Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 23:32

Drague...Un été très chaud!

Pour les Français, les vacances favorisent le passage à l'acte.
Il y a du flirt dans l'air. Avec ses rayons qui nous déshabillent et nous dorent la peau, l'été est une saison propice à l'amour. Soit parce qu'elle nous incite à faire de nouvelles rencontres, soit parce qu'elle permet aux couples de se rapprocher et de se retrouver. La preuve : 46 % des Français déclarent faire plus souvent l'amour quand ils sont en vacances.
Aurélien, un Toulousain de 29 ans, confirme. « L'été, je passe plus de temps avec ma moitié… On sort plus souvent, on va se balader dans la région, et… oui, c'est vrai qu'on passe plus de temps au lit. » Il rit, avachi sur son scooter, et ajoute : « Pendant les vacances, je suis moins stressé et je pense être meilleur… enfin tu vois quoi ! » Traduction : l'été, le jeune homme ferait « mieux » l'amour que pendant le reste de l'année. Même son de cloche pour Julie et Anna, deux lycéennes de 16 ans. « Les examens sont loin, c'est plus facile de se détendre… On est plus libérées, sourient-elles, en sirotant leurs « monaco » à la terrasse d'un bar toulousain. Elles poursuivent, l'air malicieux : « Il y a quelques jours, on se baladait place Saint-Pierre, lorsqu'un groupe de garçons nous a demandé une cigarette. Peu après, on les a retrouvés dans un bar, et une de nos copines sort maintenant avec l'un d'entre-deux ! »
Tendance Ecolo
Chaque saison a ses codes, ses modes. Cet été, la tendance, c'est l'amour écolo. Mais trouver un partenaire végétarien, anti-OGM, protecteur de la nature, ou porté sur le massage zen n'est pas chose facile ! Sauf sur la Toile, où le site Amours Bio (www.amours-bio.com) permet de mettre en relations ces célibataires verts. En outre, Internet regorge déjà de sites de vente de préservatifs ou de lubrifiants équitables (préservatifs NamNam ou lubrifiant naturel au kiwi sur www.neomansland.fr). Autre fait caractéristique : avec la crise, les couples qui ne partent pas ressentiraient le besoin de pimenter leur sexualité. C'est en tout cas ce qu'affirme Serge Louski, le patron du « Sexy Center », supérette très spécialisée de Quint Fonsegrives, près de Toulouse. Dans son magasin : de la lingerie fine, des vidéos ou les dernières créations en matière de jouets érotiques. Le patron l'affirme, la fréquentation ne cesse de croître, « avec environ un millier de personnes chaque jour. »
D'après une étude TNS Sofres parue au mois d'avril, et qui classe les Français en différents « sexotypes », 38 % d'entre eux sont des types « affranchi » et « décomplexé tranquille » en matière de relations sexuelles. A n'en point douter, si vous vous reconnaissez dans l'une de ces catégories, l'été s'annonce radieux !
Objets tendance de l'été
Quelles sont les tendances cette année ? Petit détour dans les allées du « sexy center » de Quint Fonsegrives. La grande surface du couple, selon Serge Louski, son patron. Et pour lui, pas de doute, l'huile de massage comestible est la grande réussite de l'été. « Presque tous » ses clients repartent avec l'un de ces petits flacons colorés que l'on étale sur le corps de l'être aimé, avant de déguster… Et pour accompagner les enfants dans leurs devoirs de vacances, on trouve au rayon librairie des « cahiers de vacances érotiques. » Attention, ceux-là sont à conserver hors de portée des bambins, et renferment toutes sortes de quiz, coquins ou plus sérieux, sur la sexualité.
Le canard de bain vibrant, lui, ne se présente plus…
Les Français et l'amour
59 % des Français interrogés par la TNS Sofres déclarent ne pas concevoir l'amour sans une sexualité épanouie.
67 % des personnes interrogées sont amoureuses, et contrairement aux idées reçues, les hommes semblent plus mordus que les femmes.
81 % : une majorité écrasante de personnes, donc, connaissent ou ont connu le grand amour, et certains même plusieurs fois.
39 % : Ce sont deux Français sur cinq qui se disent prêts à tout laisser tomber pour suivre leur cœur même s'il s'agit de changer de pays par amour.
64 % refuseraient de quitter leur conjoint et 72 % de se brouiller avec la famille et amis si l'amour les appelait.
« L'été est l'occasion de partager une audace »
Le docteur André Corman est le président des médecins sexologues de France. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont le dernier s'intitule « Fantasmes. Ce dont rêvent les femmes » (éditions Balland). Il nous donne des conseils pour booster notre sexualité en été.
LA DEPECHE DU DIMANCHE : En quoi, les vacances sont-elles favorables à une sexualité épanouie ?
André CORMAN : D'après Epicure, le plaisir est le pansement de l'âme. Les vacances estivales sont un moments privilégié pour renouer avec une sexualité épanouie. C'est l'occasion de remettre le sexe au premier plan. Surtout si ça n'était pendant l'année qu'une routine, un simple besoin naturel, relégué à 23 h 30, faute de mieux. Toute relation se base sur le désir, l'excitation et l'orgasme.
DDD : Quels conseils donneriez-vous pour booster sa sexualité ?
A. C. : D'abord parler de sexe. Souvent, les couples que je reçois ont du mal à évoquer ouvertement leurs relations sexuelles. C'est pourtant fondamental. Il ne faut pas avoir peur d'en parler. Je préconise la création d'un temps de l'intime. Sans aucun tabou, pour évacuer les gênes propres à chacun.
DDD : Le désir se stimule… Comment s'y prendre ?
A. C. : En fouettant son imaginaire. Il faut penser au sexe pour éveiller ses désirs, et renouer avec une certaine excitation. En d'autres termes, il faut construire ses fantasmes. Et pour ce faire, la littérature érotique peut aider. Je conseille de choisir ces ouvrages en fonction de ses attentes, tout en faisant preuve d'audace : il ne faut pas hésiter à jouer avec la pudeur. Une excellente librairie érotique surwww.lamusardine.com
DDD : Comment éviter la routine ?
A.C. : En faisant des jeux. La surprise constitue un important facteur de désir. Un seul mot d'ordre : bousculer ses petites habitudes, brouiller les cartes et créer de l'incertitude pour créer ou relancer l'intérêt sexuel. On peut, par exemple, songer à abandonner son rôle intime habituel (celui qui ne prenait pas d'initiatives en prend, etc.). On peut aussi songer à se dénuder pour éveiller l'imagination de l'autre. Le jeu permet de briser les tabous d'un couple, tout en le rassurant, car la règle protège.
DDD : C'est aussi le moment d'être attentif aux désirs de l'autre….
.C. : Il faut insister sur les sensations. On l'oublie trop souvent, mais on fait l'amour avec ses cinq sens. Pourquoi ne pas profiter de l'été pour affiner ses sens ? Pour relancer son odorat, on peut utiliser des crèmes ou du monoï. Les caresses et autres massages peuvent aussi déclencher le plaisir. Tout comme les paroles : pourquoi ne pas se redraguer? Jouer du SMS ? L'essentiel est de se laisser aller, de redécouvrir ces sensations. On peut très bien avoir des rapports, sans pour autant aller jusqu'au bout.
DDD : Que faire quand on est déjà en couple ?
A.C. : Passer des moments complices pour relancer le plaisir. Certains s'essayeront à la randonnée, d'autres passeront une journée sur les bords d'un lac de montagne. Le couple qui ne sortait plus se retrouvera un soir sur une piste de danse. L'été est l'occasion, en quelque sorte, de partager une audace.
Source La Dépêche du Midi
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires