Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 23:33

Autoroute Est-Ouest : la mention « manque de plans », en bas des PV de réception des travaux

Confiée aux groupements chinois CITIC-CRCC et japonais Cojaal en 2006 avec un délai de livraison de 40 mois, la réalisation de l'autoroute Est-Ouest suscite les réserves des techniciens algériens engagés sur le chantier. En cause, la qualité des travaux réalisés sur plusieurs parties du projet. Exemple : Sur le tronçon Centre reliant Alger à Bordj Bou Arreridj, confié aux Chinois, « tous les procès verbaux de réception des travaux se terminent par la mention « manque de plans » », affirme à TSA un expert algérien engagé dans le suivi du projet.

Outre l'absence d'études et de plans, le groupement Citic-Crcc utilise des matériaux non conformes à la réglementation algérienne dans la construction de remblais, notamment sur le tronçon Lakhdaria-El Hamiz, aux portes d'Alger. « L'Agence nationale des autoroutes (ANA) est incapable de lever le doigt. Elle a reçu ordre de ne pas bloquer les travaux quel que soit le motif. Les Chinois reconnaissent la mauvaise qualité des matériaux utilisés dans les remblais et ils ont demandé à l'ANA de les autoriser à ramener un bon matériau trouvé un peu loin du chantier, mais l'ANA a refusé pour ne pas surévaluer le projet avec les frais de transports », ajoute le même expert.
Confié au groupe canadien SNC Lavalin, le contrôle des travaux de cette autoroute se fait également d'une façon aléatoire et complaisante. « Les Chinois sont pressés par Amar Ghoul de terminer les travaux. Ils savent que le seul souci du ministre des Travaux publics est de livrer le projet dans les délais, c'est à dire en 2010. La qualité des travaux devient un élément secondaire», ajoute un autre expert algérien dans les travaux publics.

Les ingénieurs algériens qui travaillent sur ce projet dénoncent l'obsession du ministre des Travaux publics de livrer le projet dans les délais au détriment de la qualité des travaux et de la sécurité des automobilistes. « Le ministre pense que l'autoroute est une plate forme goudronnée, rien de plus. Si les travaux sont de mauvaise qualité, l'Algérie sera obligée de refaire tous les tronçons dans trois à quatre ans après sa mise en service et malheureusement, c'est ce qui va se passer avec cette autoroute », affirme le responsable d'un bureau d'études privé de travaux publics.

Outre la mauvaise qualité des travaux que les automobilistes ont déjà constaté sur les parties livrées du projet, les tronçons ouverts à la circulation ne disposent pas d'aires de repos, de stations-services ou de centres de surveillance. « Une autoroute, ce n'est pas seulement des voies séparées par un terre-plein central, mais surtout un niveau de service de très bonne qualité. Les automobilistes doivent se sentir en sécurité en empruntant l'autoroute et ce n'est pas le cas aujourd'hui en Algérie », déplore le même responsable.

Le très médiatique ministre des Travaux publics Amar Ghoul a encore une fois pris à témoin l'opinion publique, jeudi 27 août, sur la livraison de cette autoroute courant 2010, maintenant la pression sur les entreprises de réalisation alors que le projet connaît d'importants retards et de nombreuses difficultés.

Il a également profité de cette sortie pour ajuster sa stratégie de communication. Amar Ghoul a expliqué aux journalistes que le dossier est scindé en quatre sous-dossiers. Si les délais de réalisation sont fixés à 40 mois, ceux relatifs à son équipement et sa gestion n'ont même pas été fixés «j'ai exposé ce dossier au Président de la République lundi dernier. Son inscription est prévue au titre de la loi de finances 2010», a-t-il explique. Le ministre confirme implicitement que l'autoroute, avec toutes les infrastructures, ne sera pas livrée en 2010.

En effet, le ministre a annoncé que appels d'offres pour l'équipement et la gestion de l'autoroute seront lancés entre septembre et octobre 2009. Or, il faudrait au moins deux ans pour choisir les partenaires et mettre en place les installations de péage, les stations-services et créer des aires de repos, affirment des spécialistes interrogés par TSA. Du coup, l'autoroute ne sera livrée en totalité avant 2013.

Le ministre des Travaux publics a déjà utilisé cette « astuce » de communication sur la deuxième rocade d'Alger de 65 km pour justifier l'énorme retard de deux ans enregistré par le projet. M. Ghoul parle désormais d'une rocade de 200 km en comptabilisant les échangeurs et les bretelles.

Source TSA Ali Idir

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires