Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 décembre 2006 6 23 /12 /décembre /2006 00:39

Algérie  Les devises sous haute surveillance

LA Banque d’Algérie durcit le contrôle

Le transfert des devises vers l’étranger est sous haute surveillance. Selon nos informations, la Banque d’Algérie a durci le contrôle sur le transfert des fonds vers l’étranger. 

La mesure qui a été prise, il y a plus de deux mois, consiste en le contrôle systématique des opérations d’exportation et d’importation. « D’habitude, la Banque d’Algérie procède par échantillonnage et à posteriori, explique une source proche du dossier. Depuis plus de deux mois, elle contrôle systématiquement et a priori toutes les opérations d’exportation et d’importation ». Des entreprises exportatrices font état de retards dans l’exportation de leurs marchandises et des sources bancaires ont confirmé au « Quotidien d’Oran », le durcissement du contrôle sur le transfert des devises à l’étranger. Les autorités algériennes soupçonnent des groupes étrangers de tricher lors des transferts de leurs bénéfices vers leurs pays d’origine.

 

 

Les marques européennes qui ont ouvert des magasins franchisés en Algérie sont particulièrement visées. Faute de législation claire sur le transfert des royalties, les marques franchisées recourent souvent à la surfacturation de leurs produits pour dégager la partie relative au paiement des royalties. « Cette gymnastique est pratiquée avec la bénédiction des autorités monétaires algériennes, soucieuses de ne pas fermer la porte aux marques qui souhaitent ouvrir des franchises en Algérie », souligne un proche du dossier. Mais la pratique ouvre la porte aux surfacturations et aux trafics à l’origine de transfert illégaux à l’étranger d’importantes sommes d’argent. Les autorités soupçonnent également d’autres groupes étrangers d’ignorer la réglementation algérienne en matière de change. Selon nos sources, des enquêtes sont en cours sur l’activité de certains grands groupes étrangers installés en Algérie, notamment dans les hydrocarbures, les travaux publics et le bâtiment.

 

 

Des informations non vérifiées auprès d’une source officielle circulent sur la décision du ministère des Finances de ne plus prendre en compte les soumissions d’un groupe étranger de travaux publics, accusé d’avoir vendu du matériel non dédouané ! La direction générale des douanes a déjà reconnu que des groupes étrangers trichent pour gonfler les sommes transférées vers leurs pays d’origine.

 

 

Le Président Bouteflika s’est également emporté, il y a quelques jours, contre les groupes étrangers qu’il a accusés de vouloir s’enrichir rapidement et facilement en Algérie. Parallèlement à la lutte contre l’économie informelle qui concerne surtout les entreprises privées algériennes, le gouvernement tente de contrôler les filiales algériennes des groupes étrangers soupçonnées de ne pas trop respecter la réglementation locale.

 

 

Source Le Quotidien d’Oran, information relayée par :

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires