Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 00:12

Le 14 ème Dalaï Lama – Prix Nobel de la Paix en 1989 

 

 

«La responsabilité universelle consiste à percevoir la souffrance des autres tout comme nous ressentons notre propre souffrance. C’est réaliser que même notre ennemi est entièrement motivé par la quête du bonheur» 

Le XIVe Dalaï Lama, Tenzin Gyatso, est né en 1935 à Takster au Tibet. C’est un fils d'agriculteur qui est reconnu à l'âge de deux ans. Il est ordonné quatorzième Dalaï Lama dans la capitale, Lhasa, en 1940. Il suit une formation rigoureuse, à la fois au plan théologique et au plan laïque. Il termine son doctorat en philosophie Bouddhiste à l'âge de 25 ans.

Le Dalaï Lama (Océan de Sagesse) est le chef spirituel du Bouddhisme tibétain et anciennement le dirigeant du pays. Le Dalaï Lama est perçu comme étant la réincarnation du Bouddha. Lorsqu’il meurt, son âme entre dans le corps d’un nouveau-né qui après avoir été identifié par les tests traditionnaux; devient le nouveau Dalaï Lama.

Le premier à porter le titre de Dalaï Lama fut Sonam Gyatso, Grand Lama du monastère de Drepung et chef de la secte de Gelugpa qui reçu ce titre en 1578 par le chef Mongol Altan Khan; ce titre fut appliqué rétroactivement aux leaders précédents de la secte. En 1642, un autre chef Mongol Gushri Khan installa le cinquième Dalaï Lama (1617-82) comme le chef du Tibet et le dirigeant temporaire. Ses successeurs dirigèrent le Tibet- en premier comme tributaire des Mongols, mais de 1720 à 1911 comme vassal de l’empereur de Chine.

Lorsque les communistes chinois occupèrent le Tibet en 1950, ils amenèrent un conflit avec le 14e Dalaï Lama,
Tenzin Gyatso. Il quitta le pays après une tentative de rébellion en 1959 et après il vécut en Inde. Il reçut le prix 

 En 1949, les communistes arrivent au pouvoir en Chine et, niant les revendications de l’indépendance du Tibet, y envoient leurs troupes en 1950 pour "libérer" et "civiliser" la population. C’est en 1950, à l’âge de 16 ans, que le Dalaï Lama devient chef d'Etat et du gouvernement. Il passe les neuf années qui suivent à la recherche d’une solution pacifique à la crise, avant d’être obligé de fuir en Inde, où il établit, à Dharamsala, le gouvernement tibétain en exil. Pendant la Révolution culturelle chinoise, la persécution de la population est à son comble. Les monastères sont détruits, moines et nonnes emprisonnés et torturés. Malgré cela, le Dalaï Lama est persuadé que la solution se trouve dans un compromis politique avec la Chine. Sans relâche et toujours dans la voie de la non-violence, il propose un Tibet démocratique et autonome au sein d’une union avec la Chine. La situation est telle, en cette fin de XXème siècle, que l'on peut parler d'un véritable génocide de la part des autorités chinoises à l'égard de la population tibétaine. Non seulement les Tibétains sont sévèrement réprimés et empêchés de s'exprimer, mais en plus, ils subissent la très forte pression d'une colonisation chinoise qui emporte tout sur son passage. La population tibétaine risque véritablement de disparaître face à cette vague déferlante. 

Le Prix Nobel de la Paix lui a été attribué en 1989 pour avoir prôné une opposition non-violente à l’application de la loi chinoise au Tibet.  

 

Sources diverses Internet

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires