Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 23:53

Le décret exécutif a été promulgué hier au JO : 6.000 dinars pour les jeunes chômeurs

La nouvelle sera accueillie avec une grande joie par des centaines de milliers de jeunes chômeurs algériens.
La nouvelle sera accueillie avec une grande joie par des centaines de milliers de jeunes chômeurs algériens. Le gouvernement vient d’instaurer un nouveau dispositif d’aide à l’insertion sociale «des jeunes sans revenus, en situation de précarité sociale, notamment ceux issus des déperditions scolaires».

Une indemnité mensuel le de 6.000 dinars sera versée aux jeunes chômeurs âgés entre 18 et 40 ans pour une durée d’insertion fixée à une année renouvelable une seule fois. Le décret exécutif n° 09-305 du 20 Ramadhan 1430, correspondant au 10 septembre 2009 relatif au dispositif d’activité d’insertion Sociale, paru hier au Journal Officiel et émargé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, fixe, avec amples détails, les dispositions générales de ce nouveau dispositif. Le décret exécutif élaboré suite à l’examen des résultats du rapport du ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté nationale à l’étranger sur la situation des couches les plus défavorisées, se fixe comme objectif d’aider à l’insertion sociale des jeunes sans revenus, en situation de précarité sociale. Le gouvernement espère également, à travers ce nouveau dispositif, garantir «une valorisation d’actions pour le développement d’intérêt local, notamment dans les communes et domaines peu couverts ou exploités de manière insuffisante ainsi que la lutte contre la pauvreté et la marginalisation».

Il s’agit, en réalité d’un dispositif d’aide à l’insertion professionnelle bis (DAIP). «Le dispositif concerne les domaines d’activités d’utilités publique et sociale, notamment la protection de l’environnement, les activités relatives au patrimoine matériel, à l’agriculture, l’artisanat, le tourisme, la culture, les services, l’encouragement du savoir-faire et le développement d’activités d’intérêt local ainsi que l’entretien des établissements sociaux et médico-sociaux, l’aide et l’accompagnement des personnes âgées et l’aide à domicile en direction des personnes handicapées». Les jeunes bénéficiaires seront «placées auprès des organismes d’accueil suivants: collectivités locales, administrations publiques, entreprises publiques et privées, établissements et institutions intervenant dans le domaine social et des services, artisans, associations, coopératives agricoles». Dans son article 4, le décret stipule que «les personnes insérées dans le dispositif bénéficient des prestations d’assurance sociale en matière de maladie, de maternité et d’accidents du travail et de maladies professionnelles conformément à la législation et la réglementation en vigueur». Des commissions de wilaya seront mises en place dans les prochaines semaines et auront pour mission d’étudier et de se prononcer sur l’éligibilité des bénéficiaires au dispositif et de la sélection des organismes d’accueil, dénommée ci-après «commissions de sélection». Les jeunes chômeurs, qui veulent bénéficier de ce nouveau dispositif, doivent s’inscrire auprès des services de la direction de l’action sociale de wilaya (DAS). Ils pourront bénéficier d’une formation compatible avec les tâches qui leur sont confiées, au sein de l’organisme d’accueil ou dans un établissement de formation professionnelle. Un contrat sera établi entre le bénéficiaire, l’organisme d’accueil, la direction de l’action sociale de wilaya et l’agence de développement social. Les relations entre l’organisme d’accueil et la direction de l’action sociale de wilaya sont régies par convention dont le modèle-type est fixé par arrêté du ministre chargé de la Solidarité nationale.

L’agence de développement social sera chargée de la gestion et du contrôle du dispositif en partenariat avec la direction de l’action sociale de wilaya. L’article 20 du décret exécutif précise que «l’organisme d’accueil est tenu de réunir les conditions adéquates pour l’insertion sociale des bénéficiaires, d’accompagner et d’encadrer les bénéficiaires durant la période d’insertion sociale, d’aviser, en cas de rupture unilatérale du contrat, la direction de l’action sociale de wilaya, l’agence de développement social et le bénéficiaire dans un délai d’un mois avant la date de résiliation du contrat». Le financement de ce nouveau dispositif sera pris en charge par le budget du ministère chargé de la Solidarité nationale. «Les dotations financières allouées au dispositif sont gérées par l’agence de développement social», signale-t-on dans l’article 24.

Source le financier

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Le Pèlerin 20/07/2014 17:53

Bonjour Anonyme
Je ne puis pas grand chose pour vous
N'agissez pas seul....
Vous n'êtes pas le seul dans ce cas
associez-vous, militez L'Algérie est un pays riche et la réponse ne peut être que politique
Il vous faut prendre votre avenir en main
Cordialement,
Le Pèlerin

farid 19/07/2014 23:09

slt je suis un chomeur tu jai des diplome mais jai pas un boullon je réve de6000da

zidi 02/06/2011 22:58



Je suis un jeune chomeur, j'ai tapé à toutes les portes, je me suis rapproché de l'anseg, j'ai écrit plusieurs demandes au wali, au directeur de l'anseg, j'ai écrit au président de la république
dans le seul but d'avoir un quelconque emploi, mai en vain. Je suis désespéré car n'ai pas de connaissance; voir de piston. CES 6000 DA SONT POUR MOI UN REVE. QUE DOIS-JE FAIRE? AIDEZ MOI.



Le Pèlerin 09/06/2011 04:33


Bonjour Zidi, Habitant en France, je n'ai malheureusement pas de renseignement à vous fournir Je vous suggère d'insister auprès de la wilaya Cordialement Le Pèlerin