Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 23:12

Mise en œuvre de l’accord d’association avec l’Union européenne

Les résultats d’une étude d’impact sur l’application de l’arrangement seront connus en juin prochain.
L’Algérie vient de démarrer un programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association (P3A). Cette démarche a pour but d’appuyer l’administration algérienne dans le travail nécessaire à la réalisation des objectifs tracés dans le cadre de1 cet accord. P3A facilitera ainsi la réussite du partenariat entre l’Algérie et l’Union européenne et renforcera davantage le processus de mise en œuvre de l’accord. Doté d’un budget de 10 millions d’euros, P3A est composé en fait de deux principaux instruments : jumelage institutionnel et Taiex. Le premier se veut un outil de coopération entre un service public d’un pays partenaire et l’institution équivalente dans un État membre de l’UE. “Les jumelages ont été développés pour permettre aux pays candidats à l’adhésion de se doter d’administrations capables de transposer et d’appliquer l’acquis communautaire”, explique M. Aïssa Zelmati, directeur de l’Union de gestion du programme (UGP). Concrètement, précise-t-il, à partir d’un domaine de coopération prévu par l’accord d’association, une administration algérienne peut bénéficier de l’appui d’une institution d’un État membre pour améliorer ou moderniser les lois et les réglementations et son organisation. Le second instrument est en fait une assistance technique et échange d’informations. Le Taiex fournit donc aux pays voisins une assistance à court terme. Les domaines d’intervention peuvent être liés au rapprochement de la législation algérienne avec celle de l’Europe. À l’aide de cet instrument, il est mis à la disposition des experts publics des États membres et les besoins d’assistance sont également identifiés. Pour une meilleure explication de ces dispositifs, l’UGP organisera un séminaire le 12 mai à la résidence El-Mithaq. La particularité du P3A est que le gouvernement peut utiliser de façon flexible à sa demande le fonds mis à la disposition de ce programme. Le but est de développer des actions selon les nécessités spécifiques des institutions algériennes engagées dans la mise en œuvre de l’accord d’association. Pour cela, il a été mis en place un comité, présidé par le ministère du Commerce, qui réunit les représentants des institutions impliquées appelées communément “points focaux”. Le P3A s’intéresse ainsi à l’accompagnement des réformes économiques, politiques et commerciales. Pour l’année 2009-2010, le programme s’intéressera à la modernisation du système budgétaire, à la simplification des procédures fiscales, à l’évaluation des politiques publiques, à l’amélioration du système d’information économique et aux relations commerciales (OMC) et la libéralisation du commerce des services. C’est ainsi que le ministère du Commerce a demandé une étude d’impact quant à la mise en œuvre de la l’accord d’association. Les premiers résultats sont attendus pour le mois de juin prochain et le reste à compter du mois de septembre. À noter que la nouvelle politique de voisinage remplacera le programme Meda. Cinq projets de jumelage ont été jusque-là arrêtés par l’UGP. Il s’agit de l’Agence algérienne de l’artisanat, de la certification et de la normalisation (Algerac, Inapi, Ianor…). Les autres projets touchent, en outre, l’autorité chargée de la concurrence au ministère du Commerce, l’Algérienne des Eaux (ADE) et les finances, notamment la politique budgétaire. Par ailleurs, un second programme d’une enveloppe de 24 millions d’euros est également prévu entre 2011 et 2013. “À travers P3A, l’Algérie renforce ses liens dans la région en bénéficiant de l’expérience cumulée par les autres pays dans le même domaine”, affirme M. Zelmati. Pour rappel, la convention de financement de ce programme a été signée le 17 décembre 2007 et l’UGP n’a été opérationnelle que le mois de mars dernier, à l’arrivée des experts et après réception des locaux que cette union a obtenus.
Source Liberté Badreddine Khris

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires