Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 07:12

Algérie - Il sera extradé par Londres vers Alger : Fin de cavale pour Abdelmoumène Khalifa

C’est l’épilogue provisoire d’une âpre bataille juridique entre Alger et Londres : le tribunal de Westminster a décidé, jeudi, de confier le sort de l’ex-milliardaire algérien, Abdelmoumène Khalifa, à la justice algérienne. A l’écoute du verdict, l’ancien businessman n’a soufflé mot sur cette décision. Son avocate, Anna Rothwelle, a fait part de son intention de faire appel devant la Haute cour de Londres ; le processus pourrait s’étaler sur plusieurs mois. La défense dispose aujourd’hui d’une dizaine de jours pour trouver des éléments solides lui permettant de faire appel. Le fait est que A. Khalifa a basé sa défense sur son statut, réel ou présumé, de « victime », allant jusqu’à laisser penser que le président algérien aurait été « jaloux » de sa percée extraordinaire. Il n’a pas apporté d’élément concret prouvant son innocence dans les affaires de détournement dont il est accusé. Le juge Workman a déclaré n’avoir trouvé « aucune preuve » permettant de soutenir que l’Algérien était victime, comme l’affirme sa défense, d’un règlement de comptes politique de la part du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.

Selon l’avocat et défenseur des droits de l’homme, maître Mostefa Bouchachi, si Khalifa est extradé « tout recommencera à zéro ». « Il devrait y avoir un arrêt de la chambre d’accusation. Khalifa aura droit à un nouveau procès », nous explique-t-il. Me Bouchachi souligne que « A. Khalifa a le droit de faire appel devant une juridiction suprême ». « Il ne pourra pas être extradé pendant cette période. L’extradition n’est pas pour demain », affirme encore l’avocat. Abdelmoumène Khalifa a déjà été condamné, par la cour de Blida, à la réclusion à perpétuité par contumace, pour « association de malfaiteurs, vol qualifié, détournement de fonds, faux et usage de faux ».

Le tribunal londonien s’est longtemps montré réticent à une éventuelle extradition de l’ex-golden boy, émettant des suspicions sur l’indépendance du système judiciaire algérien et sur la possibilité pour Khalifa de bénéficier d’un procès équitable. Le changement de ton est aujourd’hui patent. Au tribunal de Westminster, le juge Timothy Workman a estimé que cette extradition ne contrevenait pas aux droits de l’homme. Il s’est dit également « convaincu » que les assurances données par l’Algérie quant au respect des droits de M. Khalifa étaient « à la fois fiables et de toute bonne foi ». Il a souligné que si l’ancien golden boy revenait dans son pays, sa condamnation à perpétuité, prononcée en Algérie en mars 2007, serait annulée et qu’il aurait droit à un nouveau procès « suffisamment équitable » et « dans un délai raisonnable ». Le ministre algérien de la Justice, Tayeb Belaiz, a en effet déclaré, il y a quelques jours, que « l’Algérie acceptera toutes les décisions émanant de la justice britannique », espérant toutefois que « la décision britannique concernant cette affaire soit en notre faveur ». L’Algérie n’était pas seule en course pour l’obtention de l’extradition d’A. Khalifa ; la France a également déposé une demande en ce sens auprès de Londres, mais son examen a été gelé dans l’attente d’une décision définitive de la demande algérienne qui prévaut sur celle de Paris.

La justice algérienne satisfaite

La demande algérienne pour l’extradition de Khalifa est basée sur des documents relatifs à la falsification de l’hypothèque de la villa familiale et d’un local commercial jusqu’à la constitution du groupe Khalifa. Parmi les autres chefs d’inculpation retenus contre lui, figurent également les cas de vols survenus au niveau des différentes agences d’El Khalifa Bank, sur ordre de l’accusé lui-même, la gestion anarchique et la négligence ayant marqué les transferts de devises sous couvert de diverses transactions qui étaient en réalité, selon la liste des chefs d’accusation, des détournements organisés. Dans un communiqué rendu public jeudi, les responsables du ministère de la Justice n’ont pas caché leur satisfaction : « Cette décision a été prise suite à une série de procédures qui ont abouti à l’annonce de l’acceptation de la demande algérienne en la forme et à l’examen ensuite de l’objet de la demande, la vérification des pièces à conviction en s’assurant que les conditions qui garantissent un jugement équitable du concerné devant les tribunaux algériens sont réunies et ce, au cours de nombreuses séances d’audition des témoins, d’experts et des plaidoiries des avocats. » La saga du plus grand scandale du siècle ne semble pas près de se terminer.
Patate chaude (Liberté)

Alger, avec son insistance de vouloir ramener l’ex-golden-boy, semble ne pas craindre le déballage médiatique qui va suivre, surtout que Khelifa ne va pas se priver de balancer des noms, encore des noms.

Après six ans d’immunité et de péripéties judiciaires, Abdelmoumène Khelifa sera extradé en Algérie. La justice britannique a ainsi accédé à la demande d’Alger qui héritera bientôt de cette patate chaude.
Les autorités algériennes ont mis les moyens pour obtenir l’extradition de Khelifa, responsable de la plus monstrueuse arnaque bancaire de la décennie. Jamais un dossier n’avait été aussi bien ficelé. Jamais un cas d’extradition n’a suscité autant de négociations, de tractations diplomatiques et de tensions politiques. Khelifa sera extradé en Algérie malgré l’appel qu’il a interjeté comme dernière cartouche dans sa guerre perdue d’avance contre les autorités algériennes. Ce n’est qu’une question de temps.
Mais après ? Quand les images d’un Khelifa menotté sur le tarmac de l’aéroport d’Alger seront vues par les Algériens, restera, probablement, le plus difficile : le juger en Algérie. Khelifa est une patate chaude qui risque de brûler bien des mains au sein du système. Sa défaite à Londres a été davantage politique que judiciaire. Lui qui avait mis l’accent sur le fait que son affaire est un complot politique aura perdu cette bataille puisque la justice britannique a compris que l’Algérie n’est pas la République bananière que le milliardaire déchu prétend qu’elle est.
Khelifa ne sera ni torturé, ni maltraité, ni voué aux gémonies de ses victimes nombreuses et ruinées. Il devra comparaître dans un nouveau procès, dans un “délai raisonnable”. Alger a cédé sur le verdict du procès Khelifa de Blida où on l’avait jugé par contumace et qui avait laissé un goût d’inachevé dans l’atmosphère.
Alger, avec son insistance de vouloir ramener l’ex-golden boy, semble ne pas craindre le déballage médiatique qui va suivre, surtout que Khelifa ne va pas se priver de balancer des noms, encore des noms. Des titulaires de cartes bancaires dorées ou de crédits faramineux. Il va engager la bataille de l’opinion contre le pouvoir. Il tentera de salir des réputations ou de déboulonner les puissants en les accusant d’être ses complices dans une escroquerie diabolique.
Mais le plus important, quoi que “révélera”  Khelifa à la barre des accusés, c’est que l’Algérie a gagné plus qu’une bataille judiciaire. Londres, qui est réputée pour être pointilleuse sur le protocole des extraditions, n’a mis que deux années à trancher le cas Khelifa, alors qu’elle en avait mis dix pour celui du financier du GIA, Rachid Ramda, demandée par Paris. Un signe que la crédibilité de l’État face à un voleur est dorénavant reconnue.

Source El Watan  Amel Blidi et Liberté
Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires