Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 04:54

 Panique chez les concessionnaires automobiles

La taxe imposable aux consommateurs à l’achat d’un véhicule neuf devrait augmenter à la faveur de la loi de finances complémentaire pour l’exercice 2009, qui passerait sous peu en Conseil des ministres. Officiellement, elle vise à réduire les importations de véhicules et à pousser les constructeurs à construire des usines en Algérie.
Mais force est de constater que ce sont les petites bourses, dont le pouvoir d’achat est déjà faible, qui se voient presque dans l’impossibilité de s’offrir une voiture. Des questionnements sont également posés sur l’usage des fonds générés par l’application de la précédente taxe. Les concessionnaires automobiles se sentent, eux aussi, concernés. Ils se sont réunis en catastrophe hier à Alger. A l’ordre du jour de cette entrevue extraordinaire, sont inscrites des questions liées surtout à l’augmentation de la taxe imposable à l’achat de véhicules neufs et l’interdiction du port d’Alger aux navires transportant les véhicules. Ces deux mesures ont provoqué les foudres des concessionnaires automobiles. Joint hier par téléphone, le directeur général de Diamal, qui commercialise notamment la marque américaine Chevrolet, estime que le consommateur est le premier sanctionné, mais le concessionnaire est également touché dans la mesure où ses ventes risquent de connaître des chutes importantes. « Nous étions appelés à faire des remises pour ne pas voir nos ventes chuter lors de l’application, l’année dernière, de la précédente taxe. Aujourd’hui, ne nous pouvons plus aller plus loin, notamment avec la dévaluation du dinar », laisse entendre le DG de Diamal, plongé dans une désolation. Et d’ajouter : « Le marché se tasse et pourrait se tasser encore notamment avec la dépréciation du dinar. Les banques ont constaté déjà une chute dans la courbe des crédits automobiles depuis la mise en application de la première taxe. » Depuis Paris, où il séjournait en ce moment, le directeur général de Renault Algérie, Stéphane Galoustian, ne cache pas, lui aussi, ses appréhensions.
Trop d’impôts tuent l’impôt
« La taxe est forcément pénalisante pour le consommateur d’abord et le concessionnaire en second lieu », a-t-il déclaré. Selon lui, les compensations seraient très difficiles et « nous risquons d’être confrontés à un sérieux dilemme, celui d’honorer nos engagements avec le personnel et l’ensemble des intervenants sur notre réseau ». Les concessionnaires sont décidément dans une véritable mauvaise passe ! Surtout lorsqu’on sait que de nouvelles dispositions viennent se greffer sur les anciennes. Si la hausse de la taxe imposable à l’achat des véhicules neufs venait sanctionner à nouveau les consommateurs, les concessionnaires, eux, seraient désormais confrontés à une autre disposition liée à la fermeture du port d’Alger aux navires transportant les véhicules. Omar Rebrab, directeur général de Hyundai Motor Algérie, n’a pas hésité hier à dénoncer « le comportement unilatéral » des pouvoirs publics et l’absence de concertation avec l’Association des concessionnaires automobiles. « Il est clair que c’est le consommateur qui est appelé à mettre la main à la poche, mais le concessionnaire souffre lui aussi de ces décisions. Trop d’impôts tue l’impôt », nous déclare M. Rebrab. Pour ainsi dire, le véhicule risque d’être accessible désormais à une catégorie bien précise de la société, tandis que l’appauvrissement de la couche moyenne continue à se faire en silence, en l’absence de bonnes idées créatrices de richesses chez les responsables en charge des dossiers de l’économie.
Source El Watan  Ali Titouche
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires