Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 00:58

En 2007 ce qui ne changera pas en Algérie 

 

En 2007, le monopole de l’Etat sur le secteur audiovisuel sera maintenu avec pour conséquence le même choix de chaînes de télévision ou de stations de radio publiques à regarder ou à écouter pour ceux qui ne peuvent suivre les programmes étrangers.

 

Dans l’audiovisuel, en maintenant le monopole, l’Algérie devient l’un des rares pays au monde à interdire la concurrence dans un secteur qui se moque des frontières. En 2006, les chaînes Al Djazira, LBC et MBC ont toutes les trois inauguré des programmes à destination des Maghrébins, téléspectateurs et annonceurs confondus.

 

La France a lancé sa chaîne d’information en continu, France 24, qui émet dans trois langues, le français, l’arabe et l’anglais. Le Maroc, qui profite de notre auto-isolement, suit la tendance en autorisant le lancement de Medi1 Sat, une chaîne d’information en continu sur le même concept que la station radio Medi1.

 

En 2007, aucune compagnie aérienne privée de droit algérien ne verra le jour. Ainsi en a décidé le gouvernement qui justifie sa décision par la fragilité de la compagnie publique Air Algérie, alors que tous les managers savent que c’est plutôt la concurrence et le benchmarking qui peuvent sauver une compagnie de cette taille.

 

L’arrivée de nouvelles compagnies régulera, naturellement, le flux de la main-d’œuvre spécialisée, réduira les coûts et, au bout du compte, améliorera les prestations pour ne pas perdre des clients. En 2007, bien que la loi sur la concurrence l’interdise explicitement, le monopole de la publicité, réinstauré par Ali Benflis et aggravé par Ahmed Ouyahia au profit de l’ANEP, sera maintenu.

 

Ce monopole est devenu un instrument indirect de «gouvernance». En 2007, contrairement à la loi sur l’information qui prévoit la délivrance, sur le champ, d’un récépissé de dépôt de déclaration valant autorisation pour tout éditeur, ce fameux sésame n’est délivré, en moyenne, qu’au bout de deux années.

 

En 2007, l’allocation touristique, d’un montant de 15 000 DA (environ 150 euros), ne changera malheureusement pas. Le gouvernement est resté insensible à la décision de la Tunisie de porter le montant de l’allocation versée à ses citoyens de 1 200 à 2 400 euros ! Echkara (sac noir) sera, malheureusement, dans beaucoup de cas l’arbitre pour départager des candidats à la candidature.

 

En 2007, les vendeurs ambulants et les «gardiens de parking» racketteurs seront toujours au rendez-vous par la grâce de l’Etat, très tolérant pour avoir la paix sociale. En 2007, la drogue continuera de faire des ravages parmi les jeunes.

 

Les dealers-indicateurs bien «cadrés» offriront toujours leur poison avec la bénédiction de nos voisins de l’Ouest. En 2007, la tchippa, qahoua ou commission seront les mots les plus populaires que tout Chinois faisant des affaires en Algérie doit apprendre en priorité.

 

En 2007, la presse continuera à vous saouler avec la bonne gouvernance, l’équité, la justice, les magouilles dans le monde du sport, l’extradition d’Abdelmoumène Khelifa, les procès de Khalifa, de la BCIA et de la BNA, les licences d’importation pour les anciens moudjahidine…

 

Par le Jeune Indépendant , information relayée par

 

 

 

Le Pèlerin

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires