Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 00:02

Des nouvelles commandes pour Airbus
 

Il devance son rival Boeing depuis le 1er janvier.

Sur le tarmac du Bourget, les Airbus et les Boeing se font face, symbole de la rivalité

entre les deux avionneurs

Leurs chalets sont à quelques dizaines de mètres l'un de l'autre. Comme à chaque Salon du Bourget, Airbus et Boeing s'affrontent en face-à-face. En cette période de crise pour les compagnies aériennes et donc pour les constructeurs d'avions, cette lutte est d'autant plus regardée. Et c'est la firme de Blagnac qui a décroché la première grosse commande du premier Salon mondial d'aéronautique. Airbus a en effet annoncé hier une commande de vingt-quatre appareils de la famille A320 de la compagnie Qatar Airways. La compagnie nationale basée à Doha fera un chèque de 1,9 milliards de dollars pour s'offrir ces nouveaux avions.

Ce fidèle client d'Airbus (Qatar a déjà commandé 80 A350) a permis à l'Européen d'occuper le terrain hier dans un Salon du Bourget un peu déprimé. Le carnet de commandes d'Airbus, qui était de onze appareils à la veille de l'ouverture du Salon, bondit donc à 35 appareils alors que le compteur de l'Américain Boeing reste bloqué à zéro. Et la firme de Seattle ne s'attend pas à des grosses commandes avant la fermeture du Salon.

En revanche, le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, en a gardé sous le coude. Une nouvelle commande devrait être dévoilée aujourd'hui alors que la rumeur prête à Vietnam Airlines l'intention d'acheter deux A350 et seize A321 pour un montant de 1,9 milliard de dollars. Autre bonne nouvelle, Tom Enders a glissé hier en marge d'une signature de contrat qu'Airbus n'annoncerait pas d'annulations de commandes durant le Salon du Bourget. Le PDG d'Airbus a voulu rassurer la communauté aéronautique de la solidité de son carnet de commandes qui atteint 3 500 avions à livrer, soit plus de cinq ans de production. Malgré tout, Airbus ne réitérera pas son bilan du Bourget 2007 durant lequel il avait moissonné 400 commandes fermes. Cette année, on s'attend à 100 commandes.

ATR s'en tire bien aussi

L'autre avionneur de Toulouse qui passe la crise sans trop de casse, c'est ATR. Spécialiste des avions régionaux à hélices, le constructeur de Blagnac a dévoilé hier qu'il avait engrangé 28 ventes d'avions neufs depuis le 1er janvier. Hier, c'était Vietnam Airlines qui officialisait l'achat de deux nouveaux ATR de 72 places. Aujourd'hui, il annoncera encore dix ventes assorties de dix options qui pourraient rapidement se transformer en achats fermes.

Crash: le BEA fait un point demain

Le drame du vol AF 447 est l'objet de toutes les discussions dans les allées du 48e Salon du Bourget. D'autant que l'événement aéronautique attire à chaque édition de nombreux journalistes brésiliens. Hier, Air France a annoncé avoir finalisé son programme de remplacement de toutes les sondes Pitot qui servent à mesurer la vitesse de ses avions long-courriers A330 et A340.

Elle avait fait savoir que ce changement qui ne « préjuge en rien des causes de l'accident » serait effectué pour ce mardi. Le syndicat national de pilotes de ligne (SNPL) qui a révélé l'information a fait savoir que la compagnie avait accéléré ces derniers jours ce vaste plan de remplacement. Chez le fabricant Thalès, hier, on se refusait toujours à commenter l'implication ou non des sondes Pitot dans la chaîne d'événements qui a conduit à la perte de l'Airbus d'Air France.

Le Bureau d'Enquêtes et d'Analyse (BEA) a annoncé qu'il ferait un point d'étape sur l'enquête technique demain matin. Pour l'heure, les premières pistes d'investigation ne sont guidées que par les messages envoyés automatiquement par l'avion avant son crash et par l'état des pièces récupérées dans l'océan. La théorie de la dislocation semblerait s'éloigner au profit d'un crash en mer.

Les sous-traitants redoutent les baisses de cadences

Le centenaire du Bourget est clairement un salon de crise. Pas ou peu de commandes, concurrence de plus en plus mondiale entre les fournisseurs… certains sous-traitants font la grimace. « Je viens au salon parce qu'il faut y être mais je n'attends pas grand-chose de ce salon. Airbus me met en concurrence avec des fournisseurs low cost toujours plus agressifs », lâche un chef d'entreprise toulousain sur son stand.

Et il n'y a pas que les petits qui sont à la peine. L'équipementier toulousain Latécoère, un major du secteur, n'a pas de chalet cette année sur le salon. Trop cher compte tenu de la situation délicate de la société. Elle n'a pas été retenue pour reprendre les usines Airbus de Méaulte et de Saint-Nazaire et a donc dû se contenter de lots de consolation sur le futur A350. « Je comprends que pour eux ce Bourget ait un goût amer », confie un industriel dans les allées des chalets. Seule fierté : la grande porte du Boeing 777 cargo flambant neuf sous les couleurs d'Air France enchaîne les démonstrations devant les visiteurs. Latécoère a en effet été retenu par la firme de Seattle pour ce contrat et a aussi gagné les portes du futur Dreamliner 787.

D'autres fournisseurs profitent de la crise pour rebondir. « Nous avons développé une offre de crise qui consiste notamment à proposer aux compagnies aériennes une solution pour réduire leur consommation de kérosène de 6 à 7 % », explique Alain Carcasses, directeur général d'Aeroconseil. Cette offre qui permet à une compagnie aérienne de réduire ses coûts a séduit la compagnie toulousaine Air Méditerranée qui sera le client pilote dans quelques jours. Aeroconseil est une PME installée à Blagnac qui emploie un millier de salariés pour 100 millions d'euros de chiffre d'affaires. Celui-ci sera toutefois impacté par la crise. Il restera stable cette année contre des croissances de l'ordre de 20 % par an habituellement. La société, qui profite de gros contrats de développement sur l'A350, embauchera toutefois 150 personnes en 2009. Tous les fournisseurs ne sont donc pas logés à la même enseigne. Latécoère a, lui, décrété le gel des embauches.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires