Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 23:50

 

L'Ariège, un éden naturel préservé

 

 

A l'heure où ailleurs tant d'espèces sont menacées, le massif ariégeois se présente comme un véritable paradis pour la faune et la flore. C'est une arche de Noé posée sur les cimes. La vie sauvage est ici chez elle. El les paysages ont conservé leur pureté originelle.

 

 

 

De chaque arbre, de chaque torrent, de cha­que cascade surgit la beauté. Ici la vision apaisante, presque rassurante, d'une prairie verte et veloutée, d'une cabane de berger, de quelques chevaux sauvages en liberté. Là, la présence imposante de pentes abruptes, de vallées profondes et de cirques glaciaires.

 

Les cimes de granit, les gorges calcaires et les multiples replis de roches ne sont pas seulement les éléments d'un paysage gran­diose né il y a 500 millions d'années. Ce sont des sanctuaires montagnards où plantes et animaux ont trouvé refuge. Des milliers d'isards parcourent ainsi les pentes raides de la réserve naturelle d'Orlu. Les enfants se ré­jouissent d'y entendre siffler les marmottes, qui se laissent facilement approcher. Dans le ciel, planent les grands vautours fauves et les faucons crécerelles.

 

La réserve du Mont Valier est le domaine du gypaète barbu. Les chanceux distinguent la tête orange vif de l'immense rapace ou la robe moirée d'un grand tétras dans la lande.

 

En grimpant parmi les buissons de myrtilles et les airelles, il n'est pas rare de surprendre des lagopèdes dans les éboulis, des isards cro­quant des gentianes dans la prairie, un couple d'aigles royaux nicher dans les falaises. Dans ces lieux privilégiés, faune et flore sont intimement mêlées. Avec un peu d'attention, vous pourrez apercevoir des spécimens re­marquables comme le lys des Pyrénées, l'iris sauvage, la digitale pourpre. La chaîne abrite plus de 200 plantes originales qui n'existent pas ailleurs. Même les papillons qui butinent dans les prés, les apollons et les moirés, ont des formes particulières. C'est en juin, quand les rhododendrons en fleurs recouvrent les hauteurs d'un rosé in­tense, que la montagne est la plus belle. Il faut alors respirer à plein poumon l'air pur saturé de parfums, s'enivrer de couleurs, s'impré­gner de la fragile majesté de la nature pyré­néenne.

 

 

 

 

 

Mais attention : ne touchez à rien ! Vous pourriez, sans le savoir, compromettre la pérennité d'une espèce rare.

 

 

 

Information de l'Office de Tourisme

 

D'Ax les Thermes

 

Relayée par

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires