Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 07:02

Algérie - L'agriculture, atout en prévision de l'après-pétrole

La sécurité alimentaire du pays est le défi majeur auquel les Algériens seront confrontés quand, l'après-pétrole venu, ils ne pourront plus compter sur la même manne financière qui, jusqu'à cette échéance, leur aura permis d'assurer cette sécurité alimentaire si vitale à tout point de vue. C'est en ayant en perspective cet horizon après-pétrole et l'impérative nécessité pour le pays de s'y préparer que le président de la République a formulé ses orientations et donné des directives au gouvernement quand il a procédé à l'audition-évaluation du secteur de l'agriculture et du développement rural, dont les performances à venir devront tendre à garantir au pays cette sécurité alimentaire sans laquelle il sombrerait inévitablement.

Pour le chef de l'Etat, faisant référence aux mesures et aides consenties par les pouvoirs publics à ce secteur, «les conditions sont réunies pour engager un développement structurel à même d'asseoir les fondements d'une croissance agricole soutenue et un développement durable du monde rural». Il s'agit, selon lui, par conséquent «de poursuivre et de renforcer dans le cadre d'une politique de renouveau rural dynamique les actions de modernisation de l'agriculture».

Il est indéniable que depuis quelques années, le secteur de l'agriculture aligne des performances qui contribuent à atténuer la dépendance du pays en matière de sa sécurité alimentaire envers les marchés internationaux. Il reste, pour que ces performances s'installent dans la durée et deviennent la norme de la contribution du secteur dans la bataille pour la sécurité alimentaire du pays, que soient levées en partie les hypothèques qui risquent de remettre en cause leur poursuite. Dans ses orientations au ministre en charge du secteur, Bouteflika en a évoqué la plus cruciale. A savoir l'utilisation rationnelle et la valorisation des ressources en eau pour l'irrigation des terres agricoles, à l'effet de sécuriser un niveau acceptable de production.

C'est un fait en effet que si le secteur de l'agriculture continue à dépendre uniquement des conditions climatiques qui ne sont pas globalement propices à des rendements performants, il sera dans l'impossibilité de répondre de façon déterminante aux besoins alimentaires du pays. D'où effectivement l'urgente nécessité d'une politique visant à lui permettre d'être protégé autant que faire se peut des aléas climatiques.

Les conditions climatiques durant l'année 2008-2009 ayant été favorables, l'agriculture du pays a enregistré des résultats de production records en beaucoup de filières, que les mesures d'encadrement et d'incitation mises préalablement en œuvre par les pouvoirs publics ont assurément contribué à amplifier. Mais il reste beaucoup à faire pour que le secteur de l'agriculture continue dans cette dynamique.

L'horizon d'une sécurité alimentaire totale pour le pays n'est pas l'objectif que l'on peut rationnellement fixer à ce secteur, compte tenu des limites naturelles qui sont les siennes rapportées aux besoins d'une population qui outrepasseront toujours ses meilleures productions. Ce qui en est attendu, c'est qu'en complément d'un développement industriel productif, il participe à réduire le déséquilibre défavorable de notre balance commerciale. Et si cela se concrétise, l'après-pétrole serait susceptible d'être favorablement appréhendé par le pays.

Source l’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires