Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 07:06

Les sombres prévisions d’un expert de la banque mondiale

«Les réserves algériennes s’épuiseront en 2012»

Le taux des réserves ne dépassera pas les 120 milliards de dollars.

Le matelas financier de l’Algérie «s’effilochera avant la fin de l’année 2012» a affirmé le Dr Amhamed Hamidouche, expert auprès de la Banque mondiale, dans un entretien qu’il a accordé au confrère arabophone El-Khabar. Ce dernier a relevé que les chiffres des réserves de change annoncés par le gouverneur de la Banque d’Algérie contredisent ceux du Centre national d’informations et statistiques de la Douane (Cnis). La chute des prix des hydrocarbures conjuguée à la stabilisation du volume des exportations épuisera à coup sûr les réserves de change algériennes avant même la fin de l’année 2012, selon cet expert.

Celles-ci connaîtront «une diminution de 10 à 15 milliards de dollars durant la fin de l’année» consécutivement à l’amorce d’une nouvelle baisse des cours des hydrocarbures, a présagé encore ce dernier. Cette tendance va se poursuivre jusqu’au mois de janvier de l’année en cours.

Le Dr Hamidouche a insisté, notamment sur le fait que le chiffre de M.Leksaci (gouverneur de la Banque centrale) comporte forcément une erreur, d’autant plus qu’il est pratiquement impossible de réaliser le niveau de 143,1 milliards de dollars de réserves indiqué, si on se réfère aux chiffres donnés par le Centre national d’informations et statistiques de la Douane.

Le bilan du Cnis faisait état d’un volume d’exportations de l’ordre de 20,7 milliards de dollars et de 19,9 milliards de dollars d’importations. Il ressort un excèdent d’un milliard de dollars., sachant toutefois que les services relatifs au transport portuaire et aéroportuaire et l’expertise internationale connaissent un déficit net et clair passant de 4,7 milliards en 2006, à 10,9 milliards en 2008.

Un simple calcul permettra de conclure un déficit de 3 milliards de dollars affectant la balance commerciale souligne le même expert qui remet en cause le chiffre de la Banque centrale en estimant aussi que plus de 10 milliards de dollars de dividendes sont transférés chaque année par les entreprises étrangères et les multinationales (en hydrocarbures). Cela est considéré par cet expert comme facteur négatif dans la balance des paiements. Autre facteur influençant le taux des réserves est la non-intégration de la Bourse d’Alger dans l’économie mondiale. Ainsi, selon cet expert de la Banque mondiale, le taux des réserves ne dépassera pas les 120 milliards de dollars.
Dans le même ordre d’idées, l’éventuelle baisse des prix de l’asphalte, des matériaux de construction etc. sera à la rescousse du programme quinquennal de 150 milliards de dollars. Si les réserves de change permettront 3 mois d’exportations, il n’en demeure pas moins que c’est la crise économique et sa période qui déterminent la demande mondiale y compris celle des hydrocarbures.

Source l’Expression Mohamed Boufatah

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires