Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 23:55

Une semaine dans la vie de Jaurès fin mars 1892

Samedi 26 mars 1892 – Le Socialiste

En sortant du Capitole, Jaurès rejoint Saint-Cyprien  où Bedouce lui a donné rendez-vous à la sortie de l'imprimerie Sirven. Le temps est un peu plus doux après les grands froids du début du mois et les rues sont plus animées que d'habitude. Sur le Pont-Neuf, la masse des ouvrières de la Manufacture des Tabacs (les «tabatairas») qui rentrent chez elles. Toulouse a la particularité de compter non seulement très peu d'ouvriers mais encore que ces ouvriers soient très majoritairement des ouvrières. Le socialisme local donc un socialisme d'artisans et d'employés, comme ceux des tramways dont la grève pour obtenir la journée de 12 heures (au lieu de 16) a agité la ville tout l'été dernier. Jaures y a été en première ligne, Qurnac lui ayant demande de présider la commission charger de vérifier les comptes de « l'empereur » Pons, redoutable propriétaire de la compagnie de tramways a chevaux. Après de nombreux rebondissements et une émeute, Jaurès, pour une fois soutenu par de Fitte, négociera Un compromis qui poussera Pons à accepter la journée de 12 heures en échange d'un large geste financier de la ville. Bedouce est là, avec un jeune homme du quartier, Etienne Billières (qui sera maire de Toulouse de 1925 à 1935) qu'il présente à Jaurès : «Etienne vient d'entrer à l'imprimerie, il sera là demain à la conférence...» La veille, La Dépêche a publié le communiqué du « groupe socialiste républicain ouvrier » «Le citoyen Jules Guesde, membre du conseil national du Parti ouvrier, donnera une conférence, dimanche 27 mars, à 8 heures et demie du soir, dans l'hippodrome du Pré Catelan. » Bedouce apprend à Jaurès que la réunion sera «contradictoire», des orateurs catholiques seront présents, peut-être le père dominicain Gayraud, l'un des «ces prédicateurs Populaires qui vont dans les clubs et les réunions publiques discuter avec les socialistes et les anarchistes» pour, comme l'écrivait Jaurès dans un article de janvier, «entrer en relations en presque familières avec les ouvriers». Passe Charles de Fitte avec quelques uns de ses «blanquistes», la conversation est difficile, Bedouce et de Fitte ne voulant pas se parler et celui-ci accusant Jaurès de n'avoir rien fait pour hâter la construction delà Bourse du travail qui traîne eu longueur.

Le soir, .à 9 heures et demie, Jaurès se rend, en tant qu'adjoint à l'Instruction publique, au bal donné dans un hôtel par l’association des anciens élèves du lycée. Jaurès cause un moment avec Ournac, le maire, à qui il confirme qui est bien partant pour être sur sa liste aux prochaines municipales, tout en l'avertissant qu'il compte tenter sa chance aux législatives de l’an prochain dans le Tarn. Jaurès s'éclipse rapidement le « souper froid » fini. Il aurait nettement préféré assister à la conférence donnée ce soir au Pré Catelan par Albert de Mun, l'homme qui tente de créer un parti catholique populaire et en qui Jaurès sent un adversaire à sa dimension. Tant pis, il ira demain à celle donnée devant les étudiants catholiques au Jardin royal. Avec la réunion Guesde le soir, cela fera un sujet tout trouvé pour son article de mercredi prochain.

A suivre ….Demain Jean Jaurès – Jaurès face à Guesde   

Source Toulouse.fr

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires