Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 06:19

Airbus - Premiers pas sur le marche américain avec la livraison de 322 hélicoptères

 

Lundi 11 décembre 2006, 19h59 
Le géant européen de l'aéronautique Airbus / EADS a fait lundi son entrée sur le marché américain de la défense, en livrant à l'armée de Terre des Etats-Unis le premier d'une série de 322 hélicoptères, fabriqué par sa filiale Eurocopter. 

"C'est la première fois, la toute première fois, que nous concourrons en première ligne pour un contrat de défense majeur (aux Etats-Unis) et le fait que nous ayons été sélectionnés parle de lui-même", a commenté Ralph Crosby, PDG de la filiale américaine d'EADS, en marge d'une cérémonie sur le site où seront produits ces appareils, à Columbus (Mississippi). 

L'armée de Terre a attribué en juillet ce contrat d'une valeur estimée à plus de deux milliards de dollars à l'hélicoptériste, déjà présent sur le marché civil aux Etats-Unis. 

"Je ne pense pas que l'armée ait jamais été dotée d'un système aussi important", a commenté le général Clyde Vaughn, directeur de la Garde nationale de l'armée de Terre, qui recevra les deux tiers de ces appareils, lors d'une conférence de presse. "C'est le bon appareil" et "au bout du compte le gagnant, ce sera l'armée en général et la Garde nationale en particulier", a-t-il ajouté. 

Pendant la compétition, Eurocopter avait marqué des points auprès de la Garde nationale, en apportant son aide à l'été 2005 lors des opérations de secours consécutives au cyclone Katrina pour laquelle cette force avait été mobilisée. 

La première tranche porte sur 42 appareils de type UH-145 (UH-72A, dans le vocabulaire de l'armée), d'une valeur unitaire estimée à 5 millions de dollars, a précisé Eurocopter dans un communiqué. 

Les premiers appareils seront assemblés en Allemagne puis, progressivement, leur fabrication sera transférée à Columbus. A terme, ils seront à 65% américains (fabrication et composants), selon EADS. 

La livraison du premier exemplaire de cet appareil, dont deux autres exemplaires doivent être fournis cette année, a donné lieu à une cérémonie au cours de laquelle l'UH-72A a été baptisé par des représentants de la tribu Lakota, de la nation Sioux, dont il portera le nom, comme c'est la tradition pour les aéronefs de l'armée de Terre, tous connus sous des noms indiens. 

"Ce contrat représente le fruit d'une vingtaine d'années d'efforts pour crédibiliser Eurocopter aux Etats-Unis", où l'entreprise a remporté un contrat majeur auprès des gardes-côtes au début des années 1980, a commenté Philippe Harache, vice-président exécutif d'Eurocopter. "Nous nous heurtions jusqu'à présent à l'obstacle constitué par la vente d'hélicoptères à l'armée américaine", a-t-il souligné. 

"Le système d'acquisition des armées américaines est le suivant", a-t-il détaillé: "l'appel d'offres a été lancé pour un contrat global de 322 à 353 hélicoptères mais les commandes ne seront affermies que par tranches annuelles, les premières tranches étant d'une dizaine d'appareils". 

Quant au fait de savoir si ce contrat ouvrira la porte à de futures réussites d'EADS sur le premier marché militaire du monde, il a répondu: "Ce n'était pas notre mission". "Notre mission c'était de gagner ce contrat". "Nous avons montré qu'il était possible, lorsque tous les éléments étaient réunis pour ce faire, de gagner une affaire auprès des forces armées américaines", a-t-il conclu. 

 

Source «Journal du Net», information relayée par : 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires