Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 23:18

 

Conséquence directe du Film «Indigènes»

Anciens soldats des Colonies: la France s'amende  

 

Les anciens combattants des Colonies vont percevoir les mêmes pensions que leurs homologues français 

Il n'y aura plus de différences dans ces deux prestations que sont les retraites du combattant et la pension militaire d'invalidité entre les combattants [des ex-colonies] et les nationaux français", selon le ministre des Anciens combattants."Ils percevront exactement en euros ce que perçoivent les nationaux français", a-t-il dit. 

La mesure, qui devrait entrer en vigueur dès 2007, devrait coûter 110 millions d'euros par an, a annoncé Hamlaoui Mekachera à l'issue du Conseil des ministres. Interrogé sur un rattrapage dans le versement des pensions, gelées depuis 1959, le ministre a affirmé que "ce n'est pas d'actualité pour l'instant". 

M. Mékachéra, à qui l'on demandait pourquoi cette revalorisation intervenait "si  tard", a répondu que, "pendant 45 ans, ce dossier n'a été traité par personne". "Aucun gouvernement n'a mis le moindre centime et n'a pris la moindre initiative. C'est le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin et de Dominique de Villepin qui ont ouvert ce dossier et apporté des solutions". 

"Moi, j'en suis fier et heureux", a ajouté le ministre, dont le père, né en Algérie, est mort au combat, sous l'uniforme de l'armée française, pendant la Première Guerre mondiale. 

Chirac: "nous le devions à ces hommes" 

"C'était une question de solidarité, de justice, de reconnaissance", a déclaré le président Jacques Chirac pendant le Conseil. "Nous le devions à ces hommes, qui ont payé le prix du sang, et à leurs enfants et petits-enfants dont beaucoup sont Français. Cette mesure juste, c'est aussi une façon, pour la France, de réintégrer pleinement cette mémoire dans l'histoire nationale". 

Quelque 80.000 anciens combattants de l'armée française de nationalité étrangère, essentiellement d'Afrique noire et du Maghreb, sont concernés par cette mesure de revalorisation des pensions. 

Certains des anciens combattants coloniaux ont fait les guerres d'Indochine, d'Afrique du Nord et de Corée. Mais la très grande majorité a participé à la seconde guerre mondiale, prenant part à la libération de l'Afrique du Nord, à la campagne d'Italie, au débarquement de Provence, ainsi qu'aux combats dans les Vosges et en Alsace. 

Les troupes coloniales de l'Empire français payèrent un lourd tribut: de juin 1940 à mai 1945, 55.000 Tunisiens, Marocains, Algériens et Africains furent tués, dont 25.000 dans l'Armée d'Afrique. 

Le président Jacques Chirac avait rendu hommage aux soldats coloniaux lors de la commémoration en 2004 du débarquement en Provence mais sans évoquer la question du gel de leurs pensions décidé au moment de la décolonisation. 

Cette question coïncide avec la sortie du film Indigènes. Ce film tire de l'oubli les soldats de l'empire colonial français qui ont participé aux combats de la Seconde guerre mondiale. 

Source FR2 

Information relayée par  

 

Le Pèlerin


 

Partager cet article

Repost0

commentaires