Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 octobre 2006 3 11 /10 /octobre /2006 23:14

 

TARASCON

 

 

 

Une halte pour les vacances et l'histoire

 

 

 

 

 

Les amoureux des vieilles pierres et de la préhistoire trouveront leur bonheur autour de Tarascon. Tout d'abord les châteaux. Plusieurs sont à découvrir dont celui de Miglos, forteresse féodale qui dresse ses ruines entre la vallée de Vicdessos, Niaux et Capoulet. Au Moyen Âge, il défendait une partie de la contrée. Même s'il ne reste aujourd'hui que des ruines, à voir pour son donjon carré, sa grande salle pourvue d'une cheminée et sa tour carrée à l'ouest, surmontant une pièce au plafond voûtée. D'autres châteaux, comme celui de Quié, situé à l'ouest de Tarascon, le château du Calâmes, dans la charmante vallée de Saurat, le château de Montorgueil et le château de Rabat les Trois Seigneurs, méritent également le détour.

 

 

 

Une envie de remonter encore plus loin dans le temps ? Place au parc de la préhistoire, véritable musée vivant de l'homme magdalénien. Un univers à ne manquer sous au­cun prétexte pour marcher sur les pas des Cro-Magnon sur plusieurs hectares peuplés d'animations diverses. Pour ceux qui souhaitent tout simplement flâner dans Tarascon, attendez-vous à une ville tranquille, attrayante, sûre, animée et ensoleillée. Elle offre de nombreux services et bénéficie d'une dynamique grâce aux nombreu­ses associations.

 

Plongée dans le temps avec le parc de la préhistoire.

Remontez le temps et changez de peau en parcourant le parc de la préhistoire de Tarascon. Une formidable aventure où vous apprendrez comment les Magdaléniens faisaient du feu, chassaient au propulseur. Pour cela, vous pourrez essayer toutes les techniques d'une époque qui date de 15 000 ans avant J.-C. Et les animaux sauvages ? En suivant leurs empreintes, vous pour coup de projecteur dans le temps.

 

Les origines de Tarascon remontent à 15 000 ans. Une époque où vivaient les Magdaléniens. Ce sont ces hommes préhistoriques qui logeaient dans les cavernes à l'abri du froid et des animaux sauvages. Bon dans le temps pour arriver en 778. À cette date, Tarascon va connaître son heure de gloire. Les troupes de Charlemagne livrent un combat sans merci contre les Sarrasins dans la plaine et les refoulent. L'église de Sabart, connue sous le nom de

 

« Notre dame de la victoire », est construite : Sur les lieux mêmes de la bataille. Des siècles s'écoulent jusqu'aux guerres de re­ligion qui ensanglantait le pays. Une période noire pour tous les habitants de Tarascon. En 1568, Jean-Claude devint, sieur d'Audou ; l'atelier de fouille, l'atelier de peinture sur paroi,apprenez à manier le propulseur,à reconnaître les tra­ces des 32 espèces d'animaux que l'on croisait voilà moins de 20000 ans, dans le pays de Tarascon. Des animations reconstituant un cam­pement offrent une démonstration de taille du silex et d'allumage du feu.

 

 

 

Au delà, en revenant dans notre temps n'oubliez pas que le parc propose un restaurant, une boutique librairie, une aire de pique-nique. Au bout de l'aventure, un mu­sée vous attend avec audio guide, reportages, films, documentaires à la tête des réformés. Il prend le château comtal et massacre les catholiques. Le curé Baron, recteur d'Ornolac, est torturé avant d'être jeté dans l'Ariège du haut des rem­parts.  L'année suivante le baron de Miglos, est à la tête des catholi­ques. Il se porte à l'assaut du châ­teau dans la nuit du 8 au 9 juin 1569 et les huguenots meurent tous. Plus tard, en 1582, le sieur d'Audou reprend la ville aux catholiques au prix d'un nouveau massacre. En 1589, à la mort du protestant Rougairoux, le vicomte de Mirepoix, sénéchal gouverneur du pays de Foix, nomme le catholique Duthel au commandement de Tarascon. Les années passent et au XVIIème siècle, Louis XIII, Roi de France et son ministre, le cardinal de Richelieu, décident de la destruction de la plupart des citadelles de la région.

 

 

 

Information « La Dépêche du Midi »

 

Relayée par

 

 

 

Le Pèlerin

 

-

Partager cet article

Repost0

commentaires