Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 08:31

Rédha Souilamas, professeur de médecine, un des pionniers des greffes du poumon:
« En Algérie, les compétences sont méprisées »

« Moi aussi j’ai été jeune, alors les jeunes je les comprends, mais pas ceux d’aujourd’hui. » Anonyme
Celui qui peut agit, celui qui ne peut pas enseigne. Prise en otage par la bureaucratie et la lutte d’intérêts, la médecine souffre de mille maux. Ils sont des milliers de cadres algériens à avoir fui la médiocratie pour aller monnayer leur talent ailleurs, parfois en le bradant.
Il a le regard mobile, comme celui d’un épervier. Le costume de velours marron porté sur une chemise sans cravate, un soulier léger, l’élégance posée, le vocabulaire choisi, bien qu’il glisse parfois des mots audacieux pour dire son mépris des pratiques malsaines ; il avoue avoir un certain goût pour les choses non conventionnelles. Rédha est ainsi. Il parle de sa passion, la médecine avec une énergie revigorante. Mars 2009 : la chaîne publique française France 2 ouvre son journal de 20h avec cette information qui a tout l’air d’un scoop : « La médecine vient de franchir une autre étape en faisant une avancée spectaculaire dans le domaine de la chirurgie thoracique où les greffes sont désormais possibles », annonce la présentatrice avant de donner la parole en direct du bloc opératoire à un professeur, peu reconnaissable derrière ses lunettes, sa calotte et sa bavette. Le toubib explique en des termes simples cette nouvelle technique plutôt compliquée. En France, c’était une première. Le docteur est Algérien. Il s’appelle Rédha Souilamas, diplômé du Collège français de chirurgie thoracique, chirurgien des hôpitaux de Paris et praticien à l’hôpital européen Georges Pompidou. Ce qu’il a ressenti à ces moments-là ? Beaucoup de fierté d’être le « fer de lance » d’une sur-spécialité de la chirurgie thoracique (la greffe pulmonaire) et le pionnier de techniques innovantes dans un pays où le niveau de la médecine est un des plus élevés au monde. J’ai été aussi très honoré quand la ministre de la Santé m’a officiellement félicité à Paris en avril 2009, lors de l’inauguration du Congrès mondial de transplantation pulmonaire et cardiaque dans lequel j’étais le seul représentant français dans le comité scientifique international d’organisation.
Honoré par la France
En fait, c’est Réda qui a développé la première structure de chirurgie thoracique ambulatoire en France. Il est depuis 5 ans coordonateur du programme de transplantation pulmonaire pour la mucoviscidose. Parallèlement, il dirige un protocole français de reconditionnement ex-vivo de poumons qui serviront à court terme à doubler le nombre de greffes pulmonaires. Etre de partout et nulle part, sans étiquette ni chichi, telle est la carrière de ce Cherchellois bon chic bon genre issu d’une famille de 6 enfants, né en pleine guerre d’Algérie en 1956. Il a grandi dans cette ville provinciale, chargée d’histoire au sein d’une famille de milieu aisé, dans laquelle la personnalité de son père inspirait du respect et de l’admiration. « A cette époque, Cherchell était une grande famille dans laquelle tout le monde avait sa place », se souvient-il. Quant à sa scolarité, « elle a été assez agitée. Ni bon ni mauvais élève, plutôt revendicateur. J’ai passé mon bac à Alger et j’ai entamé des études de médecine qui ont été longues et ennuyeuses. En effet, j’ai longuement hésité et j’ai mis du temps à être convaincu de l’utilité de ces études.
Quand j’ai commencé à fréquenter les blocs opératoires comme étudiant, j’ai découvert alors la chirurgie, ce qui a changé ma vision de la médecine. Les blocs opératoires étaient des théâtres dans lesquels se jouaient tous les jours des pièces avec des acteurs de la vraie vie. J’ai découvert 20 ans après, lors de ma formation de transplantation en Angleterre, que les salles d’opération s’appelaient ‘‘theater’’. Il a fallu néanmoins que je valide les semestres non-chirurgicaux comme la cardiologie, la médecine interne, etc. pour pouvoir prétendre à une spécialisation chirurgicale, ce qui n’a pas été une mince et courte affaire. » Son départ pour l’étranger, comme on le verra, n’a pas été dicté par une quelconque ambition. « Un concours de circonstances, sans plus ! Je suis parti en France juste après mon service militaire. Il y avait deux raisons (en dehors d’un malaise général qui commençait à s’installer à partir des années 1980 et qui s’est achevé comme nous le savons). La première est que j’ai suivi la femme de ma vie qui était repartie vivre en France d’où elle était venue quelques années auparavant. La seconde était liée au fait qu’on m’a refusé de faire des études de spécialisation en chirurgie.
En effet, les premiers de ma promotion avaient choisi des postes de chirurgie, puis il y a eu des désistements. Muni d’une lettre de recommandation d’un éminent professeur, je me suis présenté chez le doyen de la faculté de médecine pour postuler. Il a refusé en arguant que les postes non occupés allaient être attribués au choix l’année suivante. Je me suis permis de lui demander que si j’avais été son neveu, sa réponse aurait été la même. Il m’a sommé de quitter son bureau. J’ai alors quitté la faculté et aussi l’Algérie pour tenter ma chance en France. J’ai été reçu au concours des spécialités chirurgicales pour étrangers à Paris où j’ai fait ma spécialité de chirurgie thoracique en 5 ans. Après avoir obtenu l’équivalence de médecine, j’ai exercé comme chef de clinique pendant 2 ans à l’hôpital Laënnec dans le service de chirurgie thoracique, avant d’être diplômé du Collège français de chirurgie thoracique. »
Un regard critique
S’il est régulièrement invité aux colloques scientifiques où il donne des conférences ayant trait à sa spécialité, Rédha n’en continue pas moins, malgré tous les déboires vécus ici depuis les offres de service à suivre d’un œil attentif ce qui se passe dans son pays natal. Son idée de la prise en charge médicochirurgicale actuelle en Algérie des patients atteints de cancer du poumon, par exemple, est mitigée. La chirurgie thoracique est le « pivot » du traitement du cancer pulmonaire. Cette chirurgie se divise en deux grandes lignes : la chirurgie vidéo-assistée, dite aussi « mini-invasive » qui consiste à faire le diagnostic et le stade d’évolution précis du cancer, voire les deux, et la chirurgie à visée thérapeutique, c’est-à-dire l’ablation de la partie du poumon atteint après un bilan important. « En Algérie, beaucoup de collègues pneumologues, cancérologues et aussi chirurgiens m’ont exprimé leurs difficultés à faire bénéficier leurs patients de ce type de prise en charge par manque de chirurgiens spécialisés et de services dédiés à cette spécialité. Je ne connais pas les chiffres mais les conséquences pour les malades semblent lourdes et notamment la mortalité compte tenu du tabagisme important dans la population algérienne et au vu des dossiers de patients qui me sont régulièrement présentés à Paris pour un deuxième avis de rattrapage. »
Et le professeur d’évoquer la lutte sourde plus bureaucratique générationnelle que politique qui se greffe aux problèmes déjà pesants qui minent le système de santé national. Notre prof n’y va pas avec le dos de la cuillère pour stigmatiser certains comportements négatifs, dont un laisser-aller effarant dans les structures sanitaires. La politique de santé publique algérienne doit tenir compte des besoins épidémiologiques de la population, en imposant une prise en charge logique, simple, moderne et équitable dans l’ensemble du pays. Les centres hospitalo-universitaires et la faculté de médecine doivent être les piliers et les garants pour assurer la formation des jeunes médecins avec une réelle transmission du savoir par les aînés afin d’assurer une médecine moderne et indépendante à toutes les Algériennes et à tous les Algériens. Rédha assure avoir offert ses services pour aider le système de santé algérien, mais sans résultat, toutes les portes étant restées hermétiquement fermées devant sa volonté de venir ici apporter gracieusement sa contribution. « J’ai été sensibilisé par une grande dame algérienne, une moudjahida (ndlr Djamila Bouhired) qui m’a convaincu de mettre mes compétences au service de la santé algérienne pour développer la chirurgie thoracique et aider les jeunes chirurgiens, dont la formation semble bloquée. Il y avait initialement de l’enthousiasme et une volonté de la part des autorités du ministère de la Santé. En accord avec celui-ci, j’ai assuré une première mission en faisant des interventions chirurgicales vidéo-assistées (qui n’avaient jamais été réalisées auparavant à Alger) avec des résultats très prometteurs. Les phases suivantes devaient s’étendre à la formation d’autres équipes dans le pays pour leur permettre d’acquérir une ‘‘autonomie technique’’ en une ou deux années.
Bureaucratie algérienne
L’immobilisme initial grandissant et les difficultés qui sont ensuite apparues, comme par exemple l’annulation de la deuxième mission par les responsables dudit hôpital (on a même voulu me faire porter la responsabilité de l’annulation). Je devais effectuer parallèlement des missions dans le même cadre à Oran et à Constantine mais il n’y a pas eu de suites. Tous ces éléments m’ont conduit à conclure que je n’étais pas le bienvenu en Algérie. J’imagine que le niveau d’exigence en Algérie est tellement élevé que mes compétences, mes états de service et mes capacités particulières pour l’enseignement et l’organisation de programmes chirurgicaux reconnus en France, en Europe, aux USA ou dans les pays voisins présentent des lacunes que je devrais donc m’empresser de combler. A titre d’exemple, j’organise depuis plusieurs années avec des équipes marocaines un partenariat de formation chirurgicale continue. Je viens de terminer un programme d’enseignement en transplantation pulmonaire à Columbia University Hospital of New York et je suis membre fondateur de la première école francophone des prélèvements multi-organes pour la transplantation. Face à ce constat, on se demande qui pousse le ridicule jusqu’au bout ? Les vraies raisons de ce rejet sont à l’évidence ailleurs.
Si ce projet est mené à son terme, il sortirait le milieu chirurgical concerné d’un certain archaïsme et par ailleurs casserait le monopole de cette spécialité par la formation de jeunes chirurgiens à des techniques et à des prises en charge modernes. En tout état de cause, je ne regrette pas d’avoir essayé, ma conscience est tranquille de ce point de vue. J’y ai consacré beaucoup de temps, toute ma conscience professionnelle, tout mon savoir-faire, et toute ma volonté pour mener à bien ce projet. Même s’il s’agit pour moi d’un ‘‘rendez-vous raté’’ avec l’Algérie, je regrette néanmoins que les autorités ne mettent pas un terme à cette situation chronique de blocage pour que les Algériens puissent enfin bénéficier d’une réelle prise en charge (en matière de cancérologie pulmonaire) standardisée, de pratique courante, peu onéreuse, pratiquée dans beaucoup de pays, y compris dans des pays voisins, et ce, depuis longtemps. Nul n’est prophète en son pays. » Rédha n’est hélas pas le seul à souffrir de cette situation, ils sont des milliers à avoir choisi le chemin de l’exil pour des considérations pas seulement pécuniaires. Comment explique-t-il l’exode des médecins qualifiés algériens vers d’autres contrées moins rebutantes. « Effectivement, j’ai toujours été frappé par le nombre de collègues tunisiens et marocains qui retournent dans leur pays dès la fin de leur formation. Beaucoup d’Algériens restent à l’étranger, on ne doit pas être pareils (rires). A titre d’exemple, en 2008, les responsables de la santé militaire ont invité une vingtaine de médecins spécialistes algériens dans le cadre d’un projet de partenariat, mais je crois que c’est resté à l’état de projet à ce jour. » Ces flèches décochées n’empêchent pas Rédha de rêver à un monde où tout un chacun se sentira bien dans sa peau. Il affiche un sourire permanent qui n’est pas forcément une échappatoire arrangeante. Eternel optimiste, Rédha dit ce qu’il pense en sachant précisément ce qu’il veut.
Parcours
Rédha Souilamas est né en 1956 à Cherchell au sein d’une famille connue et respectée. Il y a fait ses études primaires puis s’est déplacé à Alger où il a rejoint la faculté de médecine. Contrarié par les responsables, il quitte l’Algérie pour aller poursuivre son cursus ailleurs en Angleterre, aux Etats-Unis et en France. Il compte parmi les pionniers dans le domaine de la transplantation de poumons. Il est diplômé du Collège français de chirurgie thoracique, chirurgien des hôpitaux de Paris et praticien à l’hôpital européen Georges Pompidou. Rédha milite pour une médecine moderne débarrassée de ses carcans et de ses archaïsmes. Il a participé dernièrement à un séminaire de haut niveau à Alger.
Source El Watan Hamid Tahri
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

mouinir 26/06/2011 20:36



j ais  deja  eu l honeur de  serer  la main  de ce  monsoeur


 



Le Pèlerin 28/06/2011 04:37



Bonjour Mouinir..


Moi de Même...Il était à Cherchell l'an dernier...Mais lorsque je l'ai fait je ne savais pas que c'était lui...Il était au
milieu d'une réunion d'Amis


Ce n'est qu'en sortant que j'ai appris qui il était


Il est vrai qu'il s'était tondu le crâne...Certainement pour les vacances et j'étais loin de penser que j'avais ce Monsieur en
face de moi


..Peut être cette année


Cordialement,


Le Pèlerin



farabi 23/01/2011 21:26



essalam alaykoum,


   mon cher pèlerin, quoique je ne connais pas ton nom, mais qu'importe, mais j'ai l'impression que tu as le don de déformer mes propos qui en aucun ne te vise qui t'offenser, que tu
sois de Hussein Dey ou de Tamanraset, je m'en fous royalement, moi je ne suis qu'un enfant du peuple Algérien et fier de l'être, enfant de la Casbah d'Alger de père en fils, ni régionaliste pour
un sous, ni houmiste, peut être provocateur sur les bords, ça je te l'accorde et encore, je ne fais que des constats et il m'arrive aussi de dénoncer, et c'est bien quant je trouve quelqu'un qui
me corrige, j'en fais un amis sincère et honnête, mais par mes propos, je tenais à dire ce que j'avais à dire, et si tois tu as fais quelques kilomètres, c'est trés bien, moi aussi j'en ai fais,
et de tous les voyages que j'ai fais, le meilleur a été celui de la mecque, et je souhaite à tous le MUSULMANS de faire ce pélerinage, car c'est un voyage vrai, pas pour s'amuser, mais pour
méditer et prier.


    ce que j'ai dit sur Les KABYLES de Cesarée, c'est que ce sont les véritables autochtones, qui ont eu à souffrir de l'exclusion, de l'indifférence, du mépris, des insultes et ça
je l'ai vécu personnellement, et ceux qui liront ce que j'ai écris, (je l'assume pleinement) et qui connaissent l'histoire de cette belle ville historique, ne me démentiront pas et je vais te
raconter un histoire que j'ai vécu
directement.                                                                                                   
pendant les vacances à Cherchell, il fallait se lever trés bonheur pour avoir du pain, à cause du nombre de vacanciers présents sur les lieux Mais il y avait aussi des gens de la montagne des
alentours, Bordj el Ghoula, Sidi Semiane, etc... à cette heure pour acheter aussi du pain, il était 5HOO du matin, et dés l'ouverture de la boulangerie, le patron lança cette boutage qui m'a fait
du mal :


   "OUACH, vous êtes tous venus, vous n'allez pas laisser du pain du habitants de la ville"  et du mépris comme ça, j'en ai entendu plusieurs fois, comme si ces gens étaient des
parias, et pourtant ils ne disaient rien du tout, car ils avais comme peur du "gars de la ville" mais comme j'ai une grosse gueule, c'est moi qui a lui répondu, "si tu n'est pas content, tu n'as
qu'à pas ouvrir ton magasin, et tu n'as livrer ton pain à tes "clients, enfant du pays" (ouled lebled), ...................mon cher pèlerin, je crois que tu ne connais pas l'histoire de cette
ville, encore moins celle de l'Algérie, ce n'est pas de ta faute, c'est peut être la faute du système dans lequel tu as vécu, et je ne te condamne pas pour ça, puisque tu ne connaissait de
DIDOUCHE Mourad, l'une des têtes pensantes de notre révolution, que le nom de la rue, et ce n'est pas pour ça que je t'en veux, absolument pas, car moi j'ai dépassé l'age (65 Ans) de la
polémique, mais je tenais à rendre à ces gens qui ont souffert dés les premières heures de la colonisation, et ont continué à en souffrier aprés, et combiens de martyrs cette région a donné à la
Nation. Tu devrais approndir cette question


  salut mon cher pèlerin


   EL ANDALOUSSI


  


   



Le Pèlerin 24/01/2011 10:13



Bon finalement mon cher El Andaloussi,


Nous n’avons pas de désaccord sur le fond…


Moi qui suis encore pus âgé que toi je sais bien qu’à Cherchell « Les « Lève tôt » ne sont pas les résidents
« institutionnels de Cherchell »


Moi lorsque je m’y rends je suis très souvent à 6h00 du matin et je sais très bien qui sont les plus vaillants


Les martyrs, n’oublie pas qu’il y en a de tous bords…J’aborderai ce sujet en conversation privée car la susceptibilité de
l’Algérien est exacerbée et l’on ne peut pas discuter librement avec lui ….sans être taxé de tous les noms d’oiseaux


Moi je discute avec tout le monde


Je suis hébergé chez un ancien Moudjahid (un vrai) avec qui je peux discuter librement et à qui il ne faut pas conter des
sottises


Bon ce que j’essaie de faire à ma petite échelle c’est d’éveiller les gens ancrés dans un attentisme et une passivité qui
m’exaspère


Si j’y étais indifférent je ne serais pas en train de faire le con à écrire


Je ne tiens pas à écrire pour ne parler que du passé….Je voudrais que les gens regardent devant et cherchent à bâtir leur
avenir


Excuse moi mais le terme « Mektoub » n’exaspère car il a rendu les Algériens attentistes et a réussi de faire de
l’Algérie, un pays nanti de nombreuses richesses, un pays de pauvres


De gens fuient leur pays …Les Jeunes sont désespérés


Toi, peut être que la richesse intellectuelle te suffit


N’oublie pas que de dans de nombreuses contrées il y a des gens qui souffrent aussi de la misère au quotidien et qui n’ont pas
de quoi se payer un voyage à La Mecque…Loin  s’en faut


La souffrance certes les colons y ont contribué mais ils ont apporté aussi


Je sais que c’est un sujet tabou alors je n’insisterai pas


J’en discute librement avec mes amis algériens, des amis que je ne connaissais pas avant de les rencontrer…Ils ne sont pas
forcément de ton avis….Même mon hébergeur…Qu_i lui a fait la révolution….


Ses plus mauvais souvenirs datent de la période après l’indépendance et pourtant il a effectué de nombreuses années dans les
geôles françaises


Je pense que si nous discussions de ces sujets nous serions certainement de bons amis


Mais l’écrit radicalise les positions et attisent les désaccords


Je te souhaite une bonne journée


Cordialement,


Le Pèlerin



el andaloussi 22/01/2011 18:56



essalam alaykoum,


   re-salut mon cher pèlerin, ça fait longtemps que je ne t'ai pas écris, car je rentre de pélerinage de la MECQUE, et je souhaite à tous musulman avec un grand "M" d'aller faire ce
pélerinage, et non pas "aller au pélerinage", il y a une grande différence.


   je voudrais t'entretenir sur une légende qui dit : quand la france a envahit l'Algérie en 1830, pour sois-disant civiliser le peuple algérien, qui n'était qu'un leurre, car les
français ont pillés, massacrés, violés, sequestrés les trésors qu'ils ont ensuites acheminés vers la france, et les historiens français ont témoignés à ce sujet, et tôt ou tard, la france devra
rendre des comptes, pour l'instant ce n'est pas possible, car les comptes il faut les demander, et qui va le faire ? des gens qui ont la double nationalité, des anciens collaborateurs etc...
non...mais j'espère qu'un jour......... aprés Alger, la france a envahi Césarée, et suite à plusieurs combats, les "véritables autochtones" ont fuit vers la montagne, et les français ayant pris
pocession de la ville, ont trouvé un fou et un chien pour les accueuillir. Puis la france s'est chargé de peupler cette belle ville de colons venus d'un peu partout, les ROSEAUX, DIMAMYO, etc....
puis des "arabes dociles" a qui la france a donné le nom de KAID.... et a fait rentrer des nouvelles moeurs de polythéisme que les "SIDI...." ont fait entretenir par l'intermédiaire de relaits
dans les souks, dans les assemblées etc.... puis vint l'indépendance, et c'est tout à fait normal que les anciens "CESAREENS" "CHERCHELLOIS" reviennent "CHEZ EUX" mais à leur grande surprise, ils
n'était plus "CHEZ EUX" et ils étaient considérés comme "KABYLES" ou "CH'NAOUAS" , et ont été bannis de leur propre "CHEZ EUX", ils n'avaient aucun moyen de réccupérer ce qui leur appartenait,
ont du se résigner pour reprendre le chemin de "l'exil" dans leur propre région, et ont élis domicile dans les montagnes, et le jour de marché, les soit disants cherchellois, disent "voilà" les
"bouheyoufes" ou "les kabyles" ou les "ch'naouas" qui descendent de leur montagne.......et j'aurais souhaité que ces gens jettent un coup d'oeil derrière eux..... à ce moment là...ils se mettront
à marcher tête baissées,.....


  



Le Pèlerin 23/01/2011 18:02



Salut / Essalam alaykoum, El Andaloussi


Tu as la rancune tenace …Tu me parles de faits vieux comme érode …Toujours les mêmes…


Lorsque je vais en Algérie je ne fais pas l’objet de tels propos….


Tu m’avais fait un renvoi sur ton site ….Signé Djilali


Sur celui-ci il est noté:


Début de citation


Ce site a et aura un caractère culturel, d'échanges entre tous ceux qui désirent le
faire dans un cadre amical, sans haine ni animosité.


Toutes les suggestions bonnes ou mauvaises seront les bienvenues, du moment qu'elles
sont émises sans malices ni préjugés...


…..Les remarques constructives sont les bienvenues, mais les polémiques, insultes, propos régionalistes n'auront  pas le droit de cité dans ce site.


Merci à tous,


Djilali


Fin de citation


Quant à Cherchell dont je ne suis pas originaire…Je suis né à Hussein Dey…..Si j’y reviens c’est uniquement parce que je n’y
ai trouvé que des amis….Si je devais y aller et trimbaler ou trouver la haine…Je n’irais pas du tout


Je ne baisse pas la tête car je n’ai absolument rien à me reprocher…


Il serait bon que tu changes ton fusil d’épaule et oeuvrer pour le dynamisme du pays car en Algérie il y a tant à faire


Certes il ne faut pas déchirer la page de l’histoire mas il faut savoir la tourner


Quant au Pèlerinage j’en ai fait deux en Europe


J’ai totalisé 3200 km ….Mais je les ai fait à pied


Si tu visites mon blog tout y est décrit


Une petite différence entre nous c’est qu’avant d’avoir foi en Dieu, j’ai foi en l’homme


Quant à ma relation avec Dieu, elle ne regarde que lui et moi


Je te salue mon cher El Andaloussi


Cordialement,


Le Pèlerin


 



stambouli 11/12/2010 13:36



Bonjour professeur et pas de regrets.vous etes encore au service des malades algeriens de Dunkerque a Tamanrasset  n'en deplaise aux defenseurs de la medecine moyennageuse.A d'autres succes
dans votre noble mission au service de l'humanité !



Le Pèlerin 11/12/2010 17:45



Bonsoir Stambouli,


Je souscris tout à fait à vos propos...


Cordialement,


Le Pèlerin


 


 



Turlututu chapeau pointu 18/11/2010 11:19



http://www.elwatan.com/actualite/contribution-pratique-medicale-et-deontologie-15-11-2010-99090_109.php



Le Pèlerin 19/11/2010 10:50



Salut turlututu chapeau
pointu


J’ai lu l'article d'El Watan en question mais il n'était pas précisé nommément qu'il
s'agissait de notre Redha...cela pourrait...


Quoi qu'il en soit, il n'y a pas de honte a faire de l'argent en s'expatriant


L’altruisme c’est beau c’est généreux mais c’est de plus en plus rare


In fine cela n'apporte plus rien dans notre société moderne….Au contraire cela provoque un
effet inverse et cela cause bien des problèmes


Si l’Algérie connait tous ces problèmes c’4est parce qu’elle ne rétribue pas suffisamment
son élite


Je pense que l’élite elle en a peur…alors en plus elle les blâme….oh de façon bien
timorée


Kouchner avait raison ...tant qu'il y aura tous ces tenants du pouvoir qui regardent
derrière au lieu de regarder devant, l'Algérie aura des problèmes


Cela étant je salue se professeur qui se bat dans son hôpital algérien.....qui doit gagner
quelques cacahuètes.....il y en a encore mais le changement ne passera pas par lui


Cordialement,


Le Pèlerin


 


 



el andaloussi 22/09/2010 12:58



salut le pèlerin,


  alors là tu fais vraiment fausse route concernant le "fafaron"et je n'oserais jamais dire de quelqu'un qui a fait des études, qui finalement a appliqué à la lettre ce que le TOUT PUISSANT
à dit à notre PROPHETE MOHAMED (que la prière et le salut soit sur lui) IQRA, "lis", et je considère tous les chirurgiens comme des véritable médecin, car eux ne tatonnent pas, et quand il faut
opérer, ils opèrent avec une précision de "chirurgien" (sans jeux de mots), et ce sont des gens que je respecte énormément.


  quand je parle de fanfaron, je vise surtout ceux qui disent "nous allons faire" alors que les chirugiens disent "nous avons fait" la différence est énorme, et loin de là de vouloir jeter
quoique ce soit sur Souilamas, car je connais trés bien cette famille chercheloise, car moi  aussi j'ai un lien étroit avec une famille de cette trés belle ville, mais que les "fanfarons"
décideurs ont complètement ruinés et défigurés, et heureusement qu'il y a La plus grande académie militaire d'afrique, sinon, toute la région serait béton affreux d'ailleurs.


  quand je parle de fanfarons, je parle de ceux qui se mettent en costume, cravate, chaussures "non cirées" avec une chemise d'un blanc douteux, qui accueuillent une personnalité et ce dans
le sud algérien avec plus de 4O° à l'ombre, et disent "oui nous allons faire" qui finalement ne font rien, mais tu les vois en première ligne à la télévision, ou sinon ceux qui aiment s'entendre
"discourir" sur des projets flous, des projets "gouffres à pognon, et je n'ai pas besoin de m'étaler, car ce sont ces décideurs que j'appelle "fafaron"


  salut


 el andaloussi


 


 


 


 


 


 


 


 



Le Pèlerin 22/09/2010 14:19



compréhension de tes propos…


Oui vu sous cet angle je souscris tout à fait à tes propos….Mais comme le commentaire était fait
sur l’article de Souilamas, je pensais que c’était de lui que tu parlais….Alors comme je me sensc un peu Cherchellois il était normal que je prenne sa défense sans parler même de ses immenses
qualités


Je te salue mon cher El Andaloussi et te souhaite une très bonne journée


Ici, il fait un temps magnifique


Cordialement,



Le Pèlerin



el andaloussi 21/09/2010 21:43



salut le pèlerin,


  je t'invite à visiter mon  site www.alger-image.e-monsite.com


  je t'invite aussi à transmettre à Rédha SOUILAMAS, mes commentaires, et je t'invite aussi à transmettre l'adresse de mon site à tes lecteurs, et même mon adresse mail  farabialand@gmail.com


  N B /  un jour nous étions un bande de copain au bord de la plage, et parmis nous il y avait un fafaron qui n'avait aucune classe, mais c'était un enfant du quartier, et on le
supportait tant bien que mal et il disait connerie sur connerie, quand lors d'une conversation avec une grande personne, nous avions à l'époque 2O ans, mais notre copain était plus grand que nous
"en taille" et voulait à tout prix placer son mot, la grande personne lui dit :


  écoute "petit" en lui tapotant sur une joue, "TU ES TROP GRAND POUR FAIRE UN PETIT MOINE"


  salut : el andaloussi


 


 



Le Pèlerin 22/09/2010 10:50



Salut : El Andaloussi


Figure-toi que la semaine dernière, je me suis rendu dans une petite réunion de quartier avec mon ami Rachid….il y avait des
gens que je connaissais et d’autres que je ne connaissais pas…


Je n’y suis resté qu’un quart d’heure….En sortant mon ami Rachid m’a dit il y avait Rédha Souilamas ….tout rasé….Je ne l’avais
pas reconnu


Si je comprends bien c’était lui le « fanfaron »


Je pense que c’était tout sauf un con….Peut être avait-il déjà un mode de pensée et des propos en avance sur son âge….ce qui
pouvait donner cette impression


In fine, il a tout de même rendu service à son prochain même si certains ont beaucoup à y redire….Quoi qu’il en soit son
parcours est exceptionnel et je ne peux que saluer son courage et sa persévérance…


Quant à la classe …..Tu sais que les gens à Cherchell les gens aiment crâner…Est-ce que la forme ultime de la classe
n’est-elle pas justement de se démunir de tout apparat


Quant au reste je donnerai suite à tes propos lorsque je connaitrai tes sentiments profonds sur le sujet


Cordialement,



Le Pèlerin



elandaloussi 22/06/2010 23:28



salut le pèlerin,


  quand je prend exemple sur ce qu'avais dis momo à garaudy, n'est pas une critique envers garaudy ou qui que ce soit, ce n'est qu'un exemple que je prend, c'est comme un vendredi, jour de
"djamouaa"  j'ai rencontré un "ancien ponte" et je lui ai demandé, "est ce que tu descends à demandé à un ancien "ponte"  s'il venait avec moi à la mosquée" il me
répondit : "non, j'ai un mal de dos terrible"


 je lui répondis, "tu peux faire la prière assis sur une chaise", "il répondit" non ça me fait trés mal aussi" et dire que le soir, il donnait une conférence sur l'islam, la pratique
physique dans le milieu féminin, c'est comme un voleur qui donne des cours de droit, ou un éléphant dans un magasin de "cristal" ou un curé pédophile prêchant la tolérance, le pardon, la bonté,
le droit chemin etc...tu vois un peu, voilà pourquoi j'ai cité garaudy.


   en parlant de SOUILAMAS, et je respecte sa décision, mais ce que je ne respecte pas, c'est son "vouloir" avoir" un appel des autorités algrienne pour qu'il viennent ici, est ce que
tu es au courant qu'une équipe médicale marocaine va venir ici en algérie pour pratiquer des opérations chirurgicales de tous genres, et distribué des médicaments et le tout gratuitement, et
rappelles toi ce que j'avais dis : que NOS médecins et chirurgiens viennent de leur propre initiative dans leur PAYS, pour opérer gratuitement des ALGERIENS comme eux, sans attendre un appel qui
ne viendra jamais, que ces médecins, chirurgiens, professeurs viennent donner des conférences à d'autres médecins qui n'ont pas la possibilité de partir, ou qu'il ne "veulent pas" partir, ça
serait une bonne chose vis à vis du peuple, sans oublier ce qu'il récolteront auprés du TOUT PUISSANT;


   que tu t'intéresse à un cas comme celui de REDA SOUILAMAS, est une bonne chose, mais je voudrais aussi au tu t'intéresse aussi à ceux qui sont ici, ça serait une meilleure chose.


   je viens de lire un proverbe de je ne sais qui qui dit :


    -un architecte cache ses erreures sous du lierre, un médecin les caches sous terre, une ménagère sous de la mayonnaise.


   et où nos décideurs cacheront ils les leur ? mOI je dis non, il ne pourront pas les cacher si des initiatives louables se font au profit du peuple de la part d'ALGERIENS
qui sont à l'étranger, avec des bonnes positions sociales, et en plus dénoncer ces décideurs, car que risquent ils "RIEN"


   salut : EL ANDALOUSSI


 


 


   


 


 



Le Pèlerin 23/06/2010 18:42



Salut : El
Andaloussi



 


En matière de pratique religieuse je laissse aux gens le soin d’agir
selon leur conscience


En ce qui concerne les médecins…Qe veux tu ces gens là font des études
très longues et sont payées avec des cacahuètes


C’êst peut être immoral mais il est humain que les gens veuillent
partir


De l’argent il y en a en Algérie


Amuse toi à compter les rentrées du pétrole …et du gaz ….et le nombre de
familles


Je suis désolé …L’Algérie ne s’est pas qualifiée …mais elle est restée
digne…J’espère que sadaâne restera aux commandes de l’EN


Si je me suis intéressé a Reda Souilamas, c’est avant tout parce qu4il était de
Cherchell…. ?


Mais je me rends souvent à l’hôpital de
Sidi Ghiles et j’ai les meilleurs rapports avec eux y compris avec ceux des deux centres de Santé existant à Cherchell


Crois moi je n’oublie personne et je sais
que chaque fois je reçois le meilleur accueil


Je ne blâme pas ces gens là


J’ai même un jour emmené quelqu’un à
l’hôpital Maillot….chose que je n’avais jamais fait auparavant


Quoi qu’il en soit les moyens mis en œuvre
ne sont pas à la hauteur des espérances et des besoins


Il est vrai que la critique (surtout de loin) est aisée mais l’art est
difficile


Il n’est pas mauvais toutefois d’apprendre de ce qui se fait
ailleurs


…Je te salue mon cher El Andaloussi


Cordialement,


Le
Pèlerin


Que je saches je n’ai pas blamé Garaudy



elandaloussi 17/06/2010 13:05



salut le pélerin


  ha, ça tu as absolument raison, retenir les algériens dans leurs pays est chose difficile, car l'algérien de part son identité culturelle est un homme libre et aspirant à la liberté de ses
mouvement, ses pensées, mais que veux tu le système établit depuis l'indépendance en a voulu ainsi.


  mais, ce qui est dramatique, c'est que des "personnalités" ayant fait partie du système de la pensée unique depuis l'indépendance, et même avant, veulent aujourd'hui se refaire une
virginité et veulent donner au "peuple" des leçons de démocratie,de savoir vivre, ces gens là, sont entrain de critiquer le système actuel que leurs parents ou eux même ont installé.


   ces gens là, aprés avoir "ramassé" ce qu'il faut pour qu'ils vivent à l'aise, assurer l'avenir de leur progéniture, et toute leur déscendance, avec placement d'argent à l'étranger,
squattés des belles villas avec piscines etc...se mettent maintenant à faire des commentaires, écrire des livres, donner des conférences un peu partout, se faire voir dans des réceptions
mondaines, et j'en passe, et oublie qu'ils n'ont jamais été reliés à la masse véritable qu'est le peuple.


  quant aux départ d'algériens à l'étranger, ça n'a pas commencé aujourd'hui, et d'ailleur un livre a paru actuellement sur les "algériens" ayant suivis l'Emir Abdelkader dans son exil, et
leur descendance est elle aussi à l'abri du besoin, tandis que la descendance de "ceux" qui sont restés pour se battre jusqu'à l'indépendance, sont toujours là, avec leur vie à la frontière du
misérable, n'ont pas eu droit à tant d'écris.


  un jour Roger Garaudy est venu donner une conférence au Majestic, et il commençait à parler de l'Islam etc.... et comme dans la salle il y avait Momo, l'icone de la Casbah d'Alger, et
comme ce dernier ne se gene pas pour dire ses vérités a lancé à haute voix dans la salle


  "monsieur GARAUDY, quand on parle de l'Islam, il faut d'abord se laver partout pour se purifier, et nous les Musulman, quant on va aux toilettes, on ne se sert pas de "papier hygiénique",
alors vous êtes mal placé pour parler d'une chose que vous ne connaissez pas.


 le réalisateur du film "les indigènes" et "les hors la loi" est un gars vrai, qui a déclaré qu'il ne peut pas être comme Lakhdar Hamina, le réalisateur du film "le vent des aurès" car il
n'est pas né ni vécu en Algérie.


  si tu veux en savoir plus sur DIDOUCHE Mourad, je peux te donner toutes les informations que je sait et non celle que je lis, car je suis tout le temps en contact avec des "authentiques
révolutionnaires"


  salut et à bientôt


 


 



Le Pèlerin 22/06/2010 07:34



Salut mon cher Elandaloussi


Excuse mon retard


J’avais omis ton commentaire qui présente à bien des égards de précieuses
informations


Oui pour la première partie de ton exposé


Comme toi JE NE COMPRENS PAS QUE TOUS CEUX QUI SEMBLENT AVOIR TREMPE DANS LA CORRUPTION
VEULENT SE FAIRE MAINTENANT UNE VIRGINITE


Là il y a quelque chose qui m'échappe


Cette affaire est reprise par tous mes médias et je ne comprends pas les ce qui se trame en
dessous...


L'avenir nous éclairera, je l'espère


Quant à Garaudy, il s'est depuis converti à l'Islam...Je suis sur qu'il a adopté les
coutumes islamiques y compris celle que tu évoques en fin de commentaire


Quant aux révolutionnaires dont tu parles...Je respecte..... je discute ....l'élite est
passée à la trappe et ceux qui restent font dans l'humilité sans trop faire de vagues


Nombreux sont ceux qui en ont fait et qui ne sont plus de ce monde


Hors la loi…..il faudra que je le visionne.....Le Vent des Aurès je ne connais pas...Je vais me tuyauter


Merci pour ces précieux enseignements...


Je te salue mon cher Elandaloussi tu sembles être une mine de savoir sur l'histoire de
l’Algérie


Je te remercie


Pour l'intérêt que tu portes à mes blogs


Pour tes précieux renseignements


Excuse mon retard


Cordialement,


Le Pèlerin


 



el andaloussi 15/06/2010 14:00



salut le pélerin,


   seuls les grands hommes qui est une denrée rare actuellement savent s'excuser et pardonner aux autres, c'est ce que tu as fait, et je te fais une grande révérence, mais mois aussi,
j'ai mal lu ton commentaire pour ce qui est de l'appel de l'Algérie à ses enfants pour venir la remettre sur rail, mais moi je vais te raconter des anecdoctes vrais vécu par un grand homme de
notre révolution, qu'était DIDOUCHE MOURAD.


  DIDOUCHE MOURAD, (je mets son nom et prénom en majuscules, car il ne peut en être autrement) s'est sacrifié pour son pays, il est mort en MARTYRS, alors qu'il n'avait que 27 ans, alors que
les "jeunes" de son age, ne pensent qu'à "cheb X et cheb Y" à s'habiller, à s'amuser, à sortir, à avoir une belle voiture, téléphone dernier cri etc.... sans te parler de leurs moeurs légères,
car la bonne éducation comme nous l'avons reçus de nos parents et grand parents.


   a 16 ans DIDOUCHE MOURAD faisait partie du groupe avec Mohamed BELOUIZDAD, le fondateur de l'organisation de la jeunesse du Parti du Peuple Algérien, à 17 ans, il était responsable
du PPA de 3 quartiers dans les hauteurs d'Alger ? LA redoute, (EL MOURADIA) Clos Salembier (EL MADANIA) et Bir Mourad 


A 20 ans, il fonde la club Omnisport le RAMA, que Réda SOUILAMAS doit certainement connâitre,puisque la ville de Cherchell qui avait un bonne équipe de Basket perdait tout le temps avec le
RAMA à domicile.


  A 21 ANS DIDOUCHE MOURAD, fut désigné par par l'Organisation Spéciale, responsable du Nord Constantinois,


  A 25 ans, DIDOUCHE MOURAD, a tenté d'organiser une insurrection à l'échelle maghrébine, en compagnie des Tunisiens et Marocain (1952), et ce sous l'égide de l'EMIR ABDELKRIM EL KHETTABI


 A 27 ANS, il organisa avec BOUDIAF, BEN M'HIDI, BEN BOULAID, BITAT, etc.... LA FAMEUSE REUNION DES 21 + 1 dans la villa de Lyes DERRICHE, (ALLAH YERHAMHOUM)


  LE 17 janvier 1955, DIDOUCHE MOURAD a eu le grand HONNEUR DE TOMBER EN MARTYRS , dans le DJEBBEL BOUKARKAR, proche du DOUAR SOUADEK, (actuellement ZIGHOUT YOUCEF)


  DIDOUCHE MOURAD n'avait que 27ans 6 mois et 3 jours, mais il a laissé une grande phrase à laquelle nous devons tous nous inspirer


          "SI NOUS VENONS A MOURRIR, DEFENDEZ NOS MEMOIRES"


 Personne n'a demandé à DIDOUCHE MOURAD de se sacrifier pour quoi que ce soit, et la famille DIDOUCHE était réellement à l'abris du besoin, idem pour BEN BOULAID, BEN M'HIDI etc...


    tu me diras peut être quel est le rapport entre DIDOUCHE MOURAD ET REDA SOULAMAS ?


   ma réponse est simple, "aucune", car si REDA aime son pays, il doit se battre pour lui, sans que quelqu'un le lui demande, et s'il ne réussis, il pourrat alors dire avec une grande
fierté "J'AI ESSAYER" et non "j'AURAIS DU ESSAYER"


   tu peux vérifier tout ce que j'ai dit,


    salut mon ami et à trés bientôt


   


 



Le Pèlerin 16/06/2010 21:23



Salut El Andaloussi


J'aime les gens qui vont jusqu'au bout de leurs idées ....Quand bien même je 'aime pas la
guerre...Je ne connaissais de lui que le nom de la rue d'Alger qui porte son nom


Je suis allé sur Wikipédia jeter un œil....il y a tout lieu de croire en la véracité de tes
propos


J'aurais tant aimé qu'il fit pour le maintien de tous les habitants au sein de
l'Algérie...quand bien même elle redevenait indépendante


Cordialement,


Le Pèlerin


 



Sala 13/06/2010 17:47



Il faut lutter chère Doctor et ne pas abdiquer! Seule la démocratie est en mesure de nous éclairer pour le futur! Ces messieurs qui accaparent les rishesses de l'Algérie n'ont pas d'avenir
dans ce pays! Seule la mobilisation citoyenne et la démocratie sont en mesure de nous "libérer" de cette bande de corrompus! et Sans effusion de sang! C'est l'avenir de nos enfants!



Le Pèlerin 13/06/2010 21:54



Salut mon cher Sala


Que voilà des propos pleins de bon sens


Je te souhaite une bonne journée


Dommage que l'Algérie ait perdu un match qu'elle devait gagner


i faut maintenant se défoncer contre les deux autres adversaires


Cordialement,


Le Pèlerin



el andaloussi 12/06/2010 13:20



essalam alaykoum,


 non, je crois que tu as mal lu mon comentaire, je ne reproche rien à Rédha, bien au contraire, d'ailleurs mon frère est dans le même cas que lui, mais seulement, Réda ne doit pas compter
sur un APPEL de nos responsables au niveau de la Santé pour venir "les détrônner" leur "enlever les privilèges" qu'ils détiennent, villa club des pins, voitures, salaires astronomiques, passeport
diplomatique etc... il faut de Réda et les autres crée un VERITABLE ASSOCIATION, soustraite des contraintes politiques "FLN, FEDERATION DE FRANCE,AMICALES ETC..."  pour venir "TAPER" sur la
table et pourquoi pas sur la fig.... des hauts responsables pour leur dire "IL Y EN A MARRE" de nous considérer comme des PARIAS dans notre propre PAYS.


    REDA and co, doit venir dans tous les colloques organisés ici, faire tu tapage, du bruits, gueuler pour se faire entendre, car l'ALGERIE est son PAYS, et personne ne peut dire
le contraîre, et pourquoi pas monter un sorte d'hopital "réellement gratuit" pour le PAUVRE PEUPLE, qui n'en peut plus à chaque fois "DEMANDER L'AUMONE" pour une prise en charge à l'étranger,
alors qu'on lit beaucoup de fois dans le journal que "FLEN et SI FLEN" est décédé à l'hopital à PARIS, LYON etc.... suite à une longue maladie.


 ON DONNE UN PRISE EN CHARGE POUR UNE SIMPLE OPERATION D'APPENDICIDE, à un gros BONNET, et on refuse cette prise en charge pour un QUIDAM comme moi pour une intervention plus sérieuse.


  Mais heureusement que le TOUT PUISSANT nous a tous mis sur le même pied d'égalité devant la MORT


  SALUT : EL ANDALOUSSI


 



Le Pèlerin 13/06/2010 22:02



Salut El Andaloussi


Oui j'avais mal dû lire ton commentaire car je souscris tout à fait à ,ce que tu dis


Je te salue mon cher collègue et te prie d'accepter mes excuses si je t'ai fait une réponse
à contre sens


Cordialement,


Le Pèlerin


 



farabi 07/06/2010 22:48



salut rédha,


 hé, qu'est ce qu tu crois, quant tu as des médiocres qui contrôlent la situation, toi "el quari" tu veux les déranger, ça va pas, et qui va leur assurer leur pain, et leur retraite dorée au
club des pains, et qui va assurer à leur progéniture l'avenir à "BARISSE" et qui va assurer les "achats" de leurs épouses, toujours à BARISSE,  si ce n'est pas les médiocres
comme eux, et toi tu viens comme un cheveux dans la soupe, les déranger. l'un des meilleurs cardio, se trouve à l'hopital LAGNY, c'est un oulid leblad, un algérien authentique, et toi tu veux
tout remettre en question à ceux qui ont une "double" ou "triple nationalité"


   et ce n' est pas uniquement en médecine, et en informatique, en génie nucléaire, en économie, en mécanique, en architecture etc.....


 


 



Le Pèlerin 08/06/2010 12:33



Salut Farabi,


Je ne pense pas que l'on puisse reprocher à Rédha le parcours qu'il a effectué


Il est vrai que l'Algérie a u besoin crucial de spécialistes de son étoffe....Elle doit
leur offrir les moyens d'exercer dignement leur a ctivité en Algérie


Cordialement,


Le Pèlerin


 



kamel 27/12/2009 06:36


Tout d'abord je vous felicite vivement de votre parcours professionnel Cher frere. Je voudrai avoir est-ce que vous etes le fils de A3mi Allel (si allel pour les intimes) Allah yerahmou. C'est tout
ce que je voulais savoir.  Merci beaucoup.


Le Pèlerin 28/12/2009 19:10


Bonsoir Kamel,
Je pense que vous devez faire  erreur sur la personne...Je n'ai aucune attache avec Rédha. La seule raison pour laquelle je me suis interessé à lui c'est qu'il est né à Cherchell et que moi je
m'y rends très souvent et j'y ai de nombreux amis.
Pensez donc en cinq ans j'y suis retourné 11 fois..
Son parcours m'interesse car il a fait preuve de volonté dans sa démarche et il a réussi.
Si j'ai beaucoup d'admiration son parcours professionnel, je ne le connais pas et ne suis pas de sa famille
J'habite les Pyrénées et accesoirement Toulouse où j'ai travaillé pour Airbus pendant 38 ans
Je vous remercie toutefois pour l'intérêt que vous portez à mes blogs
Cordialement,
Le Pèlerin