Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 00:23

Les petits pirates ne passeront pas par la case prison

 

Une circulaire va être diffusée aux procureurs pour qu'ils adaptent leurs réquisitoires à la gravité des infractions au droit d'auteur. Avec un objectif : éviter la prison aux petits pirates du P2P.

 

Les conditions d'application de la loi DADVSI (droit d'auteur et droits voisins dans la société de l'information) du 1 er  août 2006 se précisent. Dans une interview accordée vendredi 22 décembre au quotidien Les Echos, le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, indique ainsi qu'en ce qui concerne « un internaute qui télécharge une oeuvre, (...) il n'y a pas lieu à une peine de prison ».

 

Au milieu de l'été, le Conseil constitutionnel avait censuré les dispositions adoptées par le Parlement. Celles-ci substituaient pour le téléchargement illégal un régime de contraventions à celui du délit de contrefaçon. Après ce retour à la case départ, le fait de télécharger illégalement une oeuvre était de nouveau, en théorie, assimilable à un acte de contrefaçon passible d'un maximum de 300 000 euros d'amende et de trois ans de prison.

 

Mais en pratique, il n'en sera pas ainsi. «Une circulaire sera diffusée dans les tout prochains jours par le garde des Sceaux aux procureurs pour qu'ils adaptent leurs réquisitoires à la gravité des sanctions», explique le ministre de la Culture. Ce texte devrait définir des peines pécuniaires adaptées.

 

De la prison pour les «cas graves»

 

Dans ce dossier, «j'avais pris l'engagement de trouver une réponse graduée qui adapte la sanction à la gravité de la faute. Il est aujourd'hui tenu», poursuit Renaud Donnedieu de Vabres. Cependant, s'il est fort probable que les «pirates du dimanche» échapperont à la prison, il n'en sera pas forcément de même pour les «cas graves», c'est-à-dire ceux qui, selon le ministre de la Culture, «font de l'argent sur le dos des internautes».

 

Par ailleurs, d'autres clarifications étaient également attendues dans le cadre de la mise en oeuvre de la loi DADVSI. Elles arrivent. Un décret instituant des contraventions pour le détournement des mesures techniques de protection (DRM) a ainsi été signé en Conseil d'Etat. Un autre décret instituant l'Autorité de régulation des mesures techniques de protection sera également transmis dans les prochains jours au Conseil d'Etat.

 

Cette nouvelle structure devrait commencer ses activités dès février 2007. Elle aura pour tâche de fixer les conditions d'exercice de la copie privée, ainsi que les moyens de favoriser l'interopérabilité (entre les équipements audio, les logiciels et les plates-formes de téléchargement légales). Enfin, un projet de décret demandant aux fournisseurs d'accès à Internet (FAI) d'envoyer des messages d'avertissement aux internautes qui téléchargent illégalement serait lui aussi en cours de finalisation.

 

Source Seniorplanet ; information relayée par:

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires