Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 00:29

Pyrénées - Pays Basque - La montée du Calvaire 

À un quart d'heure des plages d'Hendaye, une balade en forme de cours de géographie.

  

 

 

Oubliez   pour   une   heure serviette, parasol et ambre solaire. Le paradis vous at­tend près d'une petite chapelle toute simple, blottie dans son habit de grès rosé au pied d'une Rhune pla­cide et bienveillante. Du haut de ses 275 mètres, le mont du Calvaire nous donne un vrai cours de géographie. Vous découvrez d'abord l’Espagne, Hendaye figure de proue des Pyrénées, la petite anse de Saint-Jean-de-Luz et ses voiliers ânes... et puis Biarritz, le petit doigt en l'air de son phare blanc, et le long ruban jaune du littoral qui s'infléchit vers le nord, vers les Landes. 

À un quart d'heure des plages, cette montée au Calvaire n'a rien d'un chemin de croix. De l'auberge, il vous suffit de suivre le large chemin balisé de bleu et blanc qui part au sud-est le long d'une rangée d'ifs, franchit aussitôt une barrière et monte sans détour. On arrive, sous le sommet, à une patte d'oie. C'est le chemin de gauche qui vous conduira à la chapelle. L'automne, balayant les brumes de chaleur esti­vale, vous offrira les plus beaux pay­sages et décorera les pentes du Calvaire de gros bouquets d'ajoncs dorés, de rouges-gorges Scandi­naves extrêmement territoriaux mais peu farouches, de bouquets de colchiques et... de quelques chas­seurs. Mieux vaudra adopter un pro­fil bas si un vol bleu de palombes se profile à l'horizon ! Vous descendrez par le même itinéraire. 

En Savoir plus 

Accès 

Sur la N 10 entre Saint-Jean-de-Luz et Hendaye, laissez à gauche, à la hauteur d'Urrugne, la D 4 qui monte au col d'Ibardin (où nombreux sont les basques qui vont y faire leurs courses). Prenez la deuxième route qui part à gauche en direction du col. Tournez à droite sur la route du Calvaire. À l'embranchement prenez à droite. Tournez à droite, à la fourche suivante, et prenez la route qui descend, parallèlement à l'autoroute, remonte en face et conduit à l'auberge Laretchekoborda devant laquelle vous pourrez vous garer. 

Adresses utiles 

 Office du tourisme d'Hendaye 12, rue des Aubépines 

Manifestations 

Fête du chipiron à Hendaye, mi juillet et fête basque dimanche d'après 

Activités 

À Hendaye : 

-          Centre de thalassothérapie Serge Blanco - Centre nautique 

-         Source «Pyrénées Magazine», information relayée par: 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Salut Henri. Je refais mon commentaire, le 1° n\\\'ayant pas été pris en compte visiblement.
Je disais que quand je suis rentré d\\\'Alger en 62, seul à l\\\'age de 15ans1/2, j\\\'avais atterri en Haute Garonne, Toulouse , et plus précisément dans un patelin appelé Cugnaux ( près des villages de Muret, Portet et Saint Simon sur la route du même nom, si mes souvenirs sont intacts ). Je suis resté pensionnaire au Lycée Pilote Bellevue situé route de Narbonne pour l\\\'année scolaire 62-63 en classe de 2°. Je peux te dire que cette année là, a été très triste pour moi vu les circonstances, d\\\'autant ( comme le vent lol )  que les températures inférieures à -15°C de la région, associées au vent d\\\'Otan  ont eu raison de mes oreilles et orteils à grands coups d\\\'engelures ( déjà que j\\\'en avais à Alger ). Je profite de ce commentaire pour te dire que tu te trompes, nous ne sommes pas en train de nous étioler, et que ce n\\\'est pas parce que tu ne vois pas de commentaires que ton blog n\\\'est pas visité. Personnellement je regarde pratiquement tous les jours ce qui se fait sur ton blog comme sur celui de Gilbert, ainsi que sur le site d\\\'Hubert. Mais peut-être que cela est plus facile pour moi dans la mesure où l\\\'ordinateur est mon outil de travail. Sur ce, bon retour. Amicalement Pierre.
Répondre