Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 10:52

Le président a promis la baisse des tarifs des billets

Les Algériens de France attendent toujours

La réduction des tarifs des billets d’avion à partir de la France à destination de l’Algérie, c’est un peu comme le Yeti. Tout le monde en parle, personne ne l’a vu.

Durant la campagne électorale pour la présidentielle d’avril 2009, le président candidat s’était engagé à réduire les tarifs des billets pour les ressortissants algériens voyageant à bord de la compagnie Air Algérie. Près d’un mois après la réélection de Bouteflika, cette promesse électorale connaît-elle un début de commencement ? Rendez-vous dans une agence de voyages Al Djazaïr dans le quartier de Barbès, l’une des plus fortes concentrations d’Algériens dans la capitale française. Mohamed, 21 ans, salarié intérimaire dans la région parisienne, a déjà acheté son billet pour aller passer des vacances en été dans la région de Annaba. Coût du billet : 550 euros. Chaque année, précise-t-il, c’est le même rituel. Sa famille constituée de 5 personnes doit débourser pas moins de 2500 euros pour prétendre au voyage annuel au bled. Alors la promesse de Bouteflika ? « C’est du vent, dit Mohamed. Avant le vote, ils promettent mille et une choses, mais une fois élus, ils nous oublient. Je ne crois pas à cette promesse. » L’engagement électoral du président, Khedidja n’en a même pas entendu parler. Assistante sociale, installée à Paris, elle se rend une fois par an à Oran pour voir ses proches. Aujourd’hui, elle a payé son billet 353 euros, profitant de la promotion mise en service par la compagnie nationale. « Une réduction des tarifs est la bienvenue, s’exclame Khedidja. C’est une excellente initiative. Ainsi on pourra voyager plus souvent en Algérie et profiter davantage de notre pays et de nos proches. » Bien sûr, au sein de la communauté algérienne dans l’Hexagone, forte de quelque 700 000 personnes, on commente cette promesse du chef de l’Etat avec un mélange de doute et d’impatience.
Bons de réduction
C’est que le coût du voyage à destination d’Algérie revient relativement cher, a fortiori pour les familles nombreuses. Si au cours de l’année, Air Algérie, ainsi que les deux autres compagnies qui desservent le pays, Aigle Azur et Air France, proposent des tarifs promotionnels très attractifs, il n’en est pas de même pour la saison estivale, période durant laquelle on assiste au rush des voyages. Idir, 40 ans, agent de sécurité, veut bien croire à la promesse du président, lui qui n’a pas foulé le sol algérien depuis 4 ans pour cause de cherté du billet. « On a entendu parler, mais pour l’heure personne n’en a bénéficié », avance-t-il. « Les émigrés en parlent, mais aucun n’est en mesure de nous fournir la moindre explication ou renseignement. » Mohamed, responsable des ventes Maghreb à l’agence Al Djazaïr, croit connaître le fin mot de cette promesse présidentielle. Selon lui, cet engagement devrait se concrétiser à travers une loi qui sera adoptée par l’Assemblée nationale. En vertu de ce texte législatif, les familles démunies, les salariés à faibles revenus (moins de 1200 euros par an) ainsi que les personnes âgées de plus de 60 ans pourraient présenter un dossier auprès des consulats d’Algérie en France dans l’espoir de bénéficier d’une aide de l’Etat. Celle-ci pourrait prendre la forme de bons de réduction à faire valoir dans les succursales d’Air Algérie et dans les agences de voyages agréées. « Il ne saurait y avoir de baisse substantielle généralisée des billets en direction de l’Algérie de la part d’Air Algérie », explique Mohamed. « Aucune compagnie n’accepterait ce qui s’apparenterait à une concurrence déloyale. En fait, cette réduction que tout le monde évoque ici et là serait une aide de l’Etat via ses représentations consulaires. » En attendant que celle-ci se concrétise, on peut toujours méditer l’adage populaire : les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Source :El Watan Samy Ousi-Ali

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires