Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 23:50

Exploitation sexuelle des enfants Jeux interdits

Que ce soit dans les pays développés ou ceux en voie de développement, la prostitution infantile est un phénomène de portée internationale qui ne cesse de se répandre et de prendre de l'ampleur.
L'innocence de ces enfants et adolescents est mise à rude épreuve dans un univers où leur exploitation sexuelle est devenue monnaie courante.Des chiffres effarants sont présentés par des organismes comme l'ONU. Un million d'enfants prostitués sur le continent asiatique, 500 000 au Brésil, 25% des enfants exploités sexuellement à travers le monde sont américains.
La prostitution juvénile s'est développée aussi en Europe de l'Est, en Afrique. A Manille, à Bombay, les enfants sont kidnappés, loués, vendus aux maisons closes. Des filles entre 12 et 14 assurent des dizaines de «passes» par jour. Le tourisme sexuel en direction des enfants est devenu une industrie pour la mafia de la prostitution et des milliards de dollars sont brassés dans ce «commerce de la chair».
Un phénomène qui prend de l'ampleur
En Algérie, même si ce sujet est considéré comme tabou, il n'en demeure pas moins qu'il est présent et qu'il commence à prendre des proportions de plus en plus alarmantes. En Algérie, les enfants se prostituent aussi. Mme Messaouden, commissaire principal et chef de bureau de la protection de l'enfance, à la Direction de la police judiciaire, estime qu'on ne peut parler de réseaux, mais il arrive souvent que les services de police trouvent des mineurs sur les lieux de débauche. On enregistre aussi de plus en plus de mineurs au niveau des points de racolage.
Les données des services judiciaires ne sont pas spécifiques à la prostitution infantile mais englobent toutes les atteintes aux mœurs. Les dossiers traités par les services de l'ordre durant l'année 2008, sur l'ensemble du territoire national, font état de l'implication de 469 mineurs dans des affaires d'agressions sexuelles sur mineurs, parmi eux 456 garçons et 13 filles.
Rien ne laisse entrevoir une diminution de ce phénomène, la preuve en est les 283 nouveaux cas recensés durant seulement le premier semestre l'année en cours. Ils concernent 273 garçons et 10 filles. Ces délinquants seront, selon la gravité de l'acte, soit placés par le juge des mineurs au sein des centres de rééducation, soit dans les quartiers de mineurs des prisons.
En 2008, la police judiciaire a recensée 1637 mineurs victimes d'agressions sexuelles, sur le plan national, dont 736 garçons et 901 filles. De janvier à juin 2009, les victimes mineurs sont au nombre de 909 parmi lesquelles on compte 430 garçons et 479 filles.
La majorité des dossiers traités par la police concerne les grandes villes où se trouvent les principaux foyers, Alger en première position. Les chiffres avancés ne reflètent pas la véritable dimension de ce fléau.
Selon Mme Messaouden : «Les statistiques sont établies suite aux dépôts de plaintes ou sur indications des citoyens. Beaucoup d'autres enfants souffrent en silence, car leur famille étouffent l'affaire ou tout simplement c'est l'enfant lui-même, honteux, qui cache l'agression sexuelle dont il fut l’objet.» Un danger de plus guette cette victime, qui ne bénéficiant pas de prise en charge convenable, peut, elle aussi, plus tard agresser d'autres mineurs ou intégrer le monde de la prostitution.
Sur le plan juridique, l'exploitation sexuelle des enfants est punie par le code algérien. L'auteur du délit, en l'occurrence le client où le souteneur, risque une condamnation à une peine de prison assortie d'une amende. L'article 342 du code pénal stipule que les personnes incitant, favorisant ou facilitant la débauche ou la corruption des mineurs de moins de 19 ans, même occasionnellement des mineurs de moins de 16 ans, encourent 5 à 10 ans d'incarcération et sont assorties d’amendes variant entre 20.000 et 100.000 DA.
Source Le Temps S.O.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires