Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 00:08

Multimédias - Téléphonie mobile - Fini l'arnaque des hot line 

 

Gagné ! Bientôt, les opérateurs de téléphonie mobile et autres fournisseurs d'accès à Internet ne pourront plus facturer à prix d'or les longues minutes d'attente qu'ils nous infligent sur les services d'assistance téléphonique. Les consommateurs sortent gagnants !  

"Consommateurs au bord de la crise de nerf", clamait, en mai dernier, l'association "UFC-Que choisir" lorsqu'elle dénonçait l'arnaque des hot line. On le sait, ces services d'assistance téléphonique mis en place par les fournisseurs d'accès Internet et autres opérateurs télécoms facturent les communications à prix d'or (souvent 0,34 euro la minute). Mais, on le sait moins, ils font aussi payer tout aussi cher les longues minutes d'attente, petite musique en prime, infligées aux clients avant qu'un technicien ne réponde.  

L'UFC-Que choisir avait fait les comptes. Pour ce service, les abonnés à Internet s'étaient vus facturer, en douze mois, la bagatelle de cent douze millions d'euros. Dont près de la moitié pour la seule attente au bout du fil. L'association menaçait même d'assigner les fournisseurs d'accès en justice pour "paiement d'un service sans contrepartie". Elle avait d'ailleurs déjà engagé une telle action contre l'opérateur Free.  

Mais elle n'aura pas besoin de mettre ses menaces à exécution. Car le gouvernement a pris les choses en main. Fin septembre, le ministre de l'Industrie a réuni autour d'une table ronde les principaux opérateurs. Avec au menu, entre autres points litigieux, ce fameux problème de l'assistance. Bilan des courses, de bonnes nouvelles pour les consommateurs : les temps d'attente ne seront bientôt plus facturés. 

Et si tout devenait gratuit  

Les opérateurs n'ont pas le choix. S'ils ne font pas preuve de bonne volonté, le ministre a assuré qu'il ferait voter une loi pour les contraindre à offrir la gratuité des minutes de patience demandées à leurs clients. Bons élèves, les grands de la téléphonie mobile se sont donc engagés à l'offrir spontanément, au plus tard à la mi-2006. Chez Orange, par exemple, ce sera gratuit dès le printemps.   

Et les fournisseurs d'accès à Internet ? Certains avaient déjà fait des efforts. Alice, par exemple, prévoyait déjà la gratuité de l'assistance. Club Internet l'offre, lui, pendant trente minutes. D'autres emboîtent le pas. Dès décembre, par exemple, les clients de Wanadoo ne paieront plus le temps d'attente. Ils doivent même être rappelés par leur interlocuteur si leur communication avec le service après-vente dépasse trente minutes.   

Mais les fournisseurs d'accès les plus récalcitrants ont jusqu'à la fin 2006 pour se plier à la demande du ministère et faire cadeau aux clients de l'attente au bout du fil. Au pire, si, pour des raisons techniques, ils ne peuvent distinguer celles-ci de l?assistance réelle dans la communication globale, ils auront le droit de demander à leurs clients de payer à l'acte, et non selon la durée de l'intervention.  Mais le plus intéressant, c'est que le gouvernement n'entend pas en rester là. Car beaucoup d'autres entreprises, comme la SNCF, facturent aussi très cher les temps d'attente à leurs services téléphoniques. Sous l'égide de la très sérieuse Direction générale de la concurrence, une grande concertation doit s'ouvrir pour régler la question. L'objectif est ambitieux : faire de la France un des rares pays au monde où les consommateurs bénéficieront de la gratuité du temps d'attente sur les centres d'appel.   

Source PlanetMag, information relayée par:   

Le Pèlerin

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires