Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 23:15

 

 

Faire du Sport à soixante ans

 

 

 

 

Ce n’est pas parce qu’on est plus tout jeune physiquement que l’on n'a pas le droit d’entretenir son physique. Et si l’ensemble des sports collectifs est désormais effectivement à proscrire, il reste de nombreux moyens de se muscler.  Et même avec du diabète ou du cholestérol, entre autres !  

 

Tour d’horizon: 

Ce n’est pas parce qu’on est plus tout jeune physiquement que l’on n'a pas le droit d’entretenir son physique. Et si l’ensemble des sports collectifs est désormais effectivement à proscrire, il reste de nombreux moyens de se muscler. Et même avec du diabète ou du cholestérol, entre autres !

 

Adieu foot,rugby, hand et basket !

Faire du sport, c’est bon pour la santé, ce n’est pas nouveau. Au-delà du délestage calorique qu'il entraîne de façon mécanique, le sport permet d’éliminer les toxines, d'assouplir les muscles, les articulations et les tendons, d'oxygéner les muscles et la peau, et surtout de se défouler, de se vider la tête.

Mais, voilà, à cinquante, soixante ans et plus, on ne supporte plus aussi bien les efforts que dans sa jeunesse. Les efforts deviennent violents, les temps de récupération trop courts, l’accident est vite arrivé. Une blessure au mieux, un infarctus au pire.

C’est pour cela que l’ensemble des sports collectifs est à bannir. Fini donc le football, le rugby, le hand-ball, le basket, etc. Les sprints sont trop longs et trop intenses, et le risque de prendre des coups est aggravé… Trop de joueurs, donc trop de risques, d'autant qu'une fracture arrive bien plus vite à cinquante-cinq ans qu’à vingt ans.

Stop au squash, au ski alpin, au judo...

Il y a également quelques sports individuels à proscrire comme le squash (beaucoup trop violent pour le cœur) ou le ski alpin. Les efforts musculaires consentis en altitude sont importants pour le cœur et la pression de l’oxygène est plus basse. En skiant à 2 000 mètres d’altitude, le cœur doit produire son effort avec 20 % d’oxygène en moins.

Enfin, les sports de combats sont rigoureusement interdits car ils exigent des contractions musculaires brutales "en apnée". Jacky Chang, Steven Seagal et Chuck Norris sont avant tout des acteurs, ne l'oublions pas !  

 

Néanmoins, d’autres sports sont d’excellents moyens de se préserver comme la gymnastique (sans soulever des altères trop lourdes évidemment), la marche, le golf, la la natation, le yoga, l'escrime, la plongée sous-marine ou encore le vélo. En fait, toutes les activités relevant du "cardio-training", c'est-à-dire des sports réels mais sans efforts brutaux.

Par exemple, concernant le vélo, les démarrages devront être lents, de même que les arrêts qui devront être tout en douceur, et le tout en acceptant l’effroyable évidence que le col du Galibier est d’un autre temps...

Parler à son médecin de son nouvel engouement pour le vélo, l'escrime ou la marche est un réflexe important. Votre médecin traitant connaît bien votre corps et saura vous prévenir de telle ou telle pratique. 
 

 

Échauffement, étirements

Quelle que soit la pratique sportive choisie, un échauffement préalable est nécessaire. Il sert bien entendu à éviter une crampe ou bien un claquage, mais pas uniquement. Cet échauffement va aussi permettre au cœur de s'adapter à un régime plus haut, de même que l’on préchauffe un moteur diesel.

Une fois l'effort achevé, tout aussi important, n’oubliez pas les étirements. Jambes, dos, bras, cou, colonne vertébrale, le tout assorti d'exercices de respiration, cinq à dix minutes de "stretching" élimineront tous risques de douleurs les jours suivants…

Une course, pas la course

Faire du sport, c’est avant tout se faire plaisir, se détendre, voire se défouler. Pour cela, il faut, dans un premier temps, savoir rester humble et ne pas trop en demander à son corps. Si l’on reprend le sport après trente ans d’inactivité physique, il faut savoir se contenter de peu au début. Quitte, bien sûr, à revoir ses objectifs à la hausse, graduellement, par la suite. Même en conditions hivernales, la bouteille d’eau est un ami en toute circonstance. Même lorsque l’on fait de la natation…Ce n’est pas parce qu’on se baigne qu’on ne se déshydrate pas. Faites des pauses et arrêtez en douceur, à l’écoute de votre rythme cardiaque. Et surtout, faites-vous plaisir 
 

 

Par exemple, concernant le vélo, les démarrages devront être lents, de même que les arrêts qui devront être tout en douceur, et le tout en acceptant l’effroyable évidence que le col du Galibier est d’un autre temps...

Parler à son médecin de son nouvel engouement pour le vélo, l'escrime ou la marche est un réflexe important. Votre médecin traitant connaît bien votre corps et saura vous prévenir de telle ou telle pratique. 

 

Information Senior Planet

relayée par

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires