Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 23:12

Docteur Mebtoul :L’Algérie ne sera jamais à l’OMC

Depuis la publication de la loi de finance complémentaire 2009, analystes économistes et patrons réagissent aux nouvelles mesures. Quel est l’impact de ces décisions sur l’adhésion de notre pays à l’OMC ?

M.Mebtoul : C’est terminé. L’Algérie ne sera jamais à l’OMC. Les dernières mesures prises dans la loi de finance complémentaire sont contraires aux règlements de cette organisation mondiale. La restitution des crédits à la consommation, la part des sociétés étrangères dans les projets d’investissement fixée à 49% sont entre autre des mesure qui vont à contre courent des bases de l’économie de marché. Le gouvernement est en train d’agir comme il le faisait dans les années 70 avec une injonction d’une administration autoritaire.

A votre avis, que veut faire le gouvernement en instaurant toutes ces mesures ?

Le problème c’est que nous ne savons même pas ce qu’il veut. C’est le flou total. Il n’ya pas de pilote à bord et il n’y a aucune logique économique. Comment voulez-vous adhérer à l’OMC alors qu’on ne sait pas ce qu’on veut. On nous disait auparavant qu’on n’est pas touché par la crise, mais toutes ses mesures confirment que l’Algérie est touchée de plein fouet. On est ni dans l’économie de marché ni dans l’économie administrée. Le gouvernement est en train d’asphyxier l’économie nationale. D’un côté, il pénalise les entreprises étrangères avec les mesures d’investissement très restreintes et de l’autre côté, il punit les sociétés nationales avec le crédit documentaire.

Justement, sur ce point, le patronat vient de réagir contrariant cette mesure et contestant le fait qu’il n’a pas été associé. Qu’en pensez-vous ?

Ce qui est étonnant c’est que le patronat s’est brusquement réveillé en réagissant à ces mesures. Je suis tout à fait d’accord avec lui concernant le crédit documentaire. Le crédit documentaire est pourtant une procédure normale mais il faut qu’il y ait de véritables banques qui maîtrisent le produit. Or ce n’est pas le cas dans notre pays. Je vous donne un exemple, pour avoir mon chéquier j’ai du attendre plus de 8 mois, comment voulez-vous que les banques soient à la hauteur pour mener des opérations de cette importance. Aussi, on ne restreint pas les importations par des mesures administratives.

Source Algérie New’s en français

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires