Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Pages

24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 12:00

Toulouse – Algérie - Un regard à l'Alger du XIXe Siècle – Exposition jusqu'au samedi.

L'exposition a été réalisée à l'initiative du Cercle des Français d'Afrique du Nord et d'Outremer, présidé par Jacqueline Bayle. Le Cercle des Français d'Afrique du Nord et d'Outremer (Cefanom) de Toulouse propose depuis lundi un voyage à l'Alger du XIXe siècle à travers une exposition « Alger et ses environs 1830 à 1862 » et qui pourra être visité jusqu'au samedi dans les locaux du Cefanom, 13 rue Paul-Mériel. L'entrée est libre est gratuit et l'exposition sera ouverte de 14 h 30 à 18 heures.
Avec cette vitrine, le Cefanom veut rappeler l'histoire de la construction d'Alger de 1830 à 1862, et son cadre, le pays Kabyle, les villes romaines Tipaza, Cherchell. À l'époque de l'européanisation de la capitale d'Algérie, dans la moitié du XIXe siècle, plusieurs immigrants français se sont installés notamment dans les faubourgs ou dans des maisons proches de rempart, comme le quartier populaire de Bab El-Oued. Les Français qui arrivaient dans la ville ont transformé petit à petit les quartiers mauresques en zones semblables aux morceaux parisiens, avec les lieux nécessaires à la vie publique (jardin, église, mairie, école). Cette époque a été aussi l'époque de l'installation des nouveaux bâtiments publics comme Hôtel de ville, palais du Gouverneur, théâtre, palais de justice, hôtel des postes et du trésor dans la ville africaine, grâce au projet de l'architecte Pierre Auguste Giauchain en 1938.

 

Pour mieux connaître cette période de l'Histoire, le Cefanom a organisé une exposition avec 35 panneaux de 60 x 85 qui relatent avec toutes les explications utiles accompagnées des images et des photographies de l'époque noir et blanc ou couleur.

L'exposition a été inaugurée lundi en présence de la présidente du Cefanom, Jacqueline Bayle.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Published by Le Pèlerin - dans Toulouse
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog