Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 septembre 2006 7 10 /09 /septembre /2006 02:02

 

Les PV payables électroniquement chez les buralistes
Les automobilistes pris en flagrant délit par les radars peuvent payer leurs amendes dans les bureaux de tabac agréés.


 

Cela peut vous arriver....Devant l'importance du nombre des PV, et pour eviter d'embaucher du personnel ...et encaisser plus et plus vite, Sarkozy s'organise...

Payer ses PV comme on achète ses cigarettes. Telle est l'expérimentation que mène Bercy dans le cadre de la modernisation des moyens de paiement du Trésor public depuis la fin du mois d'avril. Une vingtaine de détaillants y participent. Transformés en agents des impôts, ces buralistes triés sur le volet encaissent directement les amendes envoyées à la suite d'un flashage par un radar automatique au moyen d'un terminal électronique.

 

«  Le contrevenant n'a plus besoin d'expédier un timbre-amende par courrier. Le paiement auprès d'un buraliste est plus simple, plus sûr et plus rapide. Pour bénéficier des amendes forfaitaires minorées payables dans les quinze jours, mieux vaut utiliser les paiements dématérialisés », assure t-on au ministère du Budget en rappelant qu'il existe d'autres solutions dématérialisées. Les contrevenants peuvent payer leurs amendes par téléphone en appelant un central. Et, depuis le 1 er  novembre 2003, par Internet.

 

Les automobilistes flashés par les radars automatiques reçoivent chez eux un avis quelque peu modifié. Sous les classiques informations sur le lieu et la nature de l'infraction figure un code-barres détachable. Ce papillon d'un nouveau genre contient des informations concernant le dépassement de vitesse, le type et l'immatriculation du véhicule concerné, ainsi que le temps écoulé depuis l'infraction. Une donnée primordiale puisque, en fonction de ce délai, le tarif sera plus ou moins douloureux.

 

Le paiement à proprement parler se fait quant à lui par les moyens traditionnels : chèque, espèces ou carte bancaire. Une fois le paiement effectué, le buraliste utilise un lecteur de code-barres pour le valider, puis remet à l'automobiliste un justificatif.

 

Côté contestation en revanche, point de modernisation. Le courrier est toujours de mise. L'automobiliste doit envoyer un recommandé avec accusé de réception à l'officier du ministère public compétent. Toutefois, Bercy n'oublie pas de rappeler aux automobilistes que la consignation de l'amende est obligatoire sauf en cas de vol ou de destruction du véhicule. Les buralistes peuvent également participer à son encaissement.

 

Menée auprès de buralistes volontaires, l'expérimentation devrait s'étendre à d'autres bureaux de tabac avant de se généraliser à la France entière. Chaque détaillant devra au préalable déposer une demande d'agrément auprès de Bercy. « Nous avons conçu cette application sécurisée avec un prestataire. Nous venons l'installer sur le terminal professionnel que les buralistes utilisent déjà pour d'autres tâches. »

 

Attention ! Le Trésor public n'a pas entièrement dématérialisé l'encaissement de toutes les amendes. Au-delà de quarante-cinq jours, l'amende forfaitaire majorée ne peut plus être encaissée dans un bureau de tabac. Elle doit impérativement être envoyée au centre d'encaissement de Rennes... par courrier.

 

 

Information Secuser.com

 

Relayée par

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires