Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 00:38

20 août 2005 - 12 ème étape

Haut Ascu Carruzzo (1250 m)

Lever 5h00 - Départ 6h15 

J’étais réveillé à 4h00 debout à 5h00. Je faisais chambrée avec Georges, Michael et Nicolas. 

Michael et Nicolas avaient vraiment envie de dormir et lorsque nous sommes partis à 6h15 ils dormaient si, profondément que nous les avons laissé dormir. 

Ils auraient tout le temps de nous rattraper. L’étape n’était pas censée être difficile.... 

En fait, d’entrée nous avons attaqué un mur impressionnant. 

Après 1heure de grimpette nous pouvions apercevoir la station loin en bas.... 

Ce mur n’en finissait plus. Et lorsque l‘on croit que c‘est terminé ...et bien l‘on redescend un peu pour remonter encore de plus belle ...Ce qui fut le cas encore aujourd‘hui. entre temps l’ensemble de l’équipe m’avait encore doublé. Il nec restait plus que Michael; et Nicolas qui devait rattraper leur sommeil profond du matin. 

La descente sera vraiment galère. Mes genoux trés sollicités n’en pouvaient plus. 

J’avais mis 3h pour l’ascension, je mettrai 5h00 pour descendre. Je commençais même à avoir le bourdon. 

Seule consolation, la descente me permit d’apercevoir la baie de Calvi et le Monte Cinto

à 2706 m. 

La descente très caillouteuse était des plus pénible. Sur la fin de l’étape ce fut des dalles avec des rambardes tant les passages étaient risqués. 

Finalement j’atteignais une passerelle tout prés du refuge que je devais rejoindre. Georges était venu à ma rencontre. Nous en profitions pour prendre quelques photos. 

 15 minutes plus tard nous étions au refuge. Le refuge était sommaire mais le lieu était magnifique. 

La pluie et le soleil en alternance nous donnèrent un double arc en ciel magnifique dont je pris une photo. 

Le refuge était cerné par des aiguilles montagneuses des plus agréables. 

Je fis quelques étirements et pris ma douche au sein d’une installation en pleine nature. Un dalle à claie, 3 toiles cirées, un tuyau d’où sortait une eau à moins de 5 degrés et basta .....Cela fait de bon souvenir d’autant plus que finalement on se fait très bien à l’eau froide voire glacée. 

Je me couchais vers 21h30; je décidais de rejoindre Calenzana par Bonifatu... Certes cela rallongeait un peu l’étape du lendemain mais cela ménageait le programme global. En effet le jour suivant il y avait une très longue descente et il était peu probable que je sois alors à Calenzana (terme de notre périple) au passage du bus de 15h00 qui devait nous mener à Calvi. 

Je décidais donc de suivre Francis et Arnaud qui prenaient cette variante du GR. 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires