Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 06:10

Lancement du projet de la voie express reliant Bou-Ismaïl à Cherchell
La voie express passera à proximité du Rocher blanc

La circulation routière à Tipasa sur l'axe de la RN, devient infernale durant la saison estivale avec l‘affluence considérable des estivants qui choisissent cette destination en été et durant les week-ends le reste de l'année. De sempiternels embouteillages sont constats tout le long de cet axe routier jusqu’à des heures tardives de la nuit en créant des désagréments aux usagers qui empruntent cette route pour des moments d'évasion de farniente et de repos. Tipasa est donc un pôle attractif par excellence et ne peut jouer pleinement son rôle qu'en consolidant ses infrastructures de bases, routières et maritimes, C'est du reste dans cet esprit, que M. Mohamed Ouchen, wali de Tipasa s'est déplacé sur site pour donner le coup d'envoi de la réalisation de la 2e tranche de la voie express qui relie Bou-smail à Cherchell sur une distance de 48 km et qui vient en continuité avec la voie express de Mazafran-Bou Ismaïl. Selon les explications fournies par le wali, cette voie permettra de désengorger les villes côtières de Bou -Ismaïl, Khemisti, Bouharoun, Ain Tagouraït, Tipasa et d'atténuer le trafic sur la RNI et la RN67 et assurant la jonction avec l'autoroute Est-Ouest par la pénétrante Tipasa-El Affroun. Par ailleurs, le chef de l'exécutif a précisé que toutes les contraintes ont été levées, la problématique de l'expropriation a été réglée entièrement si bien que toutes les familles se trouvant sur cet axe routier ont été indemnisées et gratifiées de surcroît de 30 logements ruraux. En visitant les tracés de la voie au niveau des trois sections reliant Bou- Ismaïl Sidi Rached, Tipasa, Sidi Amar et Cherchell, le wali était accompagné des dirigeants de la société chinoise chargée de la réalisation des travaux de cette voie express pour la mise en place des chantiers. Il y a lieu de noter que cette société de grande envergure classée 76e au rang mondial s'est engagée à recruter 1000 ouvriers chinois et 1500 à 2000 ouvriers de nationalité algérienne pour la réalisation de ce projet. La réalisation en un délai de 28 mois de ce tronçon autoroutier est attribuée donc à la société nationale des travaux de construction de chine (CSGEC LTD) pour une enveloppe budgétaire de 19 milliards DA. L'autorisation globale de programme de ce projet étant de 40 milliards DA.
Ce coût s'explique par le fait que la mise en œuvre du tronçon Bou Ismaïl - Cherchell inclus la construction de 34 ouvrages d'art entre autres, un viaduc de 355 mètres, 23 passages inférieurs (trémies) 8 passages supérieurs et 2 échangeurs. En faisant une halte au niveau de chaque section pour le tracé de la voie, le wali a mis l'accent sur le respect des délais de réalisation et le suivi du projet sur le terrain des opérations par toutes les équipes. Il insistera également sur la plantation d’arbres le long et en parallèle de la voie express avec des dégagements, une bande d'arrêt d'urgence et des terrains pleins écologiques qui s'intègrent avec l'environnement en plus des annexes constituées des services et d'espaces de repos.
Source Le Maghreb
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires