

Chômage : la carte du Grand Sud
Emploi. En un an, le nombre de chômeurs a augmenté de 22%.
On n'attend pas d'amélioration avant fin 2010.

Les mois se succèdent dans un environnement social de plus en plus dégradé. Même si la France semble mieux résister que les autres pays de l'Europe. Au mois de mars, en France, le Pôle Emploi a encore enregistré 63 400 demandeurs d'emploi, soit une hausse de 2,7 % par rapport à février. Depuis plusieurs jours, les analystes s'attendaient à un onzième mois de hausse du chômage déjà marqué, le mois précédent, par un bond exceptionnel de 3,5 %.

Midi-Pyrénées n'est plus tout à fait l'enclave porteuse d'emploi. Le nombre de demandeurs s'établit désormais à 108 900, soit une hausse de 2,9 % par rapport à février. Cumulé sur une année, le chômage dans la région croît de 22,1 %. Mais ces chiffres exigent une explication car il ne s'agit là, selon la nouvelle nomenclature, que des chômeurs de catégorie A n'ayant pas du tout travaillé dans le mois. Si on y intègre les catégories B et C ayant exercé une activité réduite, le chiffre atteint les 163 000 demandeurs. Le département des Hautes-Pyrénées enregistre à lui seul une poussée brutale de 7,2 % liée, entre autres, aux difficultés du secteur de la céramique et à la suppression des intérimaires comme à la Socata. Le Tarn et l'Aveyron figurent à leur tour en rouge sur cette carte. L'année 2009 s'annonce donc très difficile sur le front de l'emploi alors que les plans sociaux massifs ne sont pas encore appliqués. Dans la région, les secteurs déjà fragilisés souffrent encore plus. C'est le cas du textile : en Pays d'Olmes, la société de tissage Mirabeau SA se retrouve en cessation d'activité et licencie 60 personnes.

« On parle de Molex, d'Omnium Finances, de Freescale…, mais il ne faudrait pas oublier les petites structures qui se vident progressivement de leurs intérimaires. Midi-Pyrénées apparaissait jusqu'alors comme le havre de l'emploi avec un solde net de créations d'emploi toujours positif. On est maintenant sur des taux de chômage comparables », commente Joseph Bellanca, secrétaire général de Force Ouvrière.

Du côté politique, les réactions se sont enchaînées hier. Pour Jean-Michel Baylet, président du PRG : « La nouvelle augmentation du chômage, malgré le rebond de la consommation, illustre le manque d'efficacité du gouvernement sur la question de l'emploi malgré les effets d'annonce du président ». Marie-George Buffet, pour le PCF, déplore qu'« il y ait autant de chômeurs sacrifiés sur l'autel de la spéculation ». Quant aux Verts, ils proposent un « Bruxelles de l'emploi pour la création de millions d'emplois durables ».

 

Freescale : front uni des salariés

C'était hier la première assemblée générale des salariés de Freescale depuis l'annonce de l'arrêt de la production de l'usine prévue pour fin 2011 et de la suppression de 800 postes. Entre 500 à 600 employés réunis dans le réfectoire ont demandé aux syndicats de jouer groupés. « C'est historique dans l'histoire de Motorola puis de Freescale » assure Didier Zerbib, délégué syndical CGT. Une intersyndicale regroupant six centrales (CGT, FO, CFDT, CFE CGC, CFTC, Unsa) défilera donc sous une seule et même bannière le 1er mai. Par ailleurs, l'assemblée générale a permis de constituer une délégation de 24 salariés afin d'accompagner les délégués syndicaux dans les négociations avec la direction. Ces dernières se tiendront tous les jeudis dès cette semaine pendant au moins deux mois afin de mettre en place l'accord de méthode qui permettra de fixer les conditions de départs des 800 salariés. « Nous allons clairement poser la question de la fermeture d'un site qui est plus que rentable » poursuit l'élu syndical.

 

France: 3,7 millions d'inscrits

La France compte désormais 3, 7 millions de chômeurs, en y englobant ceux qui exercent une activité réduite. Et aucune embellie n'est à attendre avant 2010 dans l'hypothèse d'une reprise économique fin 2o10, de l'aveu même du gouvernement. Hier encore, François Fillon a affirmé que l'année 2009 se révélerait tendue. « Nous savons que nous aurons des chiffres du chômage qui seront difficiles pendant toute l'année 2009 comme dans tous les pays développés aujourd'hui, certains étant d'ailleurs plus frappés que notre pays », a souligné le Premier ministre lors d'un déplacement à Mulhouse où il dressait un bilan d'étape du plan de relance de l'économie. « C'est donc avec une mobilisation de l'ensemble des moyens de l'État et des collectivités locales que nous pourrons faire face à ces difficultés », a-t-il ajouté.

Le gouvernement a ainsi préparé les esprits à ne pas voir le bout du tunnel en matière d'emploi avant la fin de l'année prochaine.

De son côté, le ministre chargé du plan de relance de l'économie, Patrick Devedjian, qui accompagnait François Fillon, a indiqué percevoir l « un signe de décrue » par rapport aux précédents mois.

En attendant, sur le terrain, les salariés poursuivent leur combat pour tenter de sauver leur emploi. La justice grenobloise a débouté lundi la direction de Caterpillar et ordonné la reprise des négociations avec les représentants syndicaux dans les 15 jours afin d'achever les négociations autour du plan social prévoyant 733 licenciements. « La justice nous a donné raison, mais le combat n'est pas terminé ! », a souligné la CGT. De son côté, le directeur général de Caterpillar, Nicolas Polutnik, a jugé la décision « équilibrée », car elle « fixe un calendrier » permettant de conclure la procédure autour du plan social. Une première réunion aura lieu à Grenoble ce jeudi.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires