Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 23:43

 

Cité de Saint-Lizier  

Cathédrales et Palais des Évêques renferment des trésors à découvrir  

 

La Cité des Évêques du Couserans, une Longue Histoire, depuis l'occupation romaine, jusqu'à La Révolution Française

 

 

 

 

Saint-Lizier, cité des Consorani avant l'occupation romaine, est l'antique capitale du Couserans. Au Vème siècle, elle devint le siège de l'évêché du Couserans et le demeura jusqu'au Concordat de 1801. La cité de Saint-Lizier constitue un ensemble architectural et historique de classe nationale. Elle conserve d'importants remparts gallo-romains et possède deux cathédrales datant de l'époque romane.

 

 

 

Citadelle de l'oubli, Saint Lizier de Couserans pleure encore aujourd'hui sur sa gloire et ses fastes passés. Il est peu de cités qui connurent dans nos Monts Pyrénées un destin aussi curieux et une existence aussi tourmentée. Elle vit le jour avec la guerre, lors des expéditions conquérantes de Rome, connut son apogée avec la foi, durant les siècles de rayonnement de son évêché et s'éteignit avec la liberté dans les débordements de la Révolution française. Durant près de deux mille ans elle fut tout à la fois cité de la guerre, temple de la méditation et foyer de la civilisation. 

La cathédrale de Saint-Lizier, située au cœur du village, a subi au cours des siècles de nombreux remaniements qui n'ont pas détruit son harmonie. Dans le cœur, de magnifiques fresques attribuées au "Maître de Pedret" ont probablement été réalisées avant la consécration de la cathédrale en 1117. 

A côté de la nef est situé un magnifique cloître à deux étages dont seul le rez-de-chaussée appartient au style roman; ses arcades reposent sur des colonnes simples ou jumelées, ornées de très beaux chapiteaux historiés ou décorés d'entrelacs.  

Le trésor de la cathédrale (XIIème-XVème), composé d'objets fins et délicats, illustre l'importance spirituelle et temporelle de l'ancienne capitale reli­gieuse. On peut y admirer en particulier une crosse dite "de Saint-Lizier" en ivoire et argent (XIème-XIIème), une mître d'évêque en soie blanche brodée d'or (Xllème), l'ancienne châsse de Saint-Lizier en bois peint (XIIIème), une crosse en cuivre émaillé (travail de Limoges XIIIème) et le buste reliquaire en argent de Saint-Lizier qui est un chef- d'œuvre de l'orfèvrerie toulousaine du XVIème. 

 

Notre Dame de la Sède, la cathédrale supérieure, appartient à un ensemble de bâtiments ecclésiastiques ayant subi de nombreux remaniements depuis l'époque romane. Belles boiseries, stalles du XVIIème, salle capitulaire du XIIIème. 

A proximité de la cathédrale de Saint-Lizier, dans l'Hôtel Dieu construit en 1764, une remarquable pharmacie du XVIIIème, encore utilisée de nos jours, dévoile ses trésors: pots de médicaments en faïence et verre, coffret de chi­rurgien militaire, sphère armillaire... 

Entouré d'un parc et d'un jardin en terrasses, le Palais des Évêques offre un magnifique panorama sur les montagnes du Couserans et la vallée du Salât. Il domine la cité médiévale de Saint-Lizier située sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle et où de nombreux monuments témoignent d'un passé prestigieux. Des origines jusqu'à la Révolution, les évêques eurent souvent à cœur d'embellir le site et d'accueillir les plus démunis. 

Le Palais des Evêques, bâti et aménagé au cours des siècles, L'an­cienne cathédrale Notre Dame de La Sède, édifiée sur une partie du rempart du Vème siècle, évoquent L'art religieux depuis Le Moyen-Âge. Dans Les caves et Les écuries sont présentées des expositions tem­poraires Laissant une grande place à L'art contemporain. Le site per­met de développer trois grands axes de collection : L'archéologie gallo-romaine est associée à La numismatique (échanges et tré­sors), L'ethnographie présente Les activités et rites de La vie quoti­dienne des pays de L'Ariège depuis Le siècle dernier, et L'histoire naturelle évoque La faune, La flore et Les ressources des Pyrénées ariégeoises. Les expositions permanentes évoluent au gré des acquisitions et des dons assurant La conservation d'un patrimoine unique et authentique: celui de l'Ariège et de ses habitants. 

Le Trésor de Saint-Lizier est conservé dans l'ancienne sacristie où L'on accède par la travée Est du Cloître. Il comporte plusieurs pièces rela­tives aux attributs des évêques, des reliquaires et des objets du diose au site. On ne peut pas quitter Saint-Lizier, sans être parti­culièrement impressionné par La grandeur passée de cette cité. Les hommes qui se succédèrent, d'abord au commandement de l'oppidum romain, ensuite sur Le siège épiscopal, nous ont Laissé un trésor archéologique de premier ordre que nous avons le devoir de trans­mettre aux générations futures. 

Information source : l’Ariégeois 

relayée par 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires