Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 00:44

L'Algérie va tripler ses commandes avec la France pour l'armée algérienne

 

 

 

 

 

Algérie - France : les Commandes de l?armée algérienne ont triplé

Le commerce militaire algéro-français semble s?orienter durablement vers la hausse. Amorcée en 2001, au plus fort de la normalisation diplomatique entre les deux pays, cette tendance se confirme à la mesure des exercices budgétaires, poussée en cela par les plans de modernisation de l?armée algérienne et le souci de diversification de ses fournisseurs, au-delà du traditionnel partenaire russe.

L?an dernier, les commandes du ministère algérien de la Défense auprès des industriels français de l?armement ont quasiment triplé par rapport à 2004. Concrètement, elles ont dépassé la barre des 45 millions d?euros (45.059.802 exactement), un niveau jamais atteint de par le passé, selon des indications officielles.

Celles-ci figurent dans le rapport annuel sur les exportations d?armement de la France, le septième du genre, remis par le ministère de la Défense au Parlement. En 2004, les prises de commandes s?établissaient à 13,6 millions d?euros (voir le Quotidien d?Oran du 22 décembre 2005).

Les livraisons effectives se sont chiffrées à 7,25 millions d?euros contre 12,6 millions l?an d?avant. L?écart entre les montants de commandes - dont les contrats ont été « signés et entrés en vigueur par le versement d?un premier acompte - et les livraisons tient, selon les rédacteurs du rapport, au « décalage chronologique ».

Généralement, une commande, explique-t-on de même source, se concrétise par des livraisons échelonnées sur plusieurs années. En moyenne, les délais pourraient prendre cinq à six ans dans le cas des équipements les plus importants. Les prises de commandes ont profité, pour l?essentiel, à l?armée de l?air (44,7 millions d?euros), contre 400.000 euros pour l?armée de terre.

En revanche, comme l?année dernière, la marine n?a libellé aucun bon de commande auprès des industriels de l?Hexagone. Dans le registre des livraisons, l?aviation s?est taillée la grosse part. Ses acquisitions sur le marché militaire français ont coûté au Trésor un peu plus de sept millions d?euros, contre 300.000 euros pour les forces terrestres.

Les forces aériennes ont acheté pour 2,8 millions d?euros en aéronefs. Leur nature n?a pas été précisée, mais il s?agirait, selon toute vraisemblance, d?hélicoptères. Le plus gros montant - 3,2 millions d?euros - a été consacré à l?acquisition d?équipements de transmissions et de contre-mesures, alors que 1,3 million a servi à l?achat de matériel destiné à l?entraînement et aux simulateurs de vols.

A contre-courant d?une idée reçue, les relations commerciales entre Paris et Alger dans le domaine militaire sont loin de se réduire à la portion congrue. En près d?une décennie, les indicateurs sectoriels ont été constamment tirés vers le haut.

Ainsi en est-il des prises de commandes dont les montants successifs ont atteint 197,6 millions d?euros depuis. De 3,9 millions d?euros en 1996, elles ont baissé à 0,1 et 1,1 million d?euros respectivement en 1997 et 1998, avant de s?envoler à 27,3 millions d?euros en 1999.

Après un recul à 6,3 millions d?euros en 2000, elles ont à nouveau valsé pour s?établir à 16,1 millions en 2001, 40,2 millions en 2002, 43,9 millions en 2003, suivie d?un nouveau ralentissement en 2004 (13,6 millions).Une tendance plus ou moins régulière se dégage au chapitre des livraisons.

Cumulées sur neuf ans (1996-2005), celles-ci ont pesé 100,8 millions d?euros. Le meilleur indicateur a été enregistré en 1996 avec des acquisitions effectives de l?ordre de 20,8 millions d?euros. Suivent dans l?ordre l?année 2001 avec un montant de 17,9 millions, 2000 (15,7 millions), 2004 (12,6), 2003 (11,6), 2005 (7,3), 1997 (6,8), 2002 (5,5), 1998 (2 millions) et 1997 (0,9 million).

Source - Quotidien d'Oran, le 28 octobre 2006.

 

 

 

Nota personnel du Pèlerin : il y a tant de choses à échanger avant de commercer avec les armes

 

 

 

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires