Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 03:37

L'économie mondiale semble "émerger enfin" de la recession, estime le FMI

Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn à Washington le 2 septembre 2009
Le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, a exhorté vendredi les gouvernements à "formuler" des stratégies de sortie de crise claires pour ne pas saper la reprise qui se dessine, estimant que l'économie mondiale semblait "émerger enfin".
Il a également estimé que la réforme de la régulation financière internationale n'avançait pas assez vite.
"L'économie mondiale semble être en train d'émerger enfin de la pire récession que nous ayons connue", a déclaré le chef du Fonds monétaire international dans un discours à Berlin intitulé : "Par delà la crise : croissance durable et stabilité du système monétaire international".
M. Strauss-Kahn a néanmoins estimé que la reprise devrait être "relativement lente", et a même évoqué le risque d'une "reprise sans emplois", selon le texte de son discours distribué en avance à la presse.
"Le moment est venu pour les dirigeants de développer leurs stratégies de sortie, car s'ils ne parviennent pas à clarifier et à formuler leurs plans, ils risquent de saper la confiance et le processus de reprise lui même", a-t-il dit.
Néanmoins, a-t-il dit, il faut "continuer à soutenir la demande jusqu'à ce que la reprise se soit fermement installée".
"Arrêter la relance trop tôt porte en soi un risque réel de faire dérailler la reprise", a-t-il ajouté, parlant des risques que la croissance ne "cale".
Concernant la remise à plat de la régulation financière à laquelle se sont engagés les pays avancés et émergents du G20, le chef du FMI a estimé que "cet effort de réforme n'[avançait] pas aussi rapidement qu'il serait nécessaire pour s'attaquer aux problèmes soulevés par la crise".
C'est une "mauvaise nouvelle", a-t-il dit, ajoutant voir "toujours des risques graves de déstabilisation financière" à l'échelle mondiale.
Notamment, a-t-il fait remarquer, "la montée des défauts de paiements [sur les emprunts] signifie que les banques restent sous tension, et "l'évolution du secteur de l'immobilier commercial est une source d'inquiétudes particulières".
M. Strauss-Kahn n'a cependant pas appelé à ce que les banques occidentales soient délestées de leurs actifs invendables accumulés pendant la dernière bulle financière, comme il l'a fait à maintes reprises par le passé.
Sur le dossier sensible de la rémunération dans la banque, le chef du FMI a dit craindre "qu'à mesure que le secteur financier sortira de la crise, une mentalité du +faisons comme si rien n'était arrivé+ puisse empêcher que l'on fasse de réels progrès".
A propos du système des changes, alors que la Chine a appelé à la création d'une nouvelle monnaie de réserve internationale qui détrônerait le dollar, M. Strauss-Kahn a estimé que le billet vert s'était "renforcé pendant la crise", et que celle-ci avait "reflété" son "statut d'actif refuge sans égal".
Il a également jugé que les ressources du FMI gagneraient à être "encore augmentées" malgré l'engagement pris en avril par les pays du G20 à les tripler pour lui permettre d'intensifier son aide aux pays qui en ont besoin
Source l’Internaute
L Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires