Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 23:32

Toulouse - 100 € la passe pour la mère maquerelle

 

Mœurs. Une femme de 34 ans engrangeait les gains d'une jeune prostituée espagnole. Elle a été condamnée pour proxénétisme
La prostitution n'est pas interdite mais elle peut dissimuler des formes de proxénétisme plus ou moins organisées.

Le business du sexe sur Internet conduit à toute sorte de dérapages. Derrière la prostitution, on trouve aussi des clients jouant les amoureux transis et des mères maquerelles supervisant le travail des belles et encaissant les gains. C'est en tout cas ce qu'ont découvert les policiers de la brigade des mœurs en interpellant, mardi, dans un hôtel de la Cépière, un couple.

Ce jour-là, un Toulousain, agent de sécurité de 34 ans, surveille le ballet des clients sur le parking de l'hôtel. Dans la chambre, une mère maquerelle, âgée de 35 ans, accueille les clients. Elle est soupçonnée d'engranger les gains d'une prostituée espagnole qui « travaille » dans une pièce attenante. Le prix ? 100€ la passe qui, selon la chaperonne, alimente un « pot commun. »

Soupçonné de proxénétisme, le couple est placé en garde à vue au commissariat. Le Toulousain, père de famille, tombé récemment amoureux de cette femme après une rencontre sur Internet, joue les grands seigneurs : sortie au restaurant, achats de produit de beauté et transporte la prostituée espagnole dans les hôtels de la ville. Mais pour la justice ces petits services ont un nom : le proxénétisme.

Les premiers éléments d'enquête tendent à affirmer que ce père de famille « aide à la prostitution. » Tout comme sa nouvelle compagne accusée de « gérer le porte-monnaie » des jeunes filles qui vendent leur charme. Ce serait elle qui s'occupe de passer les annonces sur un journal de rencontres amoureuses. Dans la chambre d'hôtel, les policiers retrouvent d'ailleurs près de 400 € en liquide cachés dans un dictionnaire. Un pactole qui n'est que la face visible d'un butin sans doute beaucoup plus volumineux. La mère maquerelle aurait organisé pour la prostituée espagnole plus d'une dizaine de rendez-vous coquins par jour.

Vendredi, ce couple poursuivi pour proxénétisme était jugé par le tribunal correctionnel. Surpris de se retrouver dans le box des prévenus, l'agent de sécurité a plaidé sa bonne foi. Son avocat, Me Parra-Bruguière, insiste sur « l'absence d'élément moral » et obtient la relaxe de son client. Le tribunal a en effet considéré que l'intention de commettre l'infraction de proxénétisme n'était pas constituée. En revanche, son « amoureuse », a été reconnue coupable de proxénétisme et condamnée à deux mois de prison avec sursis.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires