Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 12:23

 

AZF - 21 septembre 2001..5 ans après...  

les séquelles persistent

Ci-dessous 2 photos de l'AZF après l'explosion

 

L'explosion de l'usine AZF de Toulouse a eu des conséquences importantes sur la santé des riverains  

Un rapport de l'Institut de veille sanitaire publié mardi, cinq ans après la catastrophe, estime que le nombre de blessés dépasse les 2500 officiellement recensés et met l'accent en particulier sur les séquelles auditives et psychologiques. 

L'explosion le 21 septembre 2001 de l'usine AZF avait fait 30 morts et endommagé 28.000 logements. 

10 jours après les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, l'explosion de l'usine chimique est la catastrophe industrielle la plus grave jamais enregistrée en France.

Elle a provoqué une secousse équivalente à un séisme de 3,4  degrés sur l'échelle de Richter, l'apparition d'un nuage toxique et une onde de  choc qui a soufflé ou endommagé de nombreuses habitations et bâtiments  publics à des kilomètres à la ronde.

Elle a provoqué l'ouverture de 15.000 dossiers de dommages corporels. Des victimes de la catastrophe, souvent âgées ou en situation précaire, qui n'ont pas perçu d'indemnisations ou d'aide en raison de leur ignorance de leurs droits, continuent aujourd'hui de se faire recenser par des associations.

A la veille du 5e anniversaire de la catastrophe, Toulouse a lancé vendredi dernier les travaux du Cancéropôle, pôle de recherche et de soins sur le cancer, qui va être construit sur le site de l'usine AZF, après sa dépollution

L'InVS, qui se fonde sur des enquêtes, fait apparaître que, dans la zone proche de l'usine, un élève sur cinq, un habitant sur dix et 15% des travailleurs ont déclaré avoir été blessés. 

Si les problèmes respiratoires et les irritations oculaires provoquées par les rejets de polluants ont eu des effets relativement courts, les séquelles auditives sont plus importantes, selon le rapport. 

Près de 7% des habitants de la zone proche faisaient état d'une séquelle auditive 18 mois après l'accident. 

Par ailleurs, dans les cinq jours qui ont suivi la catastrophe, le nombre d'infarctus du myocarde a triplé par rapport à l'habitude. 

En ce qui concerne les atteintes psychologiques, 5600 personnes ont consulté pour des symptômes de stress aigu, 21% des résidents de la zone ont déclaré avoir pris des psychotropes et une personne sur deux en prenait toujours 18 mois après l'explosion. 

Une enquête menée chez des élèves de sixième dont l'école était proche d'AZF a montré de 16 mois après, 21% d'entre eux présentaient des symptômes dépressifs. 

Enfin des symptômes de stress post-traumatique (SPT) ont été décelés chez  les personnes les plus exposées (proximité de l'explosion, blessure ou mort d'un  proche, perte de logement ou de travail) ou dans les groupes sociaux les plus  défavorisés. 

Pour son enquête, l'Institut a interrogé 2.121 élèves, 13.764 sauveteurs et  travailleurs ainsi que 1.191 adultes présents le jour de l'explosion. Le 16 mai dernier, les juges d'instruction et les experts ont présenté aux parties civiles leur rapport final, qui impute la catastrophe à un accident chimique. 

Deux semaines plus tard, Total a été mis en examen, en tant que personne morale, comme le réclamaient les associations de victimes Des 13 personnes mises en examen pour "homicides et blessures  involontaires" au début de l'affaire, seul le directeur de l'usine de Grande Paroisse (groupe Total) Serge Biechlin l'est encore aujourd'hui. 

Un manutentionnaire soupçonné d'être à l'origine du mélange de DCCNa et de nitrate d'ammonium qui aurait provoqué l'explosion a bénéficié d'un non-lieu en juillet. 

Une nouvelle expertise publiée cet été contredit les conclusions des experts. Les avocats de Total réclament donc un non-lieu. Demande rejetée par un des juges d'instruction, au motif que les échantillons prélevés pour cette expertise l'ont été deux mois après l'explosion.

Source FR2

Information relayée par

Le Pèlerin 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Guy coquille 01/07/2008 15:36

Bonjour
Je suis journaliste pour l'émission TOUTE UNE HISTOIRE de Jean Luc Delarue et je prépare une émission sur les victimes de catastrophes. J’aimerais rentrer en contact avec des gens qui ont vécu l’explosion  d’AZF. (ce qu’ils ont perdu, comment ont-ils remonter la pente etc…)
Vous pouvez me contacter au 01 53 84 29 71.
Cordialement
 
anne solveig
 
Journaliste
Reservoirprod

Le Pèlerin 02/07/2008 10:42


J'ai répondu à ce message par mail perso
Je reste à la disposition de ce journaliste
Cordialement
Le Pèlerin