Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 06:36

Le ministre de l’agriculture à Tipasa

Le SYRPALAC, le système anti-spéculation se met en place

 

Le processus de mise en place du Système de régulation de produits de large consommation (SYRPALAC) dont l’objectif premier est de mettre un terme à la spéculation, connaît une avancée considérable.
C’est ce qui ressort des propos de Rachid Benaissa, lors d’un  point de presse tenu hier à Tipasa en marge de sa visite d’inspection effectuée à l’entrepôt frigorifique des fruits et légumes dans la commune de Bourkika.
 «Il faut savoir qu’avec le SYRPALAC, ce sont les intervenants et les maillons constituant l’ensemble de la chaîne de l’agriculture passant par le circuit de commercialisation jusqu’au consommateur qui en seront  bénéficiaires», soulignera en substance le ministre. Concrètement, ce dispositif, dont la mise en place répond, pour rappel, à l’urgence de  freiner puis  à terme juguler le phénomène de la spéculation, prévoit,  selon le ministre, entre autres de réhabiliter les outils de stockage,  particulièrement ceux qui dépendaient de l’OFLA et de l’OPSA,  et de développer un réseau couvrant toutes les filières (lait, céréale, viande…).
Cette démarche se fera également en associant les opérateurs privés par le truchement de conventions. Sur ce registre, Rachid Benaissa révèle que des opérations dans ce sens (réhabilitation des outils de stockage et développement du réseau) ont été déjà enclenchées.
«Présentement sur les 21 entrepôts frigorifiques existants sur l’échelle nationale, nous en avons réhabilités 11 unités de stockage, semblables à celle de Bourkika. Aussi, les mêmes opérations concernent les autres filières à l’instar du lait et de la viande.
«A ce titre, tout un réseau d’abattoirs régionaux et avicoles se met en place», fait savoir le ministre. Seulement, fera-t-il remarquer, la réussite de ce système de régulation repose également sur d’autres paramètres, notamment le comportement et les réactions des intervenants à travers les différents niveaux. En outre, pour assurer la disponibilité des intrants et des produits phytosanitaires, le ministère compte sur le renforcement et le déploiement des coopératives interprofessionnelles, de la sorte à ce qu’aucune perturbation ni dérèglement ne grèvent l’amont de toute la chaîne.
Concernant, l’entrepôt frigorifique des fruits et légumes de  Bourkika qui vient d’être réhabilité après un arrêt de 15 ans, il est bâti sur une surface de 10.000 m2. sa capacité de stockage est de 24.000 m3, soit 1200 m3 dans chacune des 20 chambres froides qui le constitue. Il est également équipé d’un espace intégré de chargement et de déchargement.
Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires