Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Pages

23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 11:51

Algérie - Caisse nationale des retraites

Revalorisation des pensions sur fond de crise

La CNR est confrontée à des difficultés financières dues au fait que deux millions de travailleurs ne sont pas déclarés à la sécurité sociale. Le conseil d’administration a proposé au ministère de tutelle d’augmenter les pensions et allocations des travailleurs partis en retraite.
La Caisse nationale des retraites (CNR) a adopté un budget de 8,2 milliards de dinars pour l’exercice de l’année en cours à l’effet de couvrir la revalorisation des pensions des deux catégories concernées prévue chaque 1er mai comme le recommande l’article 43 de la loi de juillet 1983, relative à la retraite, avons-nous appris auprès du secrétaire général de la Fédération nationale des travailleurs retraités (FNTR), Ahmed Gadiri, qui est aussi membre du conseil d’administration de la CNR. « Nous avons adopté ce budget en tenant compte de la situation financière de la CNR. Nous l’avons soumis à la tutelle, à savoir le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale pour l’avaliser », indique le même responsable.

Il ajoute que le conseil d’administration en question a émis en avril dernier des propositions de révision des retraites et AVTS à la tutelle. Il s’agit d’augmenter de 12% les pensions et allocations des travailleurs partis en retraite avant août 1996 et de 7% pour ceux partis après cette date. « Ceux qui sont partis avant cette date en retraite n’ont pas bénéficié de la mesure d’actualisation des salaires servant de base pour le calcul des pensions. Aujourd’hui, 1,8 million de retraités, des deux catégories confondues, sont affiliés à la CNR. Entre-temps, près de 4 millions de travailleurs cotisent à la sécurité sociale », explique-t-il.

Cela dit, poursuit Ahmed Gadiri, la CNR est confrontée à des difficultés financières dues au fait que « deux millions de travailleurs ne sont pas déclarés à la sécurité sociale. Ils exercent pour la plupart dans les secteurs privés et de l’agriculture. Face à cette situation, le ministère du Travail est en train d’étudier l’idée de créer une caisse de recouvrement des cotisations. Elle aura pour mission de veiller à ce que les travailleurs soient déclarés à la sécurité sociale. Autre problème, il y a des entreprises qui ont déclaré leurs salariés à la sécurité sociale, mais ne versent pas régulièrement les cotisations ».

La CNR compte deux catégories de retraités.

Il s’agit, en premier lieu, des bénéficiaires de la pension de retraite. Y ouvrent droit les travailleurs ayant cotisé à la sécurité sociale au moins 15 ans. La seconde catégorie regroupe les salariés comptabilisant entre 5 et 14 ans de cotisation. Ils touchent ainsi ce qui est appelé les Allocations de vieux travailleurs salariés (AVTS). La cherté de la vie impose la nécessité de réévaluer le régime de retraite tout en tenant compte de la situation financière de la CNR. Or, comment concilier l’impérative nécessité de protéger le pouvoir d’achat de cette catégorie sociale et les moyens financiers dont dispose la caisse concernée ? Moyens qui dépendent de la situation économique du pays. M. Gadiri rappelle que les décisions d’augmentation de pensions et AVTS annoncées par le président de la République sont appliquées depuis 2007 et 2008.
Pour la première catégorie, la mesure touche les retraités dont le salaire de base est inférieur à 75% du SNMG. Ainsi précise-t-il : « Il n’y a plus de pension au-dessous de 11 000 DA. Pour l’AVTS, le minimum est fixé à 3500 DA. Ces augmentations dans leur ensemble sont comptabilisées sur le budget de l’Etat. C’est ce dernier qui les prend en charge. Pour pallier les difficultés financières de la CNR, conformément aux instructions du président de la République, depuis 2006, il est prélevé 2% de la fiscalité des hydrocarbures qui doivent être versés dans un fonds de réserve des pensions de retraite. » Nous avons tenté en vain de recueillir l’avis du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.
Source : El Watan Amnay Idir

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires

tahar 05/07/2009

je souhaite que le ministre se penche sur les problemes des retraire proportionnelle car cette catequori de retraite souffrent emormement et ils sont tous des pere de famille que dieu soit avec tous le monde et que mr le ministre entend nos appel et comprend notre situation qui se degrade de jour en compte tenu de chairete de la vie  bonjour atous et a la proche merci

mohamed 03/08/2010



slt aucune augmentation pour les retraites


2  pour  cent



boumaaza lahbib 25/01/2011



juste une remarque en ce qui conserne l'application de l'IRG.


  il est plus correct de considerer l'exonoration d'impot a toutes les retretes pour la partie de 20000da(fixee par la loi) . ce qui donne un sens et une justice a chaque
categorie de salarier autrement dit celui qui touche 20000 sera mieux paye que celui qui touche 24000(a titre
d'exemple).                               
d'ailleur ce meme point a ete souleve et traite par demonstration sur la presse nationale et  qui et reste sans suite.


Meilleures salutations.


 



Tatar 04/04/2011



   Les mauvaises conditions de vie, la dégradation du pouvoir d’achat, les moult des agréments d’Algérie poste et les contraintes de la cnas sont
devenus le quotidien des retraités –mieux encore les récentes augmentations  conséquents avec rappel de touts les fonctionnaire de l’état et l’indemnité de chômage attribuée
sans contre partie  sont certes les bienvenues pour une meilleure répartition des richesses et répondre aux aléas d’un climat délétère ,dont seules victimes sont ceux qui ont
donné le meilleur d’eux-mêmes durant plus d’un quart de siècle pour être aujourd’hui des personnes dignes de mépris et de haine ,mais aussi de personne malheureux qui inspire de la pitié
pour le seul tort d’avoir été un travailleur qui a agit en homme sage, réglé dans ses meurs et sa conduite ?


Malgré le poids de l’âge et les maladies incurables, les retraites de Sidi Amar à l’instar des autre communes ne perde pas espoir et interpellent les pouvoirs
public pour


1-Eviter la disparité  et instaurer une équité sociale conforme au contrat social et moral


2-Une pension de retraite décente et honnête qui doit répondre aux exigences de l’heure


3-Une indemnité convenable a la femme au foyer calculée au moins par analogie a celle de


    L’indemnité de chômage


4-Une régularisation des indemnités  des allocations familiales, et intégrer dans l’assiette de calcul


   De la rente les indemnités de congés annuels.


5-Eliminer ou atténuer les désagréments causés par Algérie poste par une organisation commode


   Afin de préserver la dignité et  le respect des usagers ou le manque de liquidité et les grosse files d’attentes
n’ont pas lieu d’existé


6-L’accès aux soins à tous ,et un meilleur recouvrement conformes et égales aux dépenses des prestations fournies les analyses médicales, les
consultations des spécialistes et les curs thermales


POUR PEU QU’IL Y AIT JUSTICE SOCIALE LES RETRAITES DE LA COMMUNE DE SIDI AMAR NON ADHERENT  A LA  F N T R
  


Aspirent a des solutions rapides et adéquates pour renouer avec les valeurs  humaines et rompre avec l’hostilité qui rongent la société, ou
le respect et la dignité, des retraités seront préserver et respectes par la société



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog