Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 05:38

Station thermale Hammam Ksana

Un complexe aux portes du désert

L’eau est de bonne qualité et possède des vertus thérapeutiques.

Situé au sud-est de la wilaya de Bouira, dans la daïra de Bordj Okhriss, Hammam Ksana a vécu longtemps sous l’emprise des hordes intégristes, notamment durant la tragédie nationale. Aujourd’hui, la région tente de rattraper le temps perdu. La renaissance de la station thermale, et de la vie, en est une preuve. Un investisseur, médecin de profession, s’est engagé à rendre le lieu attractif et attrayant.

La nature et la présence d’une station thermale sont deux atouts pris en considération par le promoteur. Le site, bénéficiant d’une importante émergence hydrothermale, offre la première opportunité touristique dans une région aux potentiels immenses.

L’eau est de bonne qualité et possède des vertus thérapeutiques. Le retard dans la remise à niveau du site est en partie dû à l’éloignement de la source qui se trouve en milieu forestier, isolée de toute agglomération, village ou hameau et coupée du reste du monde depuis que les chemins qui y mènent ont subi les aléas d’une nature rude. Située à la lisière du grand désert algérien, la source, et malgré son potentiel, n’a pas suscité d’intérêt à la mesure de son importance.

Pendant longtemps elle continua à être un lieu de destination de nos pères, grands-pères, grands-mères qui se déplaçaient de temps à autre pour y prendre un bain. L’environnement autour de cette source était repoussant et ne favorisait aucune émergence ou émancipation sociale, économique, touristique...les visiteurs qui venaient de toutes les régions se retrouvaient pratiquement dans un lieu qui n’offrait aucune commodité en mesure d’agrémenter leur séjour.

On cuisait les œufs dans la source, on mangeait à même le sol aux abords des bassins. Les plus nantis pouvaient se payer une chambre bâtie en terre avec un parterre en terre cuite bien propre. Comme pour isoler davantage les lieux, augmenter l’hostilité qu’y prédomine, arriva la période noire.

La région est choisie par des groupes terroristes comme site de repli. Les lieux fortement boisés, le relief accidenté facilitent les choses aux intégristes qui y élisent un commandement régional. La région connaîtra des moments dramatiques. Les riverains préfèrent l’exode vers les villes de Sour, Bordj, Ahl Laksar et même Bouira...La quiétude retrouvée, le lieu thermal est retenu parmi les sites à promouvoir. Hammam Ksana dispose d’une richesse naturelle d’intérêt évident, un patrimoine pouvant permettre l’émergence d’un pôle d’activité multidisciplinaire semblable aux différents centres implantés à travers le territoire qui engendrent un impact direct sur les plans d’intérêt général et de développement local.
La station thermale a commencé alors à intéresser les investisseurs qui veulent ériger un établissement à vocation médicale, touristique et culturelle. Les concepteurs du projet optent pour trois missions distinctes. La vocation médicale, touristique et thalasso-thérapeutique.
Le projet se veut d’abord une volonté d’intégrer le potentiel naturel et les caractéristiques locales dans un complexe à réaliser aux abords de la source Ksana. Le projet bâti à plus de 80% est un complexe prenant en compte l’ensemble des éléments naturels en vue des impacts les plus larges possibles sur les plans du développement local et des services visant différentes catégories d’usagers.

Pour être en phase avec le temps, le projet s’inscrit dans le strict respect des principes directs fixés à partir des caractéristiques inhérentes au thermalisme considéré comme la première forme de villégiature familiale dans la société rurale. Pour la mission médicale elle comporte la cure thermale, le traitement des rhumatismes, de certaines affections ORL, des myopathies, intestinales, dermatoses, artériopathie, varices, asthme, ulcère des jambes, paralysie, neuropathie, bronchite chronique, séquelles de brûlure...

La mission touristique vise à mettre en évidence et à contribution les nombreux avantages à même de garantir les meilleures conditions de repos et de détente. Le client trouvera sur place des espaces de relaxation, des circuits pour les amateurs de randonnées pédestres, des aires de jeu, des saunas individuels et collectifs, une piscine et une salle de gymnastique.

Dans le cadre des activités annexes et se voulant un apport pour agrémenter la vie au sein du complexe, les concepteurs ont prévu une structure destinée à abriter des rencontres et manifestations à caractère scientifique, un centre commercial et de services (restaurant et cafétéria, bazar, cyber), des piscines, des bungalows, des chambres pour hébergement économique. A l’ensemble du grand public, il sera mis à disposition un hammam de type traditionnel équipé de baignoires individuelles et de deux salles chaudes.

Le complexe qui s’étend sur les deux rives de l’oued Ksana est conçu selon la fiche technique pour une capacité d’accueil de 1200 personnes/jour pour les curistes hammam et de 120 personnes/jour pour les soins médicaux. La restauration pour 600 couverts/jour, le bloc médical (60 lits), l’hôtel (80 lits), bungalows (600 lits) et le hammam 120 lits.
Ces capacités peuvent être augmentées. En attendant la réception de la totalité du projet, les gens qui s’y sont rendus louent les vertus de l’eau, mais aussi le service offert à des prix très abordables.

Source l’Expression Abdenour Merzouk

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires