Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 23:52

Algérie - Quelles langues parlait on sous occupation ottoman avant 1830?

 Juste quelques mots… 

memoirealgerie

En Algérie, on fait croire aux gens que parler l'arabe classique, c'est aller dans le sens de la restauration de notre identité, celle que nous possédions avant la colonisation.
C'est vrai et faux en même temps.
L'arabe restait la langue des lettrés, certes. Mais l’on a trové de nombreuses lettres et des ouvrages d'époque avec beaucoup d'expressions dialectales. Certaines, que nous utilisons encore aujourd'hui.
Eh oui, le dialecte se retrouvait sur le papier avec moins de tabou qu'aujourd'hui.
On écrivait comme on parlait. Les institutions algériennes devraient en prendre de la graine et se rapprocher ainsi du peuple - qu'elles sont censées représenter- et de ses langues.
Oran, comme vous le savez sûrement a été espagnole, de 1509 à 1708 puis de 1732 à 1792. On y parlait l'espagnol, bien sûr.
A Alger, qui n'est devenue la capitale du pays que sous la présence ottomane, on parlait toutes les langues de la Méditerranée.
Les réfugiés andalous d'Alger ont perpétué l'usage de l'espagnol.
Les corsaires, les esclaves venaient de tous les horizons et il n'était pas curieux pour un Algérois d'entendre de l'italien, de l'espagnol, du flamand et même de l'allemand ou du russe dans les rues.
Certains deys s'exprimaient couramment en italien ou en espagnol.
Salah, le plus célèbre des beys de Constantine, parlait selon les commerçants français eux-mêmes, un très bon français.
La langue la plus fréquemment employée dans les rapports internationaux, à dominante commerciale, restait ce qu'on appelait, la lingua-franca, c'est un mélange assez pauvre (200 à 300 mots) de mots espagnols, turcs, arabes, portugais, etc.. qui s'est forgé avec le temps pour que les Méditerranéens puissent communiquer entre eux.
Un dey s'est par exemple exprimé ainsi en lingua franca à un consul français qui l'avait particulièrement énervé:
"al fine este console va a andar la catena", ce qui veut dire "ce consul va finir par porter la chaîne". On faisait porter la chaîne au pied à des esclaves qui s'étaient mal comporté (le coup d'éventail à côté reste une broutille).
On parlait bien sûr le berbère, via les Kabyles par exemple, qui, déjà à l'époque, travaillaient à Alger.
Et bien sûr on y parlait cet algérois qui a du beaucoup se perdre depuis.
J'ai retrouvé une chanson de gamins des rues d'Alger, probablement composée pendant les bombardements d'Alger par la France en 1688 qui donne pour les deux premiers vers:

Boumba ya boumba, haddamtili dâri ou sandjak al-fransis m'alak fa-sâri.

Bombe, tu ma détruis ma maison, le drapeau des français est accroché sur le mât.

Le mot "sandjak" est ottoman. 
 

 

Source Forum Algérie, information relayée par 

 

Le Pèlerin

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Le Pèlerin 02/12/2016 14:58

Bonjour Nacéra
Je pense que vous n'avez connu ni l'une ni l'autre
Mais j'espère qu'un jour vous serez en mesure de vous assumer VOUS-MÊME car pour le moment ce n'est pas évident
Car quand tout votre avenir dépend d'une hypothétique décision de l'OPEP pour assurer votre avenir ....
Texte inachevé
Cordialement,
Le Pèlerin

nacéra 02/12/2016 13:44

Il faut arrêter de parler de "occupation Ottomane"
On préfère" l'occupation" ottomane musulmane que l'occupation francaise
merci.