Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 06:37

L’Algérie a battu hier la Zambie (2-0) et prend option pour le mondial : L’immense espoir…

 

Absente de la phase finale du Mondial depuis plus de deux longues décennies, l’équipe nationale de football est bien partie pour s’assurer une place dans l’édition de l’été 2010 en Afrique du Sud. Tombeurs des Egyptiens (3-1) et beaux vainqueurs, hier à Konkola Stadium, devant les Chipolopolo de la Zambie (0-2), les Verts ont désormais leur destin entre les mains. Les hommes de Saâdane se doivent toutefois de continuer sur cette voie gagnante afin de réaliser le rêve de tout un peuple qui n’a que son équipe nationale pour oublier un tant soit peu ses difficultés quotidiennes. Le match à présent. Dès le coup d’envoi du match, les coéquipiers de Ziani sont allés occuper intelligemment les espaces sensibles de la surface de jeu, bouclant ainsi toutes les issues devant les joueurs zambiens mal inspirés. Ils ne sont arrivés que rarement à inquiéter le portier Lounès Gaouaoui durant la première mi-temps. Les Algériens procédaient, entre temps, par des contres dangereux. Mais c’est sur une balle arrêtée que l’équipe algérienne parviendra à tromper l’infortuné Mweene. On jouait en effet la 21e minute quand le petit lutin, Karim Ziani, exécute un coup franc sur la tête de Ghezzal qui, de son côté, dévie le cuir sur Bouguerra, le ranger, lequel ne se fait pas prier pour battre d’une tête vicieuse le portier zambien. Les Verts mènent par 1 à 0.
Cette réalisation, intervenue au bon moment, donnera plus de confiance aux coéquipiers de Matmour. Ces derniers gèrent à leur guise la première période durant laquelle les Zambiens n’ont pu trouver de solution grâce à un Halliche, rassurant, un Bouguerra des grands jours, et un Antar Yahia, tout simplement irréprochable. Les deux équipes rejoindront les vestiaires sur ce score (0-1). Hervé Renard procède en début de seconde période à des changements à même de revenir au score. La Zambie va se montrer, du coup, plus menaçante devant des Algériens repliés, on ne sait pour quelle raison, derrière. Cela a laissé la voie libre aux locaux qui se créeront un grand nombre d’occasions de buts, mais l’efficacité leur a fait fatalement défaut : Singuluma, Kalaba, Tembo et Félix Katongo ont fait montre d’une incroyable maladresse devant les buts de Gaouaoui. Les Verts en profitent et amorceront des contres qui finiront par porter leurs fruits par l’intermédiaire de Rafik Saïfi qui, royalement servi par Djebbour, bat de près Mweene (66’) et ce, cinq minutes après son incorporation à la place de Ghezzal. Affectés psychologiquement, les Chipolopolo n’arriveront pas à revenir à la marque. L’Algérie préservera son avantage au score malgré les cinq minutes de temps additionnel comptabilisées par l’arbitre camerounais Divine Evehe qui aura, faut-il le souligner, dirigé la confrontation d’une main de fer.
Saâdane piège le… Renard
Rabah Saâdane s’est montré plus renard que le coach zambien (Hervé Renard) en le piégeant dans son propre fief. Le coach national a remporté la bataille et sur le plan tactique et sur le plan du résultat. Après s’être livré une impitoyable guerre des mots, Saâdane a eu, en effet, raison d’un Hervé Renard nettement moins renard, comme il veut le faire croire. Avant le technicien zambien, c’est l’entraîneur égyptien Hassan Shehata qui fut piégé par le rusé Saâdane. Les Pharaons, vainqueurs ce week-end devant le champion du monde italien, se sont fait ridiculiser au stade Tchaker de Blida sur le score sans appel de 3 buts à un.
Konkola Stadium (Chililabombwe)
Arbitrage : Divine Evehe, Yanoussa Moussa et Joseph Lambi (Cameroun)
Buts : Bouguerra (21’), Saïfi (66’) Algérie
Averts : Ziani et Matmour (Algérie)
Zambie : Mweene, Mulenga, Banda, Musonda, Nyambe, Mbola, F. Katongo, C. Katongo (Mayuba 71’), Kasonde (Chivuta 46’), Singuluma (Tembo 46’), Kalaba
Entr : Hervé Renard
Algérie : Gaouaoui, Halliche, Bouguerra, Belhadj, Yahia, Mansouri, Lemouchia, Matmour, Ziani (Bezzaz 89’), Ghezzal (Saïfi 61’), Djebbour (Bouazza 81’)
 Entr : Rabah Saâdane
Source El Watan
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires