Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 07:19

La France n’a de leçon à donner à personne, mais a des responsabilités de par sa puissance économique et son histoire…

« Faisons du XXIe siècle le siècle du pragmatisme et de la bonne volonté des peuples. » C’est le message de Nicolas Sarkozy aux ambassadeurs de France réunis mercredi après-midi au palais de l’Elysée pour leur traditionnelle conférence annuelle.
C’est un rôle de premier plan qu’ambitionne de faire jouer Nicolas Sarkozy à la diplomatie française dans le règlement des problèmes internationaux. Un « rôle moteur » dans la réforme de la gouvernance mondiale et au sein de l’Europe. « Il n’y a pas à attendre, il y a urgence », a martelé le chef de l’Etat français en citant les questions qui appellent une solution rapide, comme le conflit israélo-palestinien, le dialogue avec l’Iran sur la question nucléaire, la réforme des institutions internationales. Sarkozy affichait un ton qui se voulait ferme et déterminé, en tapant de temps en temps du poing sur son pupitre devant un parterre de diplomates et un gouvernement quasiment au complet. « Le temps n’est pas notre allié, il est notre juge et nous sommes déjà en sursis », a-t-il lancé à propos des dossiers d’actualité, comme la conférence de Copenhague sur le changement climatique prévue en décembre prochain. « Le conflit du Proche-Orient n’est pas un conflit régional mais mondial. Que faut-il attendre ? Qu’il y ait plus de morts ? Plus de souffrances ? » Le président français s’est déclaré prêt à convoquer, en accord avec l’Egypte et l’Union européenne, un deuxième sommet de l’Union pour la Méditerranée (UPM) si Israël s’engage sur un « gel précis et complet de la colonisation et une relance de la négociation ». « C’est une erreur de penser que l’on peut continuer un processus de colonisation et espérer obtenir la paix », reconnaissait Nicolas Sarkozy, confirmant au passage qu’il recevrait la semaine prochaine, à Paris, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Gel des colonies un préalable pour Sarkozy

Sur un autre dossier chaud, le locataire de l’Elysée a appelé l’Iran à « négocier sérieusement » sur son programme nucléaire. Et de le menacer d’un « renforcement très substantiel des sanctions », si aucune réponse favorable n’était apportée aux propositions des Occidentaux « d’engager un dialogue sur la question nucléaire ». Concernant les relations avec l’Afrique, un sommet France-Afrique se tiendra début 2010 en Egypte à l’occasion du cinquantième anniversaire de 14 anciennes colonies françaises. Par ailleurs, les chefs d’Etat concernés seront conviés aux festivités du 14 juillet et des contingents de ces pays défileront sur les Champs-Elysées en signe de reconnaissance de leur participation à la libération de la France lors des deux Guerres mondiales. Le chef de l’Etat français a signalé qu’à la fin de cette année, les accords de défense qui lient son pays à huit Etats africains seront négociés « dans une perspective radicalement nouvelle : désormais la France conçoit son rôle d’abord comme un appui à la création de forces africaines capables d’assurer collectivement la sécurité de leur continent, dans le cadre de l’initiative de défense de l’Union africaine ». Le président français a également surfé sur le thème de l’énergie en appelant à un dialogue entre producteurs et exportateurs. Il a par ailleurs estimé que répondre au défi énergétique mondial, suppose aussi l’accès au nucléaire civil « en plaidant » pour « un juste partage ». Une soixantaine de nouveaux pays dans le monde ont marqué leur intérêt pour des programmes électronucléaires, a indiqué Nicolas Sarkozy qui a annoncé l’organisation par la France, dans les prochains mois, d’une conférence sur le sujet en liaison avec l’AIEA.

Source El Watan Nadjia Bouzeghrane

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires