Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 06:59

Algérie - Cherchell: Les rues font jaser

Des voix citoyennes concordantes s'attellent à ne pas dire que du bien de la gestion de certains quartiers de la ville et des préoccupations citoyennes.
L'illustration de ce mécontentement collectif se traduit par le ras-le-bol de ces citoyens devant l'état de dégradation avancée de certaines rues et ruelles de la ville, à l'image des rues jouxtant la cité Kaïd Youcef, la cité Taghirint, la cité Abdi Abdi, les rues jouxtant le nouveau lycée Est et bien sûr les incontournables cités DNC et Mahem où les rues semblent être labourées au vu et au su des gestionnaires de l'APC, particulièrement au niveau de la nouvelle agglomération de la DAS Habbouche.
Les représentants des diverses agglomérations de la ville sont en permanence interpellés par les citoyens de ces quartiers situés au cœur de la ville. Ces derniers répondent en jurant, qu'ils ont soumis leurs élus à un tir croisé à ce propos. Pourtant le président de l'APC, M. Berrouane, dans ses réponses et ses propos, semble rassurant: «L'APC a pris en charge ce problème», aurait-il répondu à ces citoyens.
La première semonce nous vint de l'imparable accusation du délégué de la cité DNC, agglomération de 2.000 habitants, en l'occurrence M. R. Mohammed, qui rappelle en substance: «Notre cité, outre qu'elle ne dispose que de faibles structures d'accompagnement, de loisirs ou de centre commercial, se trouve enclavée par l'aspect impraticable de ses accès, surtout en période hivernale». Quant au représentant de la cité Taghirint, vestige colonial, qu'il se complait à dénommer «cité SOS», il prend résolument le relais et interpelle les responsables: «Notre belle ville est touristique et historique. C'est grave qu'une ville aussi importante dispose de rues qui pataugent dans la boue, cela depuis la réalisation du récent système d'évacuation des eaux de pluie», nous avoue-t-il.
Mais, c'est une association civile de Cherchell qui clôt ces critiques avec une série de sévères remarques et par des interrogations lourdes de conséquences en direction des élus de l'APC.
En effet, M. Hadj H. M., responsable de cette association, s'interroge: «Nos doléances et nos remarques à propos de la gestion de la ville portent sur un problème de sécurisation et d'hygiène des principales artères, dès lors que l'éclairage vient à disparaître plusieurs fois par semaine. Nous avons lancé en direction de l'APC, de véritables cris de détresse; les aspirations et les attentes des citoyens de la ville se passent de la construction de beaux trottoirs au détriment des rues dégradées, de l'électricité et du transport urbain».
Source Le Quotidien d’Oran L. Houari

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires