Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 15:47

Pyrénées- Autour du lac de Bareilles 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lac de Bareilles est une promenade facile qui, outre le charme de la région, offre une vue panoramique exceptionnelle. 

Voici un petit lac qui semble­rait presque collinaire mais affirme déjà son caractère pyré­néen. Le lac de Bareilles, ou de Bordères, est accessible en moins de trente minutes de marche. Mais comme nombre de randonneurs optent pour le chemin le plus évident, vous aurez à coeur de vous offrir, ainsi qu'à vos enfants, une balade un peu plus longue mais tellement plus sympathique. Passé le Port de Balès qui sépare la pastorale Barousse de la vallée d'Oueil, prenez à droite la route du col de Pierrefite, ainsi nommé car une pierre dressée, d'origine vaguement  mégalithique, matérialisait le passage. Le parking, situé au col, est souvent saturé, aussi est-il préférable de laisser son véhicule aux abords du refuge du Mont-Né. Le point de départ de la balade est le parking, à 1856 mètres d'altitude. Montez, plein sud, sur un sentier évident, le long de la très facile crête de Téchouède. Les replats herbeux alternent avec les raidillons entre les affleurements rocheux. Aucun risque, sauf en début de saison, si un névé encombre le versant est.

 

 

Au Seilh de la Baque

 

 

Moins de quarante minutes après le départ, on atteint le premier petit sommet, anonyme, mais qui tutoie les 2 000 mètres. C'est l?occasion d'une première pause, les enfants réclamant à grands cris le casse-croûte, plus symbolique que nécessaire. Le panorama, au sud, s?étend du massif de la Maladeta, qui semble surgir au sud-est de : écume des crêtes luchonnaises tandis qu'en face de vous, à la jumelle, vous pourrez peut-être en­vier les cordées sur le glacier du Seilh de la Baque. 

Un peu d'attention vous permettra sans doute de distinguer, au fond de la vallée d'Oô, le refuge du Portillon. La course reprend, suivant une option légèrement sud-ouest, sur la large crête de la Coume du Lion. C'est ici le domaine de la petite montagne, celle dont on se joue au rythme des enfants, montant el descendant de petits dénivelés juste pour le plaisir d'arriver, une heure el quinze minutes après le départ, au pic du Lion (2 102 mètres), belvédère imprenable sur la haute val­lée du Louron et, au-delà, vers le pic du Midi de Bigorre et l'Arbizon. Un cairn de bonnes dimensions signale le sommet, sur lequel pourrait sans peine stationner un régiment. 

 

 

 

Criques et plages 

La descente (nord-ouest) au col du Lion ne pose aucun problème par­ticulier mais nécessite une certaine attention, afin de prévenir les éventuelles entorses dues à la pente raide. 

Du col, on rejoint facilement le lac de Bareilles en descendant pleine pente parmi les blocs erratiques, sur un sentier marqué de jaune et de blanc. Voici enfin la berge hospitalière du lac ; parfois un troupeau de che­vaux vient y boire et fait, de sa mas­se au galop, trembler le sol sous vos pieds. Quoique relativement frais, le lac tentera peut-être les amateurs de baignades revigorantes. Les autres pourront à loisir se prélasser au gré des criques et petites plages qu?offre le pourtour du lac. Le retour au col de Pierrefîtte ne prendra: que quelques dizaines de minutes selon l'encombrement du sentier, immanquable au nord-est du lac, sur votre droite en descendant du col du Lion. De toutes manières, vous remonterez le flot des randonneurs que vous distinguiez, tout à l'heure, du haut de la crête. Si votre but était le même que le leur, vous avez au moins pu jouir d'un superbe panorama avant de confier la relative fatigue de vos muscles à la fraîcheur vive des eaux du lac de Bareilles. Si d'aventure il vous restait, au retour au par­king, un peu de tonus, envisagez sereinement la très facile ascension du Mont-Né (2 147 mètres) qui ne prendra, aller-retour, pas plus d'une heu­re trente. Le cheminement est évi­dent, au long des sentes tracées par les générations de randonneurs montés faire leurs dévotions à la « montagne noire », le Mont-Né, sommet fé­tiche des Baroussais et des bergers de la vallée d'Oueil. 

En Savoir Plus 

Localisation 

Par la vallée d'Oueil : Bagnères-de-Luchon, puis direction col de Peyresourde (D 618). Prendre la direction Bourg-d'Oueil (D 51) jusqu'au fond de la vallée. Prendre à droite la route, en fort mauvais état, du port de Baies. 500 mètres avant le col, prendre à gauche la direction du col de Pierrefîtte. 

Par la Barousse. Montréjeau. N 125 jusqu'à Labroquère, Puis D 925 jusqu'à Mauléon-Barousse, Ferrère et les chalets Saint-Néré. Prendre ensuite la route forestière (circulation aux risques et périls des usagers) du port de Baies. 500 mètres après le port, à droite, direction col de Pierrefîtte. 

Cartes 

- IGN TOP 25 Bagnères-de-Luchon n° 1 848 OT 

- Randonnées pyrénéennes 1/50 000 n° 5. Luchon/Aure/Louron.

Visites : Visite du site gallo-romain et de la cathédrale de Saint-Bertrand-de-Comminges et de Saint-
Just à Valcabrère Tél. : 05 61 95 44 44. À Barbazan : 

Thermes : cures du 10 mai au 30 septembre Tél. : 61 88 28 28. À Mayrègne : -Table d'orientation (vallée d'Oueil). 

Animations : Foire aux fromages de Loures Barousse (1er week-end d'août). 

Festival du Comminges. Musique sacrée (du 14 juillet au 25 août) Tél. : 05 61 95 44 44 et 05 61 88 37 07. 

Source «Pyrénées Magazine», information relayée par 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires