Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 septembre 2006 6 23 /09 /septembre /2006 23:12

 

Le développement de l’Energie éolienne en France  

 

Les projets de parcs éoliens vont se multiplier en France pour tenter de rattraper le retard face aux autres pays européens. Le Grand Sud veut mettre à profit son climat venté pour produire de l’électricité.

Le vent souffle sur l’Europe et rien ne semble vouloir l'arrêter. La France est obligée d'avancer à marche forcée pour rattraper le retard  accumulé dans le domaine des énergies  renouvelables. Et c’est l’éolien qui semble susciter l‘intérêt le plus manifeste. Les chiffres sont là : quand l'Allemagne produit l7 000 mégawatts (MW), la France compte sur une ca­pacité de 1000 MW seulement répar­tis sur une centaine de parcs. La France ne figure qu'à la 9e place européenne, largement représentée par le Languedoc-Roussillon qui génère à lui seul 20 % de la puissance nationale. 

 

 

 

1 l'exigence européenne

 

 

 

 

 

Nous n'avons plus le choix. Pour res­pecter les accords de Kyoto et la direc­tive européenne, nous devons déve­lopper des filières renouvelables pour porter leur production à 21 % de la consommation en 2010. Cela suppose d'augmenter la production hydro­électrique, la fourniture d'électricité à partir de biomasse, mais  surtout de dé­velopper significativement l'éolien.

 

 

Par un arrêté du 7 juillet, le ministre délégué à l'industrie a fixé ses priori­tés : installer 13 500 MW éoliens en 2010, et 17 000 en 2015. Pendant k même durée, le gouvernement ne prévoit l’installation que de 1600 MW nucléaires.

 

 

 

 

 

2 Le vent ressource inépuisable

 

 

 

 

 

Une énergie sous-exploitée, disent les défenseurs de l'éolien, et inépuisable contrairement aux combustibles fossiles comme le pétrole, le charbon ou le gaz. Les aérogénérateurs modernes ont multiplié leur puissance par dix en 15 ans. Ils permettent une production décentralisée et sans pollution. Enfin, ils n'émettent pas d'effet de serre. Des arguments largement contestés avec ce paradoxe bien français: 92%s se disent favorables à l'énergie éolienne dé­fendue à la fois pour son caractère éco­logique et économique. Sur le terrain, c'est une tout autre his­toire. La quasi-totalité des projets en cours se heurte au fort courant péti­tionnaire des riverains qui ont déposé des recours devant tribunal admi­nistratif.

 

 

 

 

 

 

 

 

3. Rachat d'électricité garanti à bon prix

 

 

 

 

 

La fourniture d'énergie par l'éolien se révèle une affaire rentable. Un arrêté paru le 26 juillet au Journal Officiel fixe pour une durée de 15 ans les tarifs auxquels EDF devra obligatoirement acheter l'électricité produite. Le kilo­watt sera payé 8,2 centimes d'euro, soit trois fois plus cher que le nucléaire, ce que ne manquent pas de rappeler les détracteurs. Autrement dit, cette éner­gie reviendrait très cher et son coût se­rait essentiellement supporté par l'usa­ger. Un argument d'autant plus fort qu'il intervient au moment des haus­ses de tarifs d'électricité. On comprend que les investisseurs se bousculent, opérateurs privés, mais aussi collecti­vités qui veulent tirer profit de ce nouveau marché. Un mât de 2,5MW dans une commune dont le taux de taxe professionnelle est de 10 % représente une recette annuelle de  17 500 euros.

 

 

 

 

 

4. Face au tollé, Ollin prône la concertation

 

 

 

 

 

La polémique suscitée par la réalisation de parcs éoliens oblige la ministre de l’Écologie à marcher sur des oeufs. En annonçant dernièrement la mise en place de zones de développement de l'éolien (cinq d'entre elles ont été créées en Aveyron), elle a voulu mar­quer aussi son souci de faire davantage participer les col­lectivités avec une meilleure prise en compte des monuments historiques et des sites remarquables et protégés. On imagine  aisément l'impact, qu'aura sur le paysage le projet de Mounès, dans l'Aveyron (lire par ailleurs).

 

 

Les associations restent plus que jamais sur le qui-vive, surtout dans le Tarn,

 

 

L’Aude et l'Aveyron. Leur première bataille se joue d$ns les prétoires.

 

 

 

 

 

 

5. Repères

 

 

 

 

 

5.1 Eolienne : La dernière génération dégage une puissance de 2 mégawatts (MW) permettant de couvrir les besoins domestiques en électricité de 2 000 personnes.

 

 

 

 

 

5.2 Réacteur nucléaire : Il produit environ 2000 mégawatts (MW) et couvre les besoins de 2 mil­lions de personnes.

 

 

La puissance d'un réacteur nucléaire équivaut à celle de 1000 éoliennes.

 

 

 

 

 

5.3 Dans la région

 

 

 

 

 

Les 24 éoliennes installées à ce jour en Midi Pyrénées peuvent produire 25,3 MW.

 

 

 

 

 

5.4 En France

 

 

 

 

 

Le développement des éoliennes a permis de franchir le cap de 1000 MW au premier semestre 2006. Mais l'Hexagone se situe en­core au 15e rang mondial (9e rang eu­ropéen). Largement devancé par l'Allemagne (17500 MW) et L'Espa­gne (9200 MW).

 

 

 

 

 

5.5 Le protocole de Kyoto

 

 

 

 

 

Signé en décembre 1997, il vise à ré­duire les émissions de gaz à effet de serre dans le monde d'ici 2010. L'Union européenne s'est fixée 8 % de réduction.

 

 

Pour cela elle devra produire 22,1 % de son électricité grâce aux éner­gies renouvelables. La France devra en produire 21 % contre 15 % actuel­lement.

 

 


 

 

 

 

 

 

6. Les ambitions du Grand Sud

 

 

Aveyron:

 

 

 

 

 

Zone du Carladez : 25 éoliennes

 

 

Zone de Lévezou: étude en cours pour 103 éoliennes,dont 29 à Salles-Curan.

 

 

Zone du Bas Ségala: 25.

 

 

Zone de Saint-Affrique:56.

 

 

Monts de Lacaune. 96 à terme, dont 33 à Mounès.

 

 

 

 

 

Les projets portent au total sur près de 600 éoliennes dans le ciel régional

 

 

 

 

 

Tarn:

 

 

 

 

 

Barre (Monts de Lacaune):3 éo­liennes.

 

 

Le Margne: 5 à 8 éoliennes.

 

 

Lamontelarié: 5 à 8 éoliennes.

 

 

Murat sur Vèbre:5 à 8.

 

 

Cap Découverte: 5.

 

 

Dourgne:7éoliennes.

 

 

Arfons: 11.

 

 

Sainte-Amancet:5.

 

 

Saint-Amans Soult: 60.

 

 

Roussayrolles-sur-Vaour: 3.

 

 

Sauveterre: 6.

 

 

 

 

 

Ariège:

 

 

 

 

 

Tourtrol:15 

 

 

 

 

 

Aude:

 

 

 

 

 

St-Martin-le-Viel à Sayssac: 8.

 

 

Mouthoumet-.7o.

 

 

Paziols:14.

 

 

Flavin et Pont de Sales 10

 

 

 

 

 

7. L’Aveyron en tête des projets français

 

 

 

 

 

L’Aveyron s'apprête à vi­vre sa deuxième révolu­tion énergétique. Au dé­but du siècle dernier, en pays de Carladez et du Lévezou, l’exploitation de la ressource en eau, la houille blanche, remodelait le paysage du département.  Nouvelle page d’histoire : après l’eau, le vent. L’Aveyron apparaît comme le premier département de France en terme de potentiel éolien. Il pourrait être équipé ces prochaines années de quelques 246 mâts de 500 MW. Ce décompte intègre les 12 aérogénérateurs de Couffouleux plantés en 2002. Les permis délivrés ou déposés ainsi que les projets à l’étude. 100 permis ont déjà été délivrés et une part de 29 éoliennes, pour une puissance totale de 87 MW est prévu à Salles-Curan. L'arrivée de ce parc géant est vécue comme un véritable bouleversement territorial. D'autant que l'Aveyron pourrait bien abriter le plus grand projet national piloté par la société Eoliennes de Mounès, dans laquelle
sont à pa­rité les deux groupes Total et Harpen. Total et Harpen ont été sélectionnés pour l'exploitation de33 éoliennes générant 90 MW.

 

 

 

 

 

 

 

 

8. Contre

 

 

 

 

 

Elle n'a pas de mots assez durs pour qua­lifier la situation actuelle. Anne-Marie Citton, coprésidente l'association Patri­moine, Environnement, territoire du Pays bel montais, dans l'Aveyron, part en guerre contre le projet de Mounès qui sera ex­ploité par Total avec ses 33 pylônes.
Pour elle, c'est clair, l'énergie éolienne ne sera toujours qu'une vague énergie complémentaire capable de produire seulement trois mois par an à un prix prohibitif.« En fixant les tarifs imposé à EDF pour le rachat de l’électricité produite le gouvernement fait un beau cadeau aux futurs exploitants. Pou r les sociétés, la ren­tabilité annoncée est de 20 à 40 % par an après impôt.  « C'est énorme et c'est l'usager qui en fait les frais », souligne Anne-Marie Citton, qui rappelle à son tour les réserves expresses émises ces derniers jours par la Commission de régulation de l'énergie, organisme technique indépen­dant  D'une manière plus générale, les op­posants reprochent à l'éolien de soulager nullement des gaz à effet de serre. « On va saccager des paysages excep­tionnels pour rien et ça ne produira aucun emploi. Sans parler du bruit», indique la représentante de l'association qui a dé­posé un recours en décembre 2005.

 

 

 

 

 

Information «  La Dépêche du Midi »

 

 

Relayée par

 

 

 

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires