Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 13:04

Zinédine Zidane en visite en Algérie, le pays de ses parents 

L'ancien capitaine des Bleus Zinédine Zidane est arrivé lundi à Alger dans un avion spécial de la présidence algérienne, pour une visite de cinq jours au pays de ses parents, originaires de petite Kabylie (est d'Alger).

 Une gigantesque bousculade entre photographes a eu lieu lors de l'apparition de la vedette, vêtue d'une veste gris foncé, d'un pantalon marron et de baskets blanches, au bas de l'avion venu s'immobiliser, fait exceptionnel, devant le salon d'honneur de l'aéroport. 

Le champion du monde de football 98 était accompagné de sa mère en grand manteau sombre, et de son père en costume, cravate et pardessus. Les photographes avaient déjoué la vigilance des services de sécurité postés à l'entrée du salon d'honneur, et se sont rués vers le tarmac dans un désordre indescriptible. Des personnalités ont failli être écrasées dans la bousculade et on a entendu un ministre crier à tue-tête: "laisser-lui (à Zidane) le passage". 

Zidane, protégé par une garde rapprochée de policiers en civil, débordés et inquiets, a finalement été arraché à la foule des photographes par le service d'ordre, et mis en sécurité dans le salon de l'aéroport. Il a été ensuite poussé, en compagnie de ses parents, dans une voiture banalisée aux vitres teintées, sans qu'il ait pu s'adresser à la presse. 

La cérémonie protocolaire au cours laquelle deux fillettes en costume traditionnel algérien devaient offrir à Zidane un bouquet de fleurs en signe de bienvenue a été annulée. Une quinzaine d'adolescents en survêtement aux couleurs du drapeau algérien (vert, rouge et blanc) ont dû quitter l'aéroport, frustrés de n'avoir pu approcher leur idole. 

La vedette du football mondial, invitée par le président Abdelaziz Bouteflika, n'a pu être accueillie à l'aéroport par le ministre des Sports Yahia Guidoum. L'accueil protocolaire a été empêché par la bousculade des photographes et la haie d'honneur a dû se retirer en désordre. 

L'agenda de Zidane comporte un programme spécial avec le chef de l'Etat durant la journée de mercredi sur lequel aucune indication n'a été donnée de source officielle. 

L'ex-capitaine des Bleus devait se rendre dans la journée à Boumerdès (50 km à l'est d'Alger), théâtre d'un violent séisme qui avait fait 2.300 morts et plus de 11.000 blessés le 21 mai 2003. Il doit y inaugurer une cantine scolaire et une unité de soins pour enfants inadaptés. 

Selon la Fondation de France, les équipements médicaux et sanitaires des unités qui seront inaugurées par Zidane, ont été acquis grâce notamment aux recettes d'un match de solidarité organisé le 6 octobre 2003 entre les champions du monde 1998 et l'Olympique de Marseille. 

Zidane doit donner jeudi le coup d'envoi au stade du 5 juillet, devant 60.000 spectateurs, d'une rencontre entre deux équipes de la D-1 algérienne, l'Union sportive de la médina d'Alger (USMA) et la Jeunesse sportive de médina de Béjaia (JSMB). 

Il est par ailleurs attendu vendredi à Béjaia (petite Kabylie), le village natal des parents de Zidane, pour un déjeuner offert en son honneur par les habitants, selon les traditions de la région. 

Zidane s'était rendu une première fois à l'âge de 15 ans, en Kabylie, en compagnie de ses parents et n'y était plus retourné depuis. 

Source Seniorplanet, information relayée par 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires