Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 septembre 2006 1 25 /09 /septembre /2006 23:58

 

Chirac milite pour le dialogue des civilisations


Chirac prône le dialogue des civilisations et hier a été lancée à l"Elysée l'atelier culturel réunissant plus de 250 personnalités du pourtour de la méditérannée et du golfe afin de promouvoir "le dialogue des peuples et des cultures".


Un défi immense, encore souligné par les hasards du calendrier. Quelques semaines après une nouvelle guerre au Liban et au surlendemain de l'anniversaire du 11 septembre, 250 personnalités du pourtour de la Méditerranée et du Golfe sont réunies à Paris pour promouvoir le «dialogue des peuples et des cultures».

L'initiative en revient à Jacques Chirac qui, en novembre dernier, avait lancé l'idée d'un «atelier culturel» pour renforcer le maillon faible du processus lancé il y a 10 ans à Barcelone afin de rapprocher les deux rives de la mer commune aux civilisations d'Orient et d'Occident. «La Méditerranée est devenue le point focal des incompréhensions entre les peuples», a déclaré hier le président de la République en rappelant un credo qu'il égrène, quasiment mot pour mot, depuis les lendemains de l'attaque contre les Twin Towers.

Plus récemment, l'épisode des caricatures de Mahomet a joué comme un nouveau signal d'alarme. «Nous sommes menacés d'un divorce entre les cultures, Occident contre Islam, laïcs contre religieux, Nord contre Sud, riches contre pauvres», a-t-il souligné devant un parterre d'universitaires, de personnalités religieuses, de membres de la société civile et de représentants d'États, comme le chef de la diplomatie turque, Abdullah Gül. Pour «conjurer le choc de l'ignorance, de la bêtise et de l'arrogance, nous devons impérativement retrouver la voie du dialogue», a encore relevé M. Chirac.

Organisé en groupes thématiques (fractures culturelles, médias, faits religieux, éducation...), l'«atelier culturel» déroulera ses travaux sur un an : après Paris (où ils sont réunis jusqu'à demain), les participants doivent se retrouver à Séville, cet automne, puis à Alexandrie, l'été prochain.

«Originale, pertinente et opportune», selon l'un des organisateurs, Mourad Allal, l'initiative, indéniablement salutaire quant au principe, n'est pas exempte de risques. D'abord celui de se heurter aux limites inhérentes à ses modalités, à ses thématiques et à son ambition. Placé sous des auspices gouvernementaux, l'«atelier culturel» a théoriquement pour vocation de faire dialoguer les représentants de la société civile, ce qui, souvent dans le monde arabe, n'a rien d'évident. Il était certes réconfortant, hier, de voir un rabbin, un prêtre et un dignitaire musulman en conversation animée sous les ors de l'Élysée.

Suggestion d'un «Erasmus méditerranéen»

Leurs entretiens se dérouleront ensuite à huis clos, une formule censée permettre l'instauration d'un libre dialogue. Pourra-t-il se nouer ? Surtout lorsqu'il s'agira d'évoquer des questions aussi détonantes que l'héritage des colonisations ou l'écriture de l'histoire. Monter un tel événement a occasionné, pour son maître d'oeuvre, l'ambassadeur Jacques Huntzinger, de véritables casse-tête protocolaires. Mais «des tabous sont tombés», se félicite Mourad Allal. Le plus dur est à venir, sortir de l'incantatoire, éviter les récupérations officielles et donner de la substance à un «plan d'action». Jacques Chirac a suggéré hier trois propositions, dont un «Erasmus méditerranéen» pour favoriser les échanges entre étudiants.
Source "Le Figaro"
Information relayée par
 
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires