Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 06:29

Adrar : Les phoenicologues en formation
Adrar - Un bassin de rétention d'eau

Le palmier dattier est au centre des activités de l’équipe de chercheurs de la station expérimentale de l’INRA d’Adrar qui a programmé une série de séances de démonstrations au profit des agriculteurs de la région.
C’est ainsi qu’après la 1ère journée de démonstration et d’information organisée le 22 juin dernier au niveau de cette station, d’autres agriculteurs auront le privilège de recevoir, chez eux en ce mois de juillet, ces spécialistes agronomes qui leur transmettront l’art de lutter efficacement contre la maladie du Boufroi. Jeudi dernier, c’était au tour de la plantation de Moulay Nadjem à Tadmaïnt, la semaine prochaine, les Oasiens de Timimoun dans le Gourara bénéficieront de cette formation. « L’objectif attendu par ces regroupements, c’est la redynamisation de la filière datte », nous dira M. Zaki, directeur de cette institution. Selon ces spécialistes, juin-juillet est la période propice pour le traitement de cette araignée qui est à l’origine de la destruction du palmier et qui, si elle n’est pas anéantie, pourrait ravager totalement les palmeraies. La wilaya d’Adrar compte près de 3 millions de palmiers dattiers qui sont sous la menace de ce parasite.
Par ce geste, ces scientifiques comptent donner un nouveau souffle à la phoeniculture locale et espèrent faire rentrer la datte d’Adrar dans la compétition internationale au même titre que Deglet Nour. M. Boudeffeur nous dira : « Il existe plusieurs variétés de dattes dans le Touat Gourara comme celles de Bamekhlouf, Bahmed, Tilemson, Tinacer, Takerbouch etc. Cependant, celle qui peut concurrencer Deglet Nour sur le marché mondial c’est certainement la datte Bamekhlouf ». Il affirme que cet extra primeur, un fruit très charnu, une variété molle, d’une couleur vert bouteille et transparente jouit d’une renommée régionale. Pour les 2 autres variétés citées, elles font l’objet actuellement du troc avec les pays voisins du Sahel. L’effectif national est estimé 17 millions de palmiers selon le MADR qui produisent environ 500.000 tonnes/an, toutes variétés confondues, dont 250.000 tonnes de Deglet Nour. L’Algérie occupe le 6ème rang parmi les pays exportateurs de la datte et le 1er par la qualité, la saveur et la valeur nutritive et énergétique de Deglet Nour. Selon l’agence algérienne de promotion du commerce extérieur (Algex), l’Algérie a exporté en 2007, a destination de la Pologne, de l’Espagne, de la Suisse, de la Belgique, du Canada, de la Malaisie, du Mali et de la Mauritanie, l’équivalent de 13.350 tonnes. « L’objectif attendu par ce regroupement est la redynamisation de la filière datte », nous dira M. Zaki. Après les hydrocarbures, la datte reste la seconde source de devises pour le pays, le commerce extérieur a enregistré entre 2003 et 2007, une recette de 92.43 millions de dollars pour une exportation de 54.710 tonnes selon les statistiques d’Algex.
Source El Watan A.A.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bourkou 24/10/2012 21:46


  La datte est une source d'énergie exeptionnelle avec tout les nutriments nécessaire à l'homme. Je crois que le palmier dattier est une richesse inestimable pour l'Algérie. Pour aller
encore plus loin, je dirai qu'une grande partie de l'effort "agricole" à entreprendre dans le sud devrait faire la part belle à la phoeniciculture. Les ressources en eau étant présentent dans les
entrailles du sous sol Saharien, l'Algerie devrait facilement accroitre les arbres en production. Le doublement de (17 Millions à 35 Millions) pourrait un objectif futur. Imaginez la production,
l'emploi et la plus value ainsi générés ??? Aussi, le problème de la salinisation des sols est moins accentué dans la culture des arbres fruitiers que dans le maréchage ou la céréaliculture.
Encore une fois, une faut trouver une solution pour ces résidus de sels minéraux qui se retrouvent en excès dans les sols, au risque de les stériliser définitivement. Le palmier exploite le sol
en profondeur, ça laisse de la marge. Je rappelle que la culture de cet arbre extraordinaire est présente depuis très longtemps dans ces contrées, le savoir faire est là. Il suffit de l'aider
davantage. A bons entendeurs ....