Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 07:38

Elle va varier de 100 000 à 300 000 DA

C’est effectif, la nouvelle taxe sur le véhicule neuf dont on parle tant devra entrer en vigueur avec la promulgation de la loi de finances complémentaire (LFC) 2009, adoptée mardi en Conseil des ministres. Même s’il est vrai que le communiqué de la présidence, repris par l’APS, tait cette question, il n’en demeure pas moins que, selon des sources proches du dossier, une nouvelle taxe automobile est bel est bien prévue dans les textes de la LFC 2009. Ainsi donc les véhicules ne seront donc plus à la portée de la classe moyenne, ou ce qu’il en reste ?! Faux. En effet, selon nos sources toujours, cette taxe supplémentaire que tout le monde redoute n’est tout compte fait pas destinée aux petites cylindrées.
Il s’agit plutôt de taxer les grosses cylindrées de « plus de 2500 cm3 » autrement dit, les véhicules ayant plus de « 10 chevaux ». Nos sources affirment ainsi que la taxe en question est déterminée en fonction de la motorisation et de la puissance du véhicule. Elle varie entre 100 000 DA et 200 000 DA pour les voitures essence et entre 250 000 DA et 300 000 DA pour les véhicules diesel. Il y a lieu de rappeler qu’une taxe sur le véhicule neuf a été établie pour la première fois en 2008 dans le cadre de la loi de finances complémentaire. Une taxe impopulaire qui a fait couler beaucoup d’encre. Les pouvoirs publics ont dû faire appel à l’argument économique pour justifier une taxe décriée, du fait qu’elle rend rédhibitoire aux bourses moyennes l’accès à la propriété d’une voiture.« L’Algérie a engagé de gros investissements en matière de transport en commun, notamment les projets de tramway et de métro. Ces investissements nécessitent un soutien très fort de l’Etat de manière à ce que la population puisse y accéder à des coûts très faibles », a-t-on argumenté alors sans convaincre. Les concessionnaires comme les acheteurs de voitures devaient depuis lors payer, pour les premiers, une taxe sur le chiffre d’affaires évaluée à 1% et, les seconds, un impôt variant entre 50 000 DA et 150 000 DA, selon le carburant et la puissance de la motorisation.

Par ailleurs, il est à noter que ces mesures ont été prises à la faveur d’une réorientation de la politique économique du pays qui a vu ses recettes en devises chuter drastiquement avec l’effondrement des cours de pétrole. Les autorités ont ainsi engagé une bataille contre les importations. A titre d’exemple, l’Algérie a importé 153 292 véhicules au cours du premier semestre 2009 contre 171 277 unités durant la même période de 2008, soit une baisse de 10,5%, selon le Cnis. La valeur globale des véhicules importés n’a pas baissé pour autant, passant de 128,069 milliards de dinars au 1er semestre 2008 à 142,234 milliards de dinars lors de la même période de 2009. Toutefois, il convient de signaler que même avec la crise mondiale qui n’a pas manqué de fouetter la sérénité des autorités et l’aisance financière du pays, est-il nécessaire de faire payer le contribuable au prix de lui barrer la route à la propriété d’une voiture ? Il serait en tout cas difficile de le justifier au nom de l’égalité de l’impôt. Le gouvernement semble ainsi, à la faveur de cette dernière mesure, avoir entendu raison.

Source El Watan Ali Benyahia

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires