Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 07:48

L'ancien dictateur irakien Saddam Hussein a été exécuté

 «La fin d'une sombre période de l'histoire irakienne»: c'est ainsi que la chaîne Irakiya annonçait samedi la mort de l'ancien dictateur Saddam Hussein, exécuté par pendaison à Bagdad avant le lever du jour. 

Conduit menotté à la potence, l'ancien raïs, entièrement vêtu de noir, a refusé de porter une cagoule, et alors que la corde allait être passée autour de son cou, a crié «Dieu est grand». 

S'il s'est débattu lorsqu'il a été emmenée de sa cellule, dans une prison américaine, jusqu'à la salle de l'exécution, Saddam Hussein s'est montré calme dans ses derniers instants, témoignait Sami al-Askari, conseiller politique du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki, qu'il représentait lors de l'exécution. 

Après que son chapeau lui eut été ôté, celui qui a dirigé l'Irak pendant près de trois décennies n'a pas souhaité parler, mais a répété une prière dite par un imam sunnite. Puis, alors que la corde allait être passée autour de son cou, et après avoir refusé de se laisser couvrir la tête, il s'est écrié «Dieu est grand. La nation sera victorieuse et la Palestine est arabe», a raconté M. Al-Askari. 

Le conseiller du Premier ministre a précisé que le gouvernement n'avait pas encore décidé ce qu'il ferait du corps de Saddam Hussein. 

Après l'annonce de l'exécution, rapportée par la télévision nationale Irakiya, Bagdad était relativement calme. Dans le quartier chiite de Sadr City, quelques personnes ont tiré des coups de feu en l'air pour célébrer la nouvelle. 

Le conseiller à la sécurité nationale Mouwafak al-Rubaie, qui a assisté à l'exécution, a précisé que le demi-frère de Saddam Hussein, Barzan Ibrahim, et l'ancien chef du Tribunal révolutionnaire, Awad Hamed al-Bandar, n'avaient pas été exécutés, comme rapporté initialement par la chaîne Irakiya. 

M. al-Rubaie a précisé que les deux hommes seraient exécutés après la fête musulmane de l'Aïd el-Adha (Aïd el-Kebir), qui a débuté samedi au lever du soleil et doit prendre fin dans la première semaine de janvier. 

«Nous voulions (que Saddam) soit exécuté en un jour spécial», a-t-il expliqué à la chaîne Irakiya. «Saddam a été traité avec respect lorsqu'il était vivant et après sa mort», a-t-il ajouté, précisant que «l'exécution de Saddam a été 100% irakienne, et la partie américaine n'a pas interféré». 

«Il s'est totalement soumis», a-t-il ajouté lorsqu'il était interrogé pour savoir si l'ex-raïs avait résisté. 

Selon le conseiller à la sécurité nationale, un juge a lu la sentence à Saddam Hussein, qui a été conduit menotté dans la salle d'exécution. Lorsqu'il se trouvait dans cette salle, des photos et des enregistrements vidéo ont été pris. "Il n'a rien demandé. Il avait un Coran, et a dit: 'Je veux que ce Coran soit donné à cette personne', un homme qu'il a appelé Bander», a ajouté Al-Rubaie, qui a assuré ne pas savoir qui était désigné par Bander. 

Mariam al-Rayes, expert légal et ancien membre du parlement irakien, a pour sa part déclaré à Irakiya que l'exécution «a été filmée et si Dieu le veut sera diffusée. Il y avait une caméra présente, et un docteur était présent aussi». 

Alors que des chansons nationales étaient diffusées à l'antenne, un bandeau sur l'écran d'Irakiya disait: «L'exécution de Saddam marque la fin d'une sombre période de l'histoire irakienne». 

Cette période aura duré près de quatre décennies, puisque Saddam Hussein était l'homme fort de l'Irak depuis la fin des années 1960. Renversé quelques semaines après l'invasion de l'Irak par la coalition conduite par les Etats-Unis, en mars 2003, il avait été arrêté le 13 décembre de la même année. 

Traduit en justice, il avait été condamné à mort par pendaison le 5 novembre pour les crimes contre l'humanité commis en 1982 avec le massacre de 148 chiites à Doujaïl. Cette condamnation avait été confirmée mardi par le juge de la Cour d'appel, Mounir Haddad. 

Vendredi, ses avocats avaient tenté une dernière fois de faire reporter son exécution, en déposant un recours devant une juge de Washington. Il souhaitaient profiter des droits offerts à l'ex-raïs par une plainte civile dont il faisait l'objet aux Etats-Unis pour obtenir une suspension temporaire de la procédure. 

Moins d'une heure avant celle prévue de l'exécution, vers 6h en Irak (3h GMT), la juge Colleen Kollar-Kotelly avait rejeté la demande des avocats, expliquant qu'il n'appartenait pas aux tribunaux américains d'interférer dans les processus juridiques de pays étrangers. 

Auparavant, Nouri al-Maliki avait également rejeté les appels pour épargner Saddam Hussein, déclarant aux familles des personnes tuées sous son régime qu'il s'agirait d'une insulte aux victimes. 

«Notre respect des droits de l'homme requiert que nous l'exécutions, il n'y aura ni retour ni délai dans le déroulement de la sentence», avait expliqué le Premier ministre irakien lors d'une rencontre avec les familles, selon des propos rapportés par son bureau. 

"La France, qui plaide comme l'ensemble de ses partenaires européens pour l'abolition universelle de la peine de mort, prend acte de l'exécution de Saddam Hussein", écrit le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, précisant que "cette décision appartient au peuple et aux autorités souveraines de l'Irak". 

"La France appelle tous les Irakiens à regarder vers l'avenir et à travailler à la réconciliation et à l'unité nationale. Plus que jamais, l'objectif doit être le retour à la pleine souveraineté et à la stabilité de l'Irak." 

Source AP; information relayée par: 

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Abomination :
En ce matin du 30 décembre 2006, Sadam HUSSEIN a été pendu !
(Bien que je n’aie jamais eu aucune compassion pour ce tyran, son exécution capitale me pose question : en vertu de quoi peut-on avoir droit de vie et de mort sur un être humain ?)
Après cela puis-je encore dire "BON AÏD et MEILLEURS VŒUX pour 2007" ?
Répondre
H
Je suis d'accors avec vous...j'ai toujours été opposé à la peine de mort  le suis toujours...Mon message avait un caractère d'information et pas plus....Si cette information vous a désolé je comprends tout à fait votre état d'esprit..Mais je ne pouvais pas ne pas fournir cette information tôt ce matin
Amicalement,
Le Pèlerin