Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:16

TFC. André-Pierre Gignac résiste à l'appel des grands clubs

Bien que convoité, l'attaquant vedette des Violets réaffirme son attachement au club de la Ville rose. Récit d'une métamorphose.

De l'ombre à la lumière. Du banc de touche aux feux de la rampe. Aujourd'hui courtisé hier décrié - pour faire court. Au pays du ballon rond, ça va vite. Très vite. Tué dans l'œuf, «Dédé» est ressuscité. L'image n'est pas trop forte, l'intéressé confirme : « La saison dernière, beaucoup de personnes m'avaient enterré. Moi, je savais que j'allais rebondir. » Le foot est une religion, elle a droit à ses miracles : APG est revenu plus fort encore. « Je n'avais peut-être pas les épaules, j'ai flanché mais j'avais aussi à cœur de prouver que 2007-2008 ne fut qu'un accident... »

En quelques semaines, le destin d'André-Pierre Gignac, 23 ans, a basculé de joueur secondaire à jeune premier. Doublure en violet, l'enfant de la balle est devenu avant-centre en bleu ; remplaçant au TFC, Dédé a forcé la porte du club France. Qui l'eut cru ? Ne nous cachons pas : personne. Sauf Alain Casanova qui aura su le redresser de sa saison noire, le relancer sur les terrains de l'Hexagone pour l'élever in fine au rang de meilleur buteur de L1 !

La trajectoire est celle d'une comète. La scène, déjà narrée dans ces colonnes, mérite à nouveau le détour pour éclairer le personnage. Nous sommes pendant l'intersaison, Gignac continue de se poser des questions (Lens veut l'attirer dans ses filets... en Ligue 2), «Casa» le prend entre quatre yeux : « Je crois en toi, tu as le potentiel première division pour marquer entre 20 et 25 buts. » Gignac se marre - « je pensais qu'il se foutait de ma gueule ! » - mais bosse d'arrache-pied (le droit, naturellement, 20 de ses 22 buts en championnat, série en cours). Car il marche à la confiance. Il l'avoue sans détours : « Alain est en grande partie responsable de mon come back. » Carbure à l'affectif : c'est un grand gosse qui a les yeux qui roulent quand on parle «rond».

Son père : « tellement bien au club et dans la vie »

C'est aussi pour cela qu'il ne partira pas de Toulouse cette saison. Lui qui a prolongé cet hiver, est un homme simple, sain, de parole. Il sait qu'il est redevable au TFC, en quelque sorte. Papa - son premier conseiller - répète à l'envi : « Fiston est aux anges mais il est resté le même : il veut continuer sa progression, ici. »

La confiance, on l'a dit. La réussite, ensuite. Là où Elmander avait attendu dix matches (!) pour scorer lors de sa première année, Gignac a marqué dès la deuxième journée. C'était cet été, pour Dédé il a duré toute la saison...

Ces clubs qui s'intéressent à APG

L'Olympique de Marseille. Fin décembre 2008, le nom de Gignac circule près du Vieux-Port. à la recherche de la perle rare en attaque, l'Olympique de Marseille, aurait envisagé de faire une offre à Toulouse afin de s'attacher les services d'André-Pierre Gignac lors du mercato d'hiver. Si offre il y a eu, sera-t-elle renouvelée ?

L'Olympique lyonnais. Le 20 avril 2009, une rumeur prête à l'OL l'intention de recruter l'attaquant toulousain. Lyon qui cherche à enrichir son arsenal offensif aurait trouvé en Gignac la gâchette capable d'épauler Karim Benzema. Et serait prêt à signer un chèque de 15 millions d'euros au club toulousain. À ce jour, l'information n'a été confirmée ni par l'OL, ni par le TFC.

Aston Villa. Le 18 mai 2009, la presse britannique révèle que club d'Aston Villa s'intéresse au meilleur buteur du championnat de France, le Toulousain André-Pierre Gignac.

Repères

Au club jusqu'en 2012

Joint hier soir par téléphone, le président du TFC, Olivier Sadran, dit « commencer à être très agacé » par les spéculations autour de son attaquant vedette. « J'ai déjà répondu à ces questions et André-Pierre Gignac a déjà répondu à ces questions », élude sèchement Olivier Sadran. Pour le président du TFC, André-Pierre Gignac est sous contrat avec le TFC jusqu'en 2012, point final.

L'attaquant originaire de Martigues avait prolongé son contrat d'une saison, jusqu'en 2012, en janvier dernier. Depuis, il a toujours martelé qu'il se sentait bien à Toulouse. « Je serai toulousain la saison prochaine. Je le dis et le redis, j'ai envie de rester ici. Marseille, ce n'est pas fait pour moi à cause de l'environnement, de ma famille qui est proche, c'est aussi le club de mon cœur. Non, il vaut mieux que je reste à 400 km de Marseille » affirmait-il le 6 mai dernier.

Le sujet enflamme les forums de supporters

Dès avant-hier, la rumeur du départ de Gignac a envahi les forums de supporters. Au départ, sur tfc.info, on ne s'inquiétait pas trop. Enzo1974 : « Surtout avec tout ce qu'il a pu dire sur son attachement à Toulouse, et la Coupe du monde en vue. » Ryga24 : « C'est pas un club comme Aston Villa qui donnera à Gignac l'idée de changer d'avis... Je ne m'inquiète pas ! » Et puis, tou_lou_sain est arrivé : « Un buteur à 22 buts peut-il rester en L1, qui plus est au TFC ? Les sirènes vont se faire de plus en plus bruyantes jusqu'au 31 août, et il ''suffit'' qu'un club fortuné anglais décide de débourser 25 M€ pour que Sadran ouvre la porte et déroule le tapis rouge. » Pirlo21 a renchéri : « Ni le nom ni le prestige d'un club n'y feront rien. C'est le montant du transfert et le salaire proposés respectivement à Sadran et Gignac qui décideront. » Mais Ryga24 n'était toujours pas d'accord : « On disait également ça pour Elmander après sa première saison... Mais voilà, le joueur voulait rester, et les belles offres sont également revenues la saison qui a suivi ! » Argument qui n'a pas suffi à convaincre tou_lou_sain, qui avance même que Gignac ne doit pas être une priorité ! « Pour moi, si on veut bâtir sur le ''long'' terme et avoir une ''identité'' TFC, il y a des joueurs à garder absolument : Congré, Capoue, Sissoko, Fofana, M'Bengué voire Pentecôte. Prioritairement par rapport à Gignac.» Chogan, lui, ne voit pas l'avenir sans «Dédé» : « On jouera peut être l'Europe l'an prochain, énormément grâce à lui et ses plus de 20 buts ! Je doute que même avec 30 millions en poche, on parvienne à recruter un goleador qui nous en fasse autant... On finirait par recommencer à ramer et au final, les 30 millions partiraient vite en fumée. Gignac est plus ou moins notre gagne-pain, non ? » « On n'a qu'à créer un nouveau sujet de conversation : ''Quel est le prochain club anglais à vouloir son Gignac ?'' Et nous, on pourrait jouer aux pronostics... En sachant qu'il va rester chez nous... », proposait avec humour VirgoShaka.En attendant la prochaine offre venue d'outre-Manche ou d'ailleurs, les paris sont ouverts.

Ceux qui sont partis l’an dernier, que sont-ils devenus ?

Johan Elmander, le plus gros transfert du TFC (13 millions d'euros), n'a pas réussi une grande saison avec Bolton (13e de Premier League). Cinq buts en 29 matches, c'est peu, même pour un joueur qui ne se considère pas comme un buteur. Une première saison d'adaptation dans le championnat anglais, émaillée de deux blessures. Mais on était en droit d'espérer davantage du Suédois, auteur de vingt-deux buts en deux saisons de Ligue 1, dans un championnat réputé pour ses défenses friables.

Parti également dans un club de second rang (pour 7 millions d'euros), Achille Emana a, lui, été rapidement adopté par l'exigeant public du Bétis Séville (15e de la Liga). C'est le meilleur buteur du club, avec 11 buts au compteur (contre 7 l'an dernier avec le TFC). Formé au FC Valence avant d'arriver au TFC en 2001, son adaptation s'en est trouvée facilitée.

Nicolas Douchez est parvenu à maintenir son niveau en passant au Stade Rennais, et fait désormais partie des 5 gardiens de la «short list» de Raymond Domenech, pour la Coupe du Monde 2010. Un pari réussi pour lui aussi.

Source La dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires